Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#13
A un certain √Ęge, les deux bras d'un fauteuil vous attirent plus que les deux bras d'une femme. (Gustave Flaubert)
#16
Certainement, Dieu est un très bon-enfant d'avoir donné le vin à l'homme. Si j'avais été Dieu, j'en aurais gardé la recette pour moi seul. (Théophile Gautier)
#18
J'ai le go√Ľt d'une certaine ¬ę neutralit√© ¬Ľ dans le style. Mais, sur la qualit√© de ce ¬ę neutre ¬Ľ, je suis terriblement exigeant. (Jean Rostand, Carnet d'un biologiste)
#28
La misère de l'homme ne consiste pas seulement dans la faiblesse de sa raison, l'inquiétude de son esprit, le trouble de son coeur; elle se voit encore dans un certain fond ridicule des affaires humaines. Les révolutions surtout découvrent cette insuffisance de notre nature: si vous les considérez dans l'ensemble, elles sont imposantes; si vous pénétrez dans le détail, vous apercevez tant d'ineptie et de bassesse, tant d'hommes renommés qui n'étaient rien, tant de choses dites l'oeuvre du génie, qui furent l'oeuvre du hasard, que vous êtes également étonné et de la grandeur des conséquences et de la petitesse des causes. (Chateaubriand, Pensées et Premières Poésies)
#164
De tous les arts qui recherchent la renommée, celui de l'acteur est le plus incertain. L'acteur seul redoute les arrêts du temps. Son souvenir n'est perpétué que par une faible tradition. (Sheridan, Monodie sur la mort de Garrick)
#258
Il y a certaines paroles qui ne sont d'une vérité profonde qu'une seule fois. (Stefan Zweig)
#268
Un ami dans la vie est très bien; deux, c'est beaucoup; trois, c'est à peine possible. L'amitié nécessite un certain parallélisme dans la vie, une communauté de pensée, une rivalité de but. (Henry Brooks Adams)
#362
Tels sont les quatre √Ęges de l'amour: il na√ģt dans les bras du d√©dain, il cro√ģt sous la protection du d√©sir, il s'entretient avec les faveurs et meurt empoisonn√© par la jalousie. (Cald√©ron, Le pire n'est pas toujours certain)
#420
"Qui donne aux pauvres pr√™te √† Dieu". C'est entendu, mais certains, qui ont plus l'√Ęme du cr√©ancier que du donateur, r√©clament des int√©r√™ts et stipulent des garanties de remboursement. (Bosch)
#532
La logique est devenue, pour sa plus grande part, la théorie des structures logiques, c'est à dire de certaines structures algébriques particulières, déjà isolées partiellement par les algébristes du XIXe siècle. (Lichnerowicz)
#573
Il y a une certaine volupt√© √† s'accuser soi-m√™me. D√®s que nous nous bl√Ęmons, il nous semble que personne autre n'a plus le droit de le faire. (Oscar Wilde, le portrait de Dorian Gray)
#654
Le chagrin, à certaine dose, prouve beaucoup d'affection; mais à trop forte dose, il prouve toujours quelque faiblesse d'esprit. (Shakespeare, Roméo et Juliette)
#679
Il est doux de chanter, mais soyez-en certain:
Les lèvres chantent seulement quand elles ne peuvent baiser. (James Thomson, Dimanche en amont du fleuve)
#700
La volupt√© unique et supr√™me de l'amour g√ģt dans la certitude de faire le mal. Et l'homme et la femme savent de naissance que dans le mal se trouve toute volupt√©. (Charles Baudelaire)
#707
Certains respectent les églises. Moi, c'est devant l'éphémère que je m'agenouille. (Nicolas Rey)
#855
Mais j'imagine le silence de certaines √Ęmes comme d'immenses lieux d'asile. Les pauvres p√©cheurs, √† bout de forces, y entrent √† t√Ętons, s'y endorment, et repartent consol√©s sans garder aucun souvenir du grand temple invisible o√Ļ ils ont d√©pos√© un moment leur fardeau. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#883
