Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#717
Combien j'aime la tendresse des rythmes, c'esr du charme sans nom, soupirer et vivre avec les génies que fit Dieu. La création n'est belle que parce qu'on la peut chanter. (Charles-Louis Philippe)
#6741
Les bêtes ont un cerveau ignorant et naïf, de sorte que les petits enfants les aiment parce qu'ils sentent qu'elles leur ressemblent. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6743
Et ce livre, maman, je l'écris pour que tes mains le touchent, pour que tes yeux le lisent, et pour qu'il plaise à ton cœur. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6744
[...] Dieu nous a mis au monde pour que nous nous servions le plus possible de notre corps. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6745
La vie est formée par des travaux de commerce et d'industrie qui prennent les hommes et les font participer à son harmonie. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6746
Aller à l'école! C'est une promenade très gaie. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6747
Les souffrances d'un enfant sont des souffrances imméritées. Le Destin martyrise quelqu'un qui se plie et qui pleure avec tant de faiblesse que l'on pense: Nature, tu es forte, mais tu es bien injuste. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6748
Les médecins qui ont fait des études connaissent beaucoup de maladies, mais pour guérir un malade, il faut l'examiner avec cet instinct que donne une grande bonté. Dans les hôpitaux, de vieux chirurgiens et de jeunes internes pratiquent toute la science des écoles; or beaucoup d'hommes meurent parce qu'on ne sait pas les soigner avec amour. La Bonté est plus forte que la science humaine. Il faudrait que la médecine fût un sacerdoce et que chaque médecin pratiquât son métier comme on accomplit un grand devoir. Loin des plaisirs du monde, dans sa pensée et dans son coeur, il faudrait que le médecin restât chaque jour afin de se recueillir et de se fortifier. Un cerveau, c'est bien, pour connaître les maladies, mais un cerveau et un cœur, cela suggère les miracles. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6749
Les hommes sont de simples matières où l'on exerce son métier. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6751
[...] le malade est un homme blessé qui laisse ses pensées dans ses blessures, où elles se corrompent à leur tour et vivent avec des plaies. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6763
Un crayon rouge et bleu possède une grande puissance à cause de ses deux couleurs éclatantes qui rappellent l'uniforme des soldats. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.