Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#1489
... la lecture... cette jouissance à la fois ardente et rassise... (Marcel Proust, Sur la lecture)
#1490
... la lecture est une amitié. (Marcel Proust, Sur la lecture)
#1491
La lecture est au seuil de la vie spirituelle; elle peut nous y introduire: elle ne la constitue pas. (Marcel Proust, Sur la lecture)
#1492
Tant que la lecture est pour nous l'initiatrice dont les clefs magiques nous ouvrent au fond de nous-m√™mes la porte des demeures o√Ļ nous n'aurions pas su p√©n√©trer, son r√īle dans notre vie est salutaire. (Marcel Proust, Sur la lecture)
#1838
La verité que cherche l'oeuvre d'art, c'est la verité universelle de ce qui est singulier. (Michel Deguy, Fragment du cadastre, quatrième partie, À Marcel Proust)
#2161
Le bonheur est dans l'amour un état anormal. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleur)
#2162
Mort à jamais? Qui peut le dire? (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, La prisionnière)
#2776
... il y a des auteurs originaux dont la moindre hardiesse r√©volte parce qu'ils n'ont pas d'abord flatt√© les go√Ľts du public et ne lui ont pas servi les lieux communs auxquels il est habitu√©. (Marcel Proust)
#2777
... les faits ne p√©n√©trent pas dans le monde o√Ļ vivent nos croyances: ils ne les ont pas fait na√ģtre, ils ne les d√©truisent pas. (Marcel Proust)
#2778
D'ailleurs toute nouveaut√© ayant pour condition l'√©limination pr√©alable du poncif auquel nous √©tions habitu√©s et qui nous semblait la r√©alit√© m√™me, toute conversation neuve aussi bien que toute peinture, toute musique originales, nous para√ģtra toujours alambiqu√©e et fatigante. (Marcel Proust)
#2779
Nous sommes tr√®s longs √† reconna√ģtre dans la physionomie particuli√®re d'un nouvel √©crivain le mod√®le qui porte le nom de ¬ę grand talent ¬Ľ dans notre mus√©e des id√©es g√©n√©rales. Justement parce que cette physionomie est nouvelle, nous ne la trouvons pas tout √† fait ressemblante √† ce que nous appelons talent. (Marcel Proust)
#2780
... il √©tait temps de savoir ce que je comptais √©crire. Mais d√®s que je me le demandais, t√Ęchant de trouver un sujet o√Ļ je pusse faire tenir une signification philosophique infinie, mon esprit s'arr√™tait de fonctionner, je ne voyais plus que le vide en face de mon attention, je sentais que je n'avais pas de g√©nie ou peut-√™tre une maladie c√©r√©brale l'emp√™chait de na√ģtre. (Marcel Proust)
#3010
Nous appelons notre avenir l'ombre de lui-même que notre passé projette devant nous [...] (Marcel Proust)
#3017
Les vrais paradis sont les paradis qu'on a perdus. (Marcel Proust)
#3172
Nous ne savons jamais si nous ne sommes pas en train de manquer notre vie. (Marcel Proust)
#3176
Toutes les choses de la vie qui ont existé une fois tendent à se recréer. (Marcel Proust)
#3178
Rien n'est plus limité que le plaisir et le vice. (Marcel Proust)
#3503
L'amour, c'est l'espace et le temps rendus sensibles au cŇďur. (Marcel Proust, A la rechercher du temps perdu)
#3504
Et cette maladie qu'était l'amour de Swann avait tellement multiplié, il était si étroitement mêlé à toutes les habitudes de Swann, à tous ses actes, à sa pensée, à sa santé, à son sommeil, à sa vie, même à ce qu'il désirait pour après sa mort, il ne faisait tellement plus qu'un avec lui, qu'on n'aurait pas pu l'arracher de lui sans le détruire lui-même à peu près tous entier: comme on dit en chirurgie, son amour n'était plus opérable. (Marcel Proust, A la rechercher du temps perdu)
#3986
Et en une attitude qui s'en doute lui √©tait habituelle, qu'elle savait convenable √† ces moments-l√† et qu'elle faisait attention √† ne pas oublier de prendre, elle semblait avoir besoin de toute sa force pour retenir son visage, comme si une force invisible l'e√Ľt attir√© vers Swann. (Marcel Proust, Du C√īt√© de Chez Swann)
#4011
Et cette maladie qu'était l'amour de Swann avait tellement multiplié, il était si étroitement mêlé à toutes les habitudes de Swann, à tous ses actes, à sa pensée, à sa santé, à son sommeil, à sa vie, même à ce qu'il désirait pour après sa mort, il ne faisait tellement plus qu'un avec lui, qu'on n'aurait pas pu l'arracher de lui sans le détruire lui-même à peu près tout entier: comme on dit en chirurgie, son amour n'était plus opérable. (Marcel Proust, Un Amour de Swann)
#4191
Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. (Marcel Proust)
#4245
Nos désirs vont s'interférant et, dans la confusion de l'existence, il est rare qu'un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l'avait réclamé. (Marcel Proust, A l'Ombre des Jeunes Filles en Fleur)
#4309
Certains souvenirs sont comme des amis communs, ils savent faire des réconciliations. (Marcel Proust, À la Recherche du Temps Perdu)
#5032
Le chagrin est √©go√Įste, et ne peut recevoir de rem√®de de ce qui ne le touche pas. (Marcel Proust, Albertine Disparue)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.