Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#108
Vous pouvez promener votre charrue ailleurs que sur le champ virginal... de ma fille. (Savinien de Cyrano de Bergerac, Le Pédant joué)

#475
Donne, donne un baiser, fille aimable et naĂŻve!
Tes lèvres sur ma bouche aussitôt ont volé;
Mais, comme un faible enfant par la frayeur troublé,
Tu retires soudain ta lèvre fugitive.
Ce n'est pas lĂ  donner le baiser du plaisir:
C'est laisser un regret et donner un désir. (Jean Second, Les baisers)
#641
Quelques femmes toujours badines,
Quelques amis toujours joyeux,
Peu de vĂŞpres, point de matines,
Une fille, en attendant mieux,
VoilĂ  comme l'on doit sans cesse
Faire tête au sort irrité,
Et la véritable sagesse
Est de savoir fuir la tristesse
Dans les bras de la volupté.
(Voltaire, Œuvres Complètes, X)
#1159
Désir de fille est un feu qui dévore;
DĂ©sir de nonne est cent fois pis encore. (Jean-Baptiste Gresset, Vert-Vert)
#1743
Un enfant, c'est un insurgé. (Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée)
Commentaire : tiré de la troisième partie.
#2161
Le bonheur est dans l'amour un état anormal. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleur)
#2163
Chaque jeune homme, chaque jeune fille doivent savoir qu'en étudiant à l'école, ils doivent se préparer au travail, se préparer à créer des valeurs utiles à l'homme et à la société. Chacun, indépendamment de la situation de ses parents, doit avoir un seul chemin: se mettre à apprendre et, après avoir appris, travailler. (Nikita Khrouchtchev)
#2518
HĂ©las! que j'en ai vu mourir de jeunes filles!
C'est le destin: il faut une proie au trépas. (Victor Hugo, Les Orientales)
#2575
Comme la richesse de l'âme est une énigme, tant que la langue n'est pas déliée et l'énigme ainsi résolue, une jeune fille aussi est une énigme. (Sören Kierkegaard)
#2861
Tout homme a deux pays, le sien et puis la France! (Henri de Bornier, la fille de Roland)
#7828
Un visage de jeune fille, c'est l'ennui d'une page blanche où mes yeux ne peuvent rien lire d'émouvant; tandis que ton visage! Il me faut les cicatrices, les tatouages du destin, une beauté qui sorte des tempêtes (Jean Cocteau, La machine infernale)
#4245
Nos désirs vont s'interférant et, dans la confusion de l'existence, il est rare qu'un bonheur vienne justement se poser sur le désir qui l'avait réclamé. (Marcel Proust, A l'Ombre des Jeunes Filles en Fleur)
#4286
CHARLOTTE: On marie ta fille dans trois semaines et toi, tu lis?
ANTOINE: Oui.
CHARLOTTE: Qu'est-ce que tu lis?
ANTOINE: Le code civil. Au chapitre des divorces. J'étudie les moyens de la tirer de là l'année prochaine.
CHARLOTTE: Tu es un monstre! Ces enfants s'aiment!
ANTOINE: C'est ce qui me fait peur. Nous nous aimions nous aussi.

(Jean Anouilh, Les poissons rouges)
#4404
Mourir est encore la plus sûre manière de se simplifier l'existence. (Roland Jaccard, Une fille pour l'été)
#4409
La défense est un charme: on dit qu'elle assaisonne les plaisirs, et surtout ceux que l'amour nous donne. (Jean de la Fontaine, Les Filles de Minée)
#4474
L'ennui est la plus stérile des passions humaines. La plus excitante est d'éveiller une adolescente qui s'ennuie. (Roland Jaccard, Une fille pour l'été)
#4611
[...] il n'y aura pas d'autres Médée, jamais, sur cette terre. Les mères n'appelleront jamais plus leurs filles de ce nom. Tu seras seule, jusqu'au bout des temps, comme en cette minute. (Jean Anouilh, Médée)
#7734
« Si tes larmes coulent, il faut les ramasser pour en faire un collier », disait Grand-Mère.
