Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#247
Les monomaniaques de tout poil, les gens qui sont possédés par une seule idée m'ont toujours spécialement intrigué, car plus un esprit se limite, plus il touche par ailleurs à l'infini. (Stefan Zweig)
#248
Dans la politique et dans la vie, les demi-mesures et les hypocrisies font toujours plus de mal que les décisions nettes et énergiques. (Stefan Zweig)
#249
Mais, si dépourvues de matière qu'elles paraissent, les pensées aussi ont besoin d'un point d'appui, faute de quoi elles se mettent à tourner sur elles-mêmes dans une ronde folle. (Stefan Zweig)
#250
Que me sont des trésors, comparés à la lumière du soleil et à des heures vécues en plein bonheur? (Stefan Zweig)
#251
Tous les prodiges n'avaient-ils pas leur reflet dans la réalité, et ne retrouvait-on pas dans chaque instant d'une vie maissante la splendeur de l'inaccessible et le bruissement de ce qui sera pour toujours incompréhensible? (Stefan Zweig)
#252
La plupart des gens n'ont qu'une imagination émoussée. Ce qui ne les touche pas directement, en leur enfoncant comme un coin aigu en plein cerveau, n'arrive guère à les émouvoir. (Stefan Zweig)
#253
... ceux qui tombent entra√ģnent souvent dans leur chute ceux qui se portent √† leur secours. (Stefan Zweig)
#254
C'est une règle constante que les dernières passions se nourissent et s'accroisent de toutes celles qui les ont précédées. (Stefan Zweig)
#255
Il ne sert à rien d'éprouver les plus beaux sentiments si l'on ne parvient pas à les communiquer. (Stefan Zweig)
#256
Dans la vie de chaque homme il est une grandeur qui l'inspire, et qui seule lui permet de préférer la vie au sommeil, à la mort, et à tous les secrets de ce qui reste inerte et sans désir. (Stefan Zweig)
#257
Il est des heures vides, creuses, qui portent en elles le destin. (Stefan Zweig)
#258
Il y a certaines paroles qui ne sont d'une vérité profonde qu'une seule fois. (Stefan Zweig)
#259
Toujours, les hommes qui prétendent combattre pour Dieu sont les plus insociables de la terre; parce qu'ils croient entendre des messages divins, leurs oreilles restent sourdes à toute parole d'humanité. (Stefan Zweig)
#260
C'est toujours la passion qui dévoile à une femme son caractère, c'est toujours dans l'amour et dans la douleur qu'elle atteint sa véritable mesure. (Stefan Zweig)
#261
Il est rare que la vérité rattrape le terrain perdu sur la légende. (Stefan Zweig)
#262
De tout temps la politique a été la science de l'absurdité. (Stefan Zweig)
#336
La véritable Angleterre, c'est Shakespeare et les Shakespeariens; tout ce qui précède n'est que préparation, tout ce qui suit n'est qu'une contrefaçon boiteuse de cet élan original et hardi vers l'infini. (Stefan Zweig, La confusion des sentiments)
#2112
Et seule l’illusion rend heureux, non le savoir. (Stefan Zweig)
#7038
[...] toute souffrance est l√Ęche: elle recule devant la puissance du vouloir-vivre qui est ancr√© plus fortement dans notre chair que toute la passion de la mort ne l'est dans notre esprit. (Stefan Zweig, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.