Je suis entrée dans le monde du vin sans autre formation professionnelle qu'une gourmandise certaine des bonnes bouteilles. (Sidonie Gabrielle Colette [dite Colette])
#939
Si l'on donne à quelqu'un le conseil qu'il a déjà l'intention de ne pas suivre, il vous en veut tout de suite, et si l'on lui donne le conseil qu'il suivra certainement, il vous en veut plus tard. (Maurice Donnay, Pensées)
#944
Il y a certes deux labyrinthes de l'esprit humain: l'un concerne la composition du continu, le second la nature de la liberté; et ils prennent leur source à ce même infini. (Académie française)
#1104
Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. (Albert Einstein)
#1131
Ce ne sont pas les différences d'opinion qui gènent le fonctionnement d'un groupe mais la rigidité de certains de ses membres. (Albert Einstein)
#1146
Le plus étonnant est que le monde ait presque certainement un sens. (Albert Einstein)
#1154
Le désespoir et le suicide sont le résultat de certaines situations fatales pour qui n'a pas foi dans l'immortalité, dans ses peines et dans ses joies. (Gérard de Nerval, Le rêve et la vie)
#1205
Les chars pompeux des Rajahs sont d√©truits par l'usure. Notre corps va de m√™me vers un an√©antissement certain, mais le savoir du sage passe √† un autre sage et ne c√ītoie jamais la destruction. (Bouddha, le Dhammapada)
#1307
Si les hommes comprenaient mieux les dangers que comporte l'emploi de certains mots, les dictionnaires, aux devantures des librairies, seraient envelopp√©s d'une bande rouge: ¬ę Explosifs. A manier avec soin ¬Ľ. (Andr√© Maurois)
#1434
On prononce certains mots non pour qu'ils soient entendu mais pas parce qu'on juge important de s'exprimer. (Alain de Botton)
#1506
Certes, les êtres humains sont égaux. Mais les individus ne le sont pas. L'égalité de leurs droits est une illusion. Le faible d'esprit et l'homme de génie ne doivent pas être égaux devant la loi. (Dr. Alexis Carrel, l'Homme, cet inconnu)
#1937
Beaut√© mon beau souci, de qui l'√Ęme incertaine
A comme l'Océan son flux et son reflux:
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me vois résoudre à ne la souffrir plus.
(François de Malherbe, Stances)
#2169
Une brume ardente et une planète,
Un cristal et une cellule,
Une méduse et un saurien
Et des cavernes o√Ļ habitent des hommes,
Ensuite, un sens de la loi et de la beauté,
Et une figure façonnée de la matière...
Certains appellent cela Evolution.
Et d'autres appellent cela Dieu.
(William Herbet Carruth, Chacun dans sa propre langue)
#2180
L'expérience immédiate de la vie résout les problèmes qui déconcertent le plus l'intelligence pure. (William James, la Volonté de croire)
#2307
O fous que nous sommes de ne voir dans notre propre pensée, que la parole incorpore pourtant sans cesse à l’univers sensible, qu’un être abstrait dont nous n’avons à craindre aucun péril proche et certain. (Georges Bernanos)
#2315
Il est certain qu‚Äôun homme, f√Ľt-ce un sc√©l√©rat, contre qui tout le monde se ligue et qui est seul contre tous, a en lui quelque chose de divin qui le rend aimable. (L√©on Bloy)
#2396
Mrs Joe était une ménagère d’une extrême propreté, mais elle s’arrangeait pour rendre sa propreté moins confortable et moins acceptable que la saleté même. La propreté est comme la religion, et certains en font de même avec leur religion. (Charles Dickens)
#2398
... L'amour qui agit compar√© √† l'amour contemplatif, est quelque chose de cruel et d'effrayant... L'amour agissant, c'est le travail et la ma√ģtrise de soi, et pour certains, une vraie science. (Dosto√Įevski)
