Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#477
Quand nous v√ģmes le doux sourire de l'amante bais√© par les l√®vres de l'amant, celui qui jamais plus ne sera s√©par√© de moi me baisa la bouche, tout tremblant; et ce jour-l√†, nous ne l√Ľmes pas plus avant. (Dante, Enfer)
#850
L'enfer, madame, c'est de ne plus aimer. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#909
La solitude est un enfer pour ceux qui tentent d'en sortir; elle est aussi le bonheur pour les ermites qui se cachent. (Abe Kobo)
#935
Pourvu que ma conscience ne me fasse pas de reproches, je suis prêt à subir la volonté de la fortune. (Dante, la Divine Comédie; Enfer)
#1571
L'enfer est pavé de bonnes intentions. (Samuel Johnson)
#1572
L'enfer, c'est d'avoir perdu l'espoir. (Archibald Joseph Cronin, Les Clés du Royaume)
#1576
S'il existe un enfer en ce monde, il se trouve dans le cŇďur d'un homme m√©lancolique. (Robert Burton, Anatomie de la M√©lancolie)
#1577
Qu'importe, mon Dieu, que je br√Ľle toute l'√©ternit√© en enfer, si c'est ta volont√©. (Sainte Th√©r√®se de Lisieux)
#1578
L'enfer dans la vie future, promis par la théologie, ne peut être pis que celui que nous nous créons dans la vie terrestre en orientant mal nos dispositions. (William James, Précis de psychologie)
#1580
L'enfer, c'est les autres. (Jean-Paul Sartre, Huit-Clos)
#1654
Croire qu'en dehors de nous le monde et la matière sont inanimés est une erreur de perception. Nous sommes tellement repliés sur nous-mêmes, tellement enfermés dans nos habitudes que nous ne savons plus voir. L'univers entier est tissé d'esprits qui peuvent agir, reliés les uns aux autres par un phénomène de résonance cosmique. C'est nous qui nous croyons isolés, séparés. L'univers ne se sent pas séparé. IL EST. (Jean-Paul Bourre, Préceptes de vie issus de la sagesse amérindienne)
#2066
"Vous qui entrez, laissez toutes espérance!"
Ces mots, je les vis √©crits en lettres noires sur le haut d'un porte; aussi, je m'√©criai: "Ma√ģtre, le sens de ces mots me para√ģt amer!".
Mais lui, d'une voix assur√©e: "Ici, il faut laisser toute crainte, il faut qu'en l'√Ęme toute l√Ęchet√© soit √©teinte". (Dante, Enfer, chant III)
#2067
O mon Dieu! lui aussi √©tait maintenant une tombe! Et son √©pitaphe? Voyons! Quel est le mort qui dort l√†? Inscription d'enfer! "Ci-g√ģt l'Esp√©rance". ‚ÄĒ Silence, silence! (Mariano Jos√© de Larra, Figaro au cimeti√®re)
#2207
L'enfer, c'est les autres. (Jean-Paul Sartre, Huis Clos)
#2302
L’enfer, c’est de ne plus aimer. (Georges Bernanos)
#2624
Nulle paix qui ne doive payer plein tribut à l'enfer. (Malcolm Lowry)
#2803
Ainsi, j'ai aimé un porc. Aucun des sophismes de la folie, - la folie qu'on enferme, - n'a été oublié par moi: je pourrais les redire tous, je tiens le système. (Arthur Rimbaud)
#3013
Mieux vaudrait encore un enfer intelligent qu'un paradis bête. (Victor Hugo)
#3105
Aimez les choses à double sens, mais assurez-vous bien d'abord qu'elles ont un sens. Souvenez-vous qu'on peut être hermétique et ne rien renfermer. N'oubliez pas que hermétique, ça veut dire également bouché. Et quand une phrase ténébreuse, alambiquée, vous donne le vertige, souvenez-vous que ce qui vous donne encore le vertige, c'est le vide. (Sacha Guitry, l'Esprit de Paris)
#3214
Même en enfer, régner est digne d'ambition, mieux vaut régner en enfer que de servir au ciel. (Milton John)
#3318
Il me suffit d√©sormais de fermer mes paupi√®res pour te voir, cesser de respirer pour sentir ton souffle. Alors √©coute: o√Ļ que je sois, je devinerai tes √©clats de rire, je verrai les sourires dans tes yeux, j'entendrai les √©clats de ta voix. Savoir simplement que tu es l√† quelque part sur cette terre sera, dans mon enfer, mon petit coin de paradis. (Marc Levy)
#3357
L'enfer est trop petit pour tout le monde. (Claire de Lamirande)
#3977
Donner renferme un brin de vanit√© quand recevoir demande une grandeur d'√Ęme. (Abla Farhoud, Le bonheur √† la queue glissante)
#4194
L'homme s'est lui-même enfermé jusqu'à ne plus rien voir qu'à travers les fissures étroites de sa caverne. (William Blake)
#4305
A-t-on jamais vu personne descendre en enfer pour remplacer un autre? Jamais. On l'y voit l'y faire descendre. C'est tout. (Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit)
#4516
On a beaucoup ri d'un télégramme que Mauriac a reçu peu de jours après la mort de Gide et ainsi rédigé: "Il n'y a pas d'enfer. Tu peux te dissiper. Préviens Claudel. Signé André Gide". (Julien Green, Journal)
#4612
Le courage n'est pas de peindre cette vie comme un enfer puisqu'elle en est si souvent un: c'est de la voir telle et de maintenir malgré tout l'espoir du paradis. (Christian Bobin, La lumière du monde)
#7511
Le pardon peut aussi être une forme de vengeance. Il peut déstabiliser totalement celui qui s'était enfermé pour se protéger du coup qui n'arrive pas. (Karole McDowell)
#7501
