Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#1270
Les grands romans sont toujours un peu plus intelligents que leurs auteurs. (Milan Kundera, L'art du roman)
#4152
Un amour excessif est un amour coupable. (Milan Kundera)
#4607
[...] nous n'apprenons jamais pourquoi et en quoi nous agaçons les autres, en quoi nous leur sommes sympathiques, en quoi nous leur paraissons ridicules; notre propre image est pour nous le plus grand mystère. (Milan Kundera, L'immortalité)
#4756
[...] l'acte de mort possède sa propre sémantique, et il n'est pas indifférent de savoir de quelle façon un homme a trouvé la mort, et dans quel élément. (Milan Kundera, La vie est ailleurs)
#4835
Si quelque chose m'a toujours profondément écoeuré chez l'homme, c'est bien de voir comment sa cruauté, sa bassesse et son esprit borné parviennent à revêtir le masque du lyrisme. (Milan Kundera, La valse aux adieux)
#7617
Deux êtres qui s'aiment seuls, isolés du monde, c'est très beau. Mais de quoi nourriraient-ils leur tête-à-tête ? Si méprisable que soit le monde, ils en ont besoin pour pouvoir se parler. (Milan Kundera)
#5047
Solitude: douce absence de regards. (Milan Kundera)
#5324
Le roman n'examine pas la réalité mais l'existence. Et l'existence n'est pas ce qui s'est passé, l'existence est le champ des possibilités humaines, tout ce que l'homme peut devenir, tout ce dont il est capable. (Milan Kundera, L'art du roman)
#5325
D'apr√®s une m√©taphore c√©l√®bre, le romancier d√©molit la maison de sa vie pour, avec les briques, construire une autre maison: celle de son roman. D'o√Ļ il r√©sulte que les biographes d'un romancier d√©font ce que le romancier a fait, refont ce qu'il a d√©fait. Leur travail, purement n√©gatif du point de vue de l'art, ne peut √©clairer ni la valeur ni le sens d'un roman il peut √† peine identifier quelques briques. (Milan Kundera, L'art du roman)
#5326
Il y a une diff√©rence fondamentale entre la fa√ßon de penser d'un philosophe et celle d'un romancier. On parle souvent de la philosophie de Tchekhov, de Kafka, de Musil, etc. Mais essayez de tirer une philosophie coh√©rente de leurs √©crits! M√™me quand ils expriment leurs id√©es directement, dans leurs carnets, celles-ci sont plut√īt exercices de r√©flexions, jeux de paradoxes, improvisations que l'affirmation d'une pens√©e. (Milan Kundera, L'art du roman)
#5327
L'oeuvre de chaque romancier contient une vision implicite de l'histoire du roman, une idée de ce qu'est le roman; c'est cette idée du roman, inhérente à mes romans, que j'ai essayé de faire parler. (Milan Kundera, épigraphe à L'art du roman)
#5350
La pratique du reader's digest refl√®te fid√®lement les tendances profondes de notre temps et me fait penser qu'un jour toute la culture pass√©e sera compl√®tement r√©√©crite et compl√®tement oubli√©e derri√®re son rewriting. Les adaptations cin√©matographiques et th√©√Ętrales des grands romans ne sont que reader's digest sui generis. (Milan Kundera, Jacques et son ma√ģtre)
#5367
L'humour n'est pas une étincelle qui jaillit brièvement lors du dénouevement comique d'une situation ou d'un récit pour nous faire rire. Sa lumière discrète s'étend sur tout le vaste paysage de la vie. (Milan Kundera, Le rideau)
#5285
Le soutien-gorge a pour fonction de soutenir quelque chose de plus lourd que pr√©vu, dont le poids a √©t√© mal calcul√©, et qu'il faut √©tayer apr√®s coup un peu comme on √©taye avec des piliers et des contreforts le balcon d'une b√Ętisse mal construite. Autrement dit: le soutien-gorge r√©v√®le le caract√®re technique du corps f√©minin. (Milan Kundera, L'immortalit√©)
#5158
[...] il est des regards à la tentation desquels personne ne résiste: par exemple le regard sur un accident de la circulation ou sur une lettre d'amour qui appartient à l'autre. (Milan Kundera, Le livre du rire et de l'oubli)
#5516
Quand un éditeur chinois, un universitaire américain feignent de ne pas apercevoir la place qu'occupe la France dans mon travail, est-ce une ignorance? Ou est-ce autre chose? (...). Car la francophobie, ça existe! C'est la médiocrité planétaire voulant se venger de la supériorité culturelle française (...). L'arrogance francophobe m'offense personnellement. (Milan Kundera)
#5782
Selon la mani√®re dont on le pr√©sente, le pass√© de n'importe lequel d'entre nous peut aussi bien devenir la biographie d'un chef d'√Čtat bien-aim√© que la biographie d'un criminel. (Milan Kundera, Risibles amours)
#5802
Mais pour qui n'est pas fou, rien n'est plus beau que de se laisser conduire dans l'inconnu par une voix qui est folle! (Milan Kundera, L'immortalité)
#5803
Danser dans une ronde est magique; la ronde nous parle depuis les profondeurs millénaires de la mémoire. (Milan Kundera, Le livre du rire et de l'oubli)
#5817
- Deux êtres qui s'aiment, seuls, isolés du monde, c'est très beau. Mais de quoi nourriraient-ils leurs tête-à-tête? Si méprisable que soit le monde, ils en ont besoin pour pouvoir se parler.
- Ils pourraient se taire.
- [...] Oh non, aucun amour ne survit au mutisme.
(Milan Kundera, L'identité)
#5977
Une blonde s'adapte inconsciemment à ses cheveux. Surtout si cette blonde est une brune qui se fait teindre en jaune. Elle veut être fidèle à sa couleur et se comporte comme un être fragile, une poupée frivole, une créature exclusivement préoccupée de son apparence, et cette créature exige de la tendresse et des services, de la galanterie et une pension alimentaire, elle est incapable de rien faire par elle-même, elle est toute délicatesse au-dehors et au-dedans toute grossièreté. Si les cheveux noirs devenaient une mode universelle, on vivrait nettement mieux en ce monde. Ce serait la réforme sociale la plus utile que l'on ait jamais accomplie. (Milan Kundera, La valse aux adieux)
#5998
Car comment celui qui ne conna√ģt pas l'avenir pourrait-il comprendre le sens du pr√©sent? Si nous ne savons pas vers quel avenir le pr√©sent nous m√®ne, comment pourrions-nous dire que ce pr√©sent est bon ou mauvais, qu'il m√©rite notre adh√©sion, notre m√©fiance ou notre haine? (Milan Kundera, L'ignorance)
#6004
Le maniement de la pensée féminine a ses règles inflexibles ; celui qui se met en tête de persuader une femme, de réfuter son point de vue à coups de bonnes raisons, a peu de chances d'aboutir. Il est bien plus judicieux de repérer l'image qu'elle veut donner d'elle-même (ses principes, idéaux, convictions), puis d'essayer d'établir (par sophismes) un rapport harmonieux entre ladite image et la conduite que nous souhaitons lui voir tenir. (Milan Kundera, La plaisanterie)
#6023
Enfant: existence sans biographie. (Milan Kundera, L'identité)
#6084
Si tu t'obstinais à lui dire [au monde qui nous entoure] la vérité en face, ça voudrait dire que tu le prends au sérieux. Et prendre au sérieux quelque chose d'aussi peu sérieux, c'est perdre soi-même tout son sérieux. Moi, je dois mentir pour ne pas prendre au sérieux des fous et ne pas devenir moi-même fou. (Milan Kundera, Risibles amours)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.