#2424
Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation; c'est l'injuste de l'homme envers la femme. Si l'on appelle force brutale, alors, certes, la femme est moins brutale que l'homme. Mais si l'on parle de la force morale, la femme est bien sup√©rieure √† l'homme. Si la non-violence est la loi de l'humanit√©, l'avenir appartient aux femmes. Qui peut faire appel au cŇďur des hommes avec plus d'efficacit√© que la femme? (Ghandi)
Commentaire : cité dans "Tous les hommes sont frères"
#2474
Comment pr√©voir les effets d'un √©crit? S'il fut grav√© dans une pierre gisant face contre terre dans un rivage d√©sert ou s'il ¬ę repose sous les tambours et les foul√©es des masses conqu√©rantes ¬Ľ, il nous r√©v√©lera peut-√™tre, apr√®s plusieurs si√®cles, certain secret des empires lointains, ce monde √©tant une vo√Ľte √©norme o√Ļ se renvoient les √©chos. (George Eliot)
#2660
Je suis convaincu que les bons livres ont une puissance indestructible... De si loin qu'ils arrivent, ou si enfouis qu'ils soient dans les misères ignorées d'une maison d'ouvrier, ils se révèlent toujours... Certes, on les déteste... On les nie et on les insulte... Qu'est-ce que cela fait? Ils sont plus forts que tout et que tout le monde. (Octave Mirbeau)
#2714
Un souffle éloigne seul l'incrédulité de la foi.
Il n'est, entre le doute et la certitude, qu'un souffle.
De ce souffle si court, faisons le plus joyeux emploi.
De la vie à la mort, on glisse en l'espace d'un souffle.
(Omar Khayyam, Roubaiyat)
#2781
√Ä partir d'un certain √Ęge, on s'observe moins au dos des grandes cuill√®res. (Nathalie Quintane)
#2787
Le poète, en écrivant, devient d'une certaine manière le poème qu'il écrit - et le poème, en s'écrivant, devient d'une certaine manière le poète qui l'écrit: l'un et l'autre s'identifiant en se modifiant l'un et l'autre et l'un par l'autre. (Jean-Claude Renard)
#2957
Le gouvernement d'un peuple, à certains moments de son histoire, est aux mains de demi-fous. (Théodule-Armand Ribot)
#2978
Chez certains gens, un habit neuf, c'est presque un beau visage. (Marivaux)
#3099
Le hasard, dans certains cas, c'est la volonté des autres. (Alfred Capus)
#3248
La vie est faite d'illusions. Parmi ces illusions, certaines réussissent. Ce sont elles qui constituent la réalité. (J. Audiberti)
#3256
Certains moments ont un go√Ľt d‚Äô√©ternit√©. (Marc Levy)
#3265
Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles. (Oscar Wilde)
#3328
C'est l'incertitude qui nous charme.
Tout devient merveilleux dans la brume. (Oscar Wilde)
#3362
Aimer, ce n'est pas savoir. Ce n'est pas √™tre s√Ľre. Ni presque s√Ľre. Aucune certitude, aucun repos dans l'amour. Aucune compr√©hension. L'incertitude totale. (Claire de Lamirande)
#3591
Incertain et dépravé, je ne me retiens pas assez du plaisir comme chrétien, je m'y laisse aller comme homme, mais je ne m'y laisse pas tromper comme bête. (Théophile de Viau)
#3618
Il y a une espèce de honte d'être heureux à la vue de certaines misères. (Jean de La Bruyère, les Caractères)
#3699
Il est de certains êtres comme de certains pays, on n'en revient jamais. Longtemps après les avoir quittés, leurs paysages et leur langue nous habitent encore. (Christian Authier)
#3768
Nous sommes tous égaux mais certains plus que d'autres. (Geck Wotan)
#3837
Trop de paroles, péché certain. (Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal)
#4023
J'allais par des chemins perfides,
Douloureusement incertains.
Vos chères mains furent mes guides.
