Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#100
Et puis, mourir n'est rien, c'est achever de naître! (Savinien de Cyrano de Bergerac, La Mort d'Agrippine)
#395
Cœurs qui brûlent! Cheveux en désordre épandus!
Beaux seins lourds de désirs, pétris par des mains pâles!
Grands appels suppliants, et jamais entendus! (Albert Samain, Le Chariot d'Or)
#726
Femmes de qui les cheveux blonds
Soit trouvés courts ou pendants longs
Servent Ă  l'amoureuse ruse
Comme les serpents de MĂ©duse. (Rabelais, la Louange des Femmes)
#733
Les cheveux gris sont des archives du passé. (Edgar Poe, Manuscrit trouvé dans une bouteille)
#1054
Parfois, ce n'est qu'en quittant la scène qu'on peut savoir quel rôle on a joué. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#1197
Mais sans le mythe, toute culture est dépossédée de sa force naturelle, saine et créatrice; seul un horizon constellé de mythes parachève l’unité d’une époque entière de culture. (Nietzsche, Naissance de la tragédie)
#1657
Finalement la philosophie de la science physique est peut-être la seule philosophie qui s'applique en déterminant un dépassement de ses principes. Bref, elle est la seule philosophie ouverte. Toute autre philosophie pose ses principes comme intangibles, ses premières vérités comme totales et achevées. Toute autre philosophie se fait gloire de sa fermeture. (Gaston Bachelard, La philosophie du non)
#1816
Du célèbre Boileau tu vois ici l'image,
"Quoi, c'est là, diras-tu, ce critique achevé?
D'oĂą vient ce noir chagrin qu'on lit sur son visage?
C'est de se voir si mal gravé". (Boileau, Poésies diverses)
#1923
La vie ne dispense pas seulement de beaux et merveilleux souvenirs. Je la vois comme la surface de l'eau d'un fleuve qui monte et qui descend selon la marée, et qui change d'aspect suivant les intempéries. (Ly Thu Ho, Printemps inachevé)
#2018
Le monde a commencé sans l'homme et il s'achèvera sans lui. (Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, neuvième partie, XL)
#2126
“Niobé aussi aux beaux cheveux a pensé à manger”. Cela est sublime à la manière de l’espace dans les fresques de Giotto. (Simone Weil)
#2508
Je suis venue ici (Livry) achever les beaux jours, et dire adieu aux feuilles: elles sont encore toutes aux arbres; elles n'ont fait que changer de couleur: au lieu de vertes, elles sont aurore, et tant de sortes d'aurore, que cela compose un brocart d'or riche et magnifique, que nous voulons trouver plus beau que du vert, quand ce ne serait que pour changer. (Marquise de Sévigné, Lettres, 1677)
#2702
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. (Nouveau Testament, II Timothée, IV, 7)
#2867
On dit qu'avec des cordes tressées en cheveux de femme, on peut lier aisément un énorme éléphant, et qu'avec une sifflet taillé dans un sabot de femme, le cerf de l'automne est fatalement attiré. Il faut donc redouter cette fascination et s'en garder (en luttant) contre soi-même. (Kenko, les mauvaises herbes de la paresse)
#3818
Oh! que c'est doux et mol chevet, et sain que l'ignorance et l'insécurité, à reposer une tête bien faite! (Montaigne, Essais)
#3942
Car roses et muguets, tes lèvres et tes dents
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger des blancs bouquets d'étoiles parfumées.
(Stéphane Mallarmé, Poésies)
#3980
Ida j'adore Ida, la légère bacchante:
Ses cheveux noirs, mêlés de grappes et d'acanthe,
Sur le tigre, attaché par une griffe d'or,
Roulent abandonnés; sa bouche rit encor
En chantant évoë; sa démarche chancelle;
Les pieds nus, ses genoux que la robe décèle,
S'Ă©lancent, et son oeil, de feux Ă©tincelant,
Brille comme Phébus sous le signe brûlant.
Alfred de Vigny ( Poèmes Antiques )
#4006
MĂ©taux qui donnez Ă  ma jeune chevelure
Une splendeur fatale et sa massive allure.
(Stéphane Mallarmé, Poésies)
#4112
Optimisme et pessimisme ne diffèrent que par la date de la fin du monde. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#4293
Les flocons de neige couvraient tes cheveux
Et la lune beige nous rendait heureux,
Je t'ai dit: "Je t'aime", dans la paix des bois,
La neige en Bohème fondait sous nos pas.