Le pardon peut aussi être une forme de vengeance. Il peut déstabiliser totalement celui qui s'était enfermé pour se protéger du coup qui n'arrive pas.(Karole McDowell)
#7529
L'enfer, c'est quand on apprend la vérité trop tard.(Henry Dubois)
#5049
L'enfer, c'est l'absence éternelle. (Victor Hugo)
#5480
Ses dialogues sur l'éloquence, et sa lettre à l'Académie française sur le même objet, renferment les principes les plus sains sur l'art d'émouvoir et de persuader. (Jean le Rond d'Alembert, Eloges, Fénelon)
#5628
L'enfer existe. Il est la part du plus grand nombre. (Louis Aragon, Les yeux et la mémoire)
#5805
"Ce fut d'abord une étude. J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges." (Alchimie du verbe, Une saison en enfer)(Arthur Rimbaud)
#5911
Le vrai miracle du Christiannisme est d'avoir pu faire accepter pendant vingt siècles à des esprits capables de raisonner la prodigieuse légende d'un Dieu condamnant son fils à un dégradant supplice et fabricant un enfer éternel pour y punir ses créatures. (Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente)
#6263
Est fanatique celui qui est s√Ľr de poss√©der la v√©rit√©. Il est d√©finitivement enferm√© dans cette certitude; il ne peut donc plus participer aux √©changes; il perd l'essentiel de sa personne. Il n'est plus qu'un objet pr√™t √† √™tre manipul√©. (Albert Jacquard, Petite philosophie √† l'usage des non-philosophes)
#6808
Dans toute poésie, il y a une lutte secrète entre l'infini du sentiment et le fini de la langue dans laquelle cet infini se renferme sans se limiter. (Jules Barbey d'Aurevilly, Les Poètes)
#6969
Tout est prison autour de moi ; je retrouve la prison sous toutes les formes, sous la forme humaine comme sous la forme de grille ou de verrou. Ce mur, c'est de la prison en pierre ; cette porte, c'est de la prison en bois ; ces guichetiers, c'est de la prison en chair et en os. La prison est une esp√®ce d'√™tre horrible, complet, indivisible, moiti√© maison, moiti√© homme. Je suis sa proie ; elle me couve, elle m'enlace de tous ses replis. Elle m'enferme dans ses murailles de granit, me cadenasse sous ses serrures de fer, et me surveille avec ses yeux de ge√īlier. (Victor Hugo, Le Dernier Jour d'un condamn√© - Chapitre XX)
#6977
Marianne. Qu'est-ce apr√®s tout une femme ? L'occupation d'un moment, une coupe fragile qui renferme une goutte de ros√©e, qu'on porte √† ses l√®vres et qu'on jette par-dessus son √©paule. Une femme ! c'est une partie de plaisir ! Ne pourrait-on pas dire quand on en rencontre une: voil√† une belle nuit qui passe ? Et ne serait-ce pas un grand √©colier en de telles mati√®res, que celui qui baisserait les yeux devant elle, qui se dirait tout bas: ¬ę Voil√† peut-√™tre le bonheur d'une vie enti√®re ¬Ľ, et qui la laisserait passer ?
(Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne - Acte II, scène 1)
#6979
Marianne. Je croyais qu'il en √©tait du vin comme des femmes. Une femme n'est-elle pas aussi un vase pr√©cieux, scell√© comme ce flacon de cristal ? Ne renferme-t-elle pas une ivresse grossi√®re ou divine, selon sa force et sa valeur ? Et n'y a-t-il pas parmi elles le vin du peuple et les larmes du Christ ? Quel mis√©rable cŇďur est-ce donc que le v√ītre, pour que vos l√®vres lui fassent la le√ßon ? Vous ne boiriez pas le vin que boit le peuple ; vous aimez les femmes qu'il aime ; l'esprit g√©n√©reux et po√©tique de ce flacon dor√©, ces sucs merveilleux que la lave du V√©suve a cuv√©s sous son ardent soleil, vous conduiront chancelant et sans force dans les bras d'une fille de joie ; vous rougiriez de boire un vin grossier ; votre gorge se soul√®verait. Ah ! vos l√®vres sont d√©licates, mais votre cŇďur s'enivre √† bon march√©. [...]
(Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne - Acte II, scène 1)
#7003
Croire qu'en dehors de nous le monde et la matière sont inanimés est une erreur de perception. Nous sommes tellement repliés sur nous-mêmes, tellement enfermés dans nos habitudes que nous ne savons plus voir. L'univers entier est tissé d'esprits qui peuvent agir, reliés les uns aux autres par un phénomène de résonance cosmique. C'est nous qui nous croyons isolés, séparés. L'univers ne se sent pas séparé. IL EST. (Jean-Paul Bourre, Préceptes de vie issus de la sagesse amérindienne)
Commentaire : nature de mot facteur
#7005
L'enfer, c'est l√† o√Ļ il n'y a pas de pourquoi (Primo L√©vi, Si c'est un homme)
#7068
La vie quotidienne est un éternel purgatoire. La vie amoureuse, un paradis ou un enfer ; nous sommes sauvés ou nous sommes damnés. (Francesco Alberoni, Le choc amoureux)
#7411
Parmi tous les ph√©nom√®nes, [le feu] est vraiment le seul qui puisse recevoir aussi nettement les deux valorisations contraires : le bien et le mal. Il brille au Paradis. Il br√Ľle √† l'Enfer. (Gaston Bachelard, La psychanalyse du feu)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.