(Paul Verlaine, La Bonne Chanson)
#4040
¬ę Je pense, donc je suis ¬Ľ. C'est vrai chaque fois que je le dis. Et quand je ne le dis plus? Nous ne savons pas trop. Descartes n'a-t-il pas √©chou√© dans son projet de trouver d'autres √©nonc√©s aussi certains que celui-l√†? Aussur√©ment. Et les sceptiques ricanent? Cela n'a rien d'√©tonnant. Mais je pense, donc je suis, cela est vrai. C'est certes peu de chose. Mais apr√®s tout, c'est d√©j√† √ßa. Denis Moreau (Je pense, donc je suis)
#4054
Luttant de mon mieux pour mes id√©es, je ne demande que le b√©n√©fice de cette inscription placard√©e dans certains bars de l'Ouest am√©ricain: ¬ę Ne tirez pas sur le pianiste; il fait vraiment tout ce qu'il peut. ¬Ľ (√Čdouard Herriot, Notes et Maximes)
#4204
Oh, si vous m'aimiez comme je vous aime, de quelle félicité nous jouirions! Quelle certitude nous aurions l'un et l'autre dans la vie! [...] Si en vous éveillant vous pensiez avec plaisir à ce sentiment qui vous entoure [...] combien votre vie serait plus belle et plus forte! Combien ce vague qui vous tourmente deviendrait du bonheur! (Benjamin Constant, Lettre à Mme Récamier)
#4289
L'id√©al quand on lit, c'est de tout oublier. Savoir que dans un livre se trouve un ton, qu'on va √™tre √©tonn√©, √©merveill√©, √©mu √† coup s√Ľr, qu'on va sourire, qu'on va conna√ģtre un plaisir sans retenue. Le savoir pendant des ann√©es, se retenir d'aller v√©rifier, puis un jour risquer un oeil, pour voir. Et ne pas √™tre d√©√ßu. La grande joie qui nous emplit, que n'a certes pas connue l'auteur du livre. (Gilles Archambault, Les plaisirs de la m√©lancolie)
#4296
Pendant le repas de la Saint-Sylvestre, un type a √©trangl√© toute sa famille qui passait son temps √† t√©l√©phoner √† l'ext√©rieur, chacun sur son portable; les flics lui ont demand√© s'il avait un mobile; il a r√©pondu: ¬ęMoi non, mais eux, oui¬Ľ! (Laurent Ruquier, Il faut savoir changer de certitudes)
#4297
Tradition strasbourgeoise pour la Saint-Sylvestre: à minuit, tout le monde s'embrase... même les voitures! (Laurent Ruquier, Il faut savoir changer de certitudes)
#4309
Certains souvenirs sont comme des amis communs, ils savent faire des réconciliations. (Marcel Proust, À la Recherche du Temps Perdu)
#4366
L'inaction morne de certains hommes rebelles à tout effort ne diffère pas sensiblement du repos de la tombe. Ces morts vivants n'ont de la vie que l'apparence. (Gustave Le Bon, Hier et Demain)
#4372
Rien ne m'est s√Ľr que la chose incertaine. (Fran√ßois Villon)
#4397
[...] l'incertitude me para√ģt quelquefois beaucoup plus pr√®s de la v√©rit√© que les solutions cat√©goriques. (Julien Green, Mon premier livre en anglais)
#4469
Cette certitude d'avoir raison qui est, à mes yeux, le signe infaillible de l'erreur. (Jean Rostand, Carnet d'un biologiste)
#4499
La foi comporte un certain aveuglement o√Ļ se compla√ģt l'√Ęme croyante; quand elle √©chappe aux entraves de la raison, il lui semble qu'elle bat son plein. Elle n'est que d√©vergond√©e. (Andr√© Gide, Journal)
#4508
Il est certaine façon d'adorer Dieu qui fait l'effet d'un blasphème. Il est certaine façon de nier Dieu qui rejoint l'adoration. (André Gide, Journal)
#4514
J'admire toutes les formes de la saintet√© (encore que certaines me soul√®vent le cŇďur). (Andr√© Gide, Ainsi soit-il)
#4653
Ne pas prendre certaines positions, ne pas occuper certaines situations, c'est infailliblement en prendre et en occuper d'autres. (Charles Péguy, Pensées)
#4659
Condamnés à la mort, condamnés à la vie, voilà deux certitudes. (Alfred de Vigny)