(Les Classels)
Commentaire : Groupe de chanteurs québécois, populaire dans les années 60.
#4438
Connais-tu le mot de passe pour entrer en toi-même? (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#4455
Une oeuvre est achevée que lorsque l'objectif est atteint (Paulo Coelho, L'Alchimiste)
#4477
Les parfums de la chair et des cheveux flottants
S'éparpillent dans l'air brûlant, et comme au temps
De Caprée, où Tibère épouvantait les nues,
Entrelaçant leurs corps impudiques et beaux,
Sur les rouges tapis cinquante femmes nues
Dansent effrontément, aux clartés des flambeaux.
(Théodore de Banville, Poésies)
#4483
Ida j'adore Ida, la légère bacchante:
Ses cheveux noirs, mêlés de grappes et d'acanthe,
Sur le tigre, attaché par une griffe d'or,
Roulent abandonnés; sa bouche rit encor
En chantant évoë; sa démarche chancelle;
Les pieds nus, ses genoux que la robe décèle,
S'Ă©lancent, et son oeil, de feux Ă©tincelant,
Brille comme Phébus sous le signe brûlant.
(Alfred de Vigny, Poèmes Antiques)
#4524
Le seuil est parfumé, l'alcôve est large et sombre,
Et, lĂ , parmi les fleurs, nous trouverons dans l'ombre,
Pour nos cheveux unis un lit silencieux.
(Alfred de Vigny, Les Destinées)
#4599
N'es-tu pas l'oasis oĂą je rĂŞve, et la gourde
OĂą je hume Ă  longs traits le vin du souvenir?
(Charles Baudelaire, La Chevelure)
#4765
Mais ta chevelure est une rivière tiède,
Où noyer sans frisson l'âme qui nous obsède
Et trouver ce NĂ©ant que tu ne connais pas!
(Stéphane Mallarmé, Poésies)
#4891
On se sent parfois comme deux et deux qui ne font pas quatre. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#7645
Hier fut un petit roman de ma vie, aujourd'hui un gros livre inachevé, demain une encyclopédie complète. (Leila DAKHLALLAH)
#5287
Ce qui ne fait pas l'ombre d'un doute ne fait pas non plus la lumière sur lui. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#5373
Obsession maladive du porte-drapeau: penser qu'il est un drapeau. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#5566
L'étroitesse d'esprit prend de larges proportions! (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#5629
On se croit libre alors qu'on imite. (Louis Aragon, Le Roman Inachevé)
#5801
Le plus souvent, la sortie se trouve là où était l'entrée. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#5883
Ainsi pour faire l'amour. Il y faut une femme. Mais c'est trop, ou trop peu. Un sexe devrait suffire. Deux seins, des lèvres, une chevelure. Un certain mouvement qui animerait toutes ces merveilles. D'où une femme, quand même. Mais à faire, non faite. (Georges Perros, Papiers collés 1)
#5977
Une blonde s'adapte inconsciemment à ses cheveux. Surtout si cette blonde est une brune qui se fait teindre en jaune. Elle veut être fidèle à sa couleur et se comporte comme un être fragile, une poupée frivole, une créature exclusivement préoccupée de son apparence, et cette créature exige de la tendresse et des services, de la galanterie et une pension alimentaire, elle est incapable de rien faire par elle-même, elle est toute délicatesse au-dehors et au-dedans toute grossièreté. Si les cheveux noirs devenaient une mode universelle, on vivrait nettement mieux en ce monde. Ce serait la réforme sociale la plus utile que l'on ait jamais accomplie. (Milan Kundera, La valse aux adieux)
#6223
Les pensées d'un auteur fécondent souvent des critiques qui avortent. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6233
N'oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux. (Gibran Khalil Gibran)
#6527
La presse oppresse. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6533
Les hommes auraient parfois besoin d'un "jour de congé de vie". (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6612
L'insouciance tue. Les autres. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6735
Et si la terre n'était qu'un petit astré-risque signalant un renvoi qui aurait échappé à notre attention? (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6695
Beau mensonge? Attention! C'est déjà de la création. (Stanislaw Jerzy Lec, Nouvelles pensées échevelées)
#6838
Le billard, c'est comme la vie. Ça tient à un cheveu. Une seconde. Une rencontre. Un souffle. (Maxence Fermine, Billard blues)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.