#7687
" Les choses dont on est absolument certain ne sont jamais vraies. Telle est la fatalité de la foi, et la leçon du romanesque " (Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray)
#7746
La religion semble être un fardeau qui rend les fous plus fous, qui en rend fou plus d'un... qui est tout pour certains, qui se perdent en chemin ! (Mylène Farmer, Lisa-Loup et le Conteur)
#7781
On n'est pas écrivain pour avoir choisir de dire certaines choses, mais pour avoir choisir de les dire d'une certaine façon. (Jean-Paul Sartre)
#7783
Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. (Honoré De Balzac)
#4869
L'art étant devenu une des occupations recherchées des riches, les expositions se suivent avec un égal succès, quelles que soient ce qu'on exhibe, pourvu que les négociants de la presse s'en mêlent et que les étalages aient lieu dans une galerie connue. (Joris-Karl Huysmans, Certains)
#7607
Kant : Philosophe dont la pensée particulièrement touffue n’est généralement pas compréhensible dès la première lecture, et ne peut être assimilée qu’après l’avoir laissée dékanter un certain temps (Marc Escayrol, Mots et Grumots)
#7577
Chaque livre est un habitat pour l‚Äô√Ęme. Certains le sont pour une courte dur√©e, d‚Äôautres pour une dur√©e plus longe et d‚Äôautres encore ont le pouvoir de rassembler des √Ęmes du monde entier pour une dur√©e √©ternelle! (Alex Mero)
Commentaire : Alex mero, auteur de philofiction
#4950
Tout classicisme suppose un romantisme antérieur...
L'ordre suppose un certain désordre qu'il vient réduire.
(Paul Valéry; Variété, Situation de Baudelaire)
#5133
Finir un livre est comme fermer une porte. On n'est jamais certain que le moment soit venu de sortir. (Bernard Pingaud, Mon roman et moi)
#5315
Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d'un nuage épais toujours embarrassées;
Le jour de la raison ne le sauroit percer.
Avant donc que d'écrire apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.
(Boileau, Art poétique, chant I)
#5318
Dire, c'est certes ce qu'il est donné au poète, mais le vrai dire n'est-il pas une quête dont on ne peut encore mesurer la portée ni prévoir le terme? (François Cheng, Le dit de Tianyi)
#5322
Il n'est pas tout √† fait s√Ľr que l'emploi des sons et des couleurs suffise √† d√©finir la musique ou la peinture, mais il est certain que l'emploi des mots et des phrases ne suffit pas √† d√©finir la litt√©rature, et encore moins la litt√©rature comme art. (G. Genette, Fiction et diction)
#5206
Il y a des pr√©sences qui finissent par √™tre plus douloureuses que certains abandons... (J√©r√īme Touzalin)
#5238
Il n'est d'éducation utile que celle cultivant les aptitudes spéciales de chaque être. On obtient alors tout ce que l'élève peut donner sans exiger un inutile travail. (Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente)
#5410
Certes Dieu n'a pas besoin de l'existence; c'est bien plut√īt l'existence qui a besoin de Dieu. (Alain, Portrait de famille)
#5520
L'élite française fait preuve parfois d'une grande légèreté et d'une incompréhensible cécité. Cette remarque vaut pour la Francophonie comme pour la langue française. Certains considèrent notre langue et son rayonnement dans le monde comme un héritage désuet et encombrant. (Margie Sudre)
#5549
Il faut, à certaines heures, que l'homme soucieux, anxieux, tourmenté, se retire dans la solitude et qu'il ouvre un livre pour y chercher un principe d'intérêt, un thème de divertissement, une raison de réconfort et d'oubli. (Georges Duhamel)
#5556
[...] une drogue est au bonheur ce que la masturbation est à l'amour: une fermeture sur soi-même, nécessaire à certaines périodes, qui devient appauvrissante si elle coupe le contact avec le monde extérieur. (Albert Jacquard, Petite philosophie à l'usage des non-philosophes)
#5626
Certains jours, j'ai rêvé d'une gomme à effacer l'immondice humaine. (Louis Aragon, Journal du surréalisme)
#5688
√Ä certains chercheurs trop confiants en leur doctrine, on serait tent√© de dire: possible, apr√®s tout, que vous teniez la v√©rit√©, mais de gr√Ęce, oubliez-le un peu tandis que vous cherchez le vrai... (Jean Rostand, Pens√©es d'un biologiste)
#5701
Il est très difficile de s'élever au-dessus de certains médiocres et de conserver leur estime. (Jean Anouilh, Pauvre Bitos)
#5717
S√©nat. Groupe de gentlemen d'un certain √Ęge charg√©s de hautes responsabilit√©s et de sombres m√©faits. (Ambrose Gwinett Bierce, Le Dictionnaire du Diable)
#5784
Quarantaine: ne s'agirait-il pas au fond de la dernière adolescence? Tout se remet en question, nous sommes surpris par certaines de nos fragilités, tout devient grave et, surtout, nous sommes de plus en plus indécis. Dernière chance, première chance, c'est pareil. C'est la conscience au bord d'un saut. Tout est passage, alors il faut passer. (Serge Bouchard, La quarantaine)
#5883
Ainsi pour faire l'amour. Il y faut une femme. Mais c'est trop, ou trop peu. Un sexe devrait suffire. Deux seins, des l√®vres, une chevelure. Un certain mouvement qui animerait toutes ces merveilles. D'o√Ļ une femme, quand m√™me. Mais √† faire, non faite. (Georges Perros, Papiers coll√©s 1)
#5911
Le vrai miracle du Christiannisme est d'avoir pu faire accepter pendant vingt siècles à des esprits capables de raisonner la prodigieuse légende d'un Dieu condamnant son fils à un dégradant supplice et fabricant un enfer éternel pour y punir ses créatures. (Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente)
#5960
La même postérité qui réhabilite certains méconnus est peut-être en train d'en faire d'autres. (Fernand Vandérem, La Littérature)
#5990
Ce qui caractérise le philosophe et le distingue du vulgaire, c'est qu'il n'admet rien sans preuve, qu'il n'acquiesce point à des notions trompeuses et qu'il pose exactement les limites du certain, du probable et du douteux. (Denis Diderot, Lettre à Sophie Volland - 26 septembre 1762)
#6003
La vie, c'est comme une for√™t o√Ļ, toujours, on d√©couvre des poteaux indicateurs et des rep√®res, jusqu'au moment o√Ļ on n'en rencontre plus. Et la for√™t est infinie et la faim ne cesse qu'avec la mort. Et toujours on avance dans des couloirs d'o√Ļ l'on ne peut jeter un regard √† l'ext√©rieur. M√™me l'univers est trop √©troit en certains cas. Mais je refuse d'indiquer √† qui les ignore les chemins qui m√®nent au point o√Ļ j'en suis √† pr√©sent. Je travaille avec mes conceptions durement arrach√©es au chaos, par moi seul. (Thomas Bernhard, Gel)
#6087
A l'instar de la circulation routière, la circulation orthographique aurait trois types de règles: des règles fermes, sorte de feux rouges incontournables; des règles souples, telles que les règles de stationnement marquées d'une certaine liberté; et des règles non codées, plus tolérantes, telles que la file en circulation urbaine, dont la gestion est laissée à la libre initiative." (J.-A. Tschoumy, La réforme de l'orthographe)
#6103
La force ne prime pas le droit, mais le droit ne se démontre que par la force. (Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.