« Mais pas de larmes de crocodiles, petite fille ! Ça ne deviendrait qu'un collier de billes... », prévient-elle.
« Non, des larmes de dérive, de peine, ou des larmes de rire... celles-ci sont des perles de vie comme les perles de pluie. [...] »(Mylène Farmer, Lisa-Loup et le Conteur)
#7752
« On m'appelle l'Âne-Catin... Ma maman est fille de joie, c'est pour ça » dit-il, très fier.
« Elle est toujours contente, c'est donc ça ? Quelle chance elle a... Loup, tu vois, j'en étais sûre ! Il y a des gens sur terre qui sont des êtres élus ! » (Mylène Farmer, Lisa-Loup et le Conteur)
#7763
Bérénice aimait, d'une de ces avenues, dont elle oubliait toujours l'ordre de succession, se jeter dans une rue traversière et gagner l'avenue suivante, comme elle aurait quitté une reine pour une fille, un roman de chevalerie pour un conte de Maupassant. Chemins vivants qui menaient ainsi d'un domaine à l'autre de l'imagination [...] ( Louis Aragon, Aurélien )
#4959
Fille qui pense Ă  son amant absent,
Toute la nuit, dit-on, a la puce Ă  l'oreille.
(Jean de la Fontaine, Le Rossignol)
#4992
Seules les promesses non tenues ont un avenir. (Roland Jaccard, Une fille pour l'été)
#5014
Les embrassades couvrent une profonde indifférence, et la politesse un mépris continuel. On n'y aime jamais autrui. (Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d'or)
#5033
Adieu la Cour, adieu les dames,
Adieu les filles et les femmes,
Adieu vous dis pour quelques temps,
Adieu vos plaisants passetemps;
Adieu le bal, adieu la danse,
Adieu mesure, adieu cadence,
Tambourins, hautbois et violons,
Puisqu'Ă  la guerre nous allons.
(Clément Marot, Epîtres)
#5220
Un seul printemps dans l'année..., et dans la vie une seule jeunesse. (Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée)
#5683
Ce qui m'étonne, dit Dieu, c'est l'espérance.
Et je n'en reviens pas.
Cette petite espérance qui n'a l'air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
Immortelle.
(Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu)
#5754
C'est la force des dirigeants modernes d'avoir compris que la religion ayant cessé d'être l'opium du peuple, la loterie, fille du rêve et de la démocratie, qui pour un investissement modique promet l'égalité des chances, pouvait constituer une drogue de substitution. (Philippe Bouvard, Journal)
#5810
L'illusion écologique est un consolationnisme comme tous les systèmes fondés sur la donnée de base que l'homme veut avant tout vivre heureux dans un monde heureux et harmonieux. C'est le principe, proclamé et allant de soi, de toutes les utopies sociales, que ce soit les innombrables variétés du socialisme, de l'anarchie, du communisme... De l'écologie. Toutes entrevoient les lendemains radieux dans un avenir à portée de main, il suffit d'en mettre un bon coup, par la révolution ou par l'éducation des masses, pour que le bon sens et l'altruisme prennent enfin les commandes. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5811
L'évolution du psychisme profond n'ayant pas suivi celle de l'activité cérébrale consciente, le progrès technique n'est qu'un outil formidable entre les mains de bestiaux dont les motivations instinctives profondes (celles qui nous font agir sont exactement les mêmes que celles d'un crocodile. L'intelligence ne fait que fournir servilement des armes et des arguments à l'instinct, alors qu'elle devrait avoir pris les commandes.
Les cons ne mènent pas le monde, mais pour mener le monde il faut plaire aux cons. C'est pourquoi tout est fait ici-bas pour eux, c'est pourquoi quiconque ne l'est pas tout à fait se sent en exil chez les crétins, et s'indigne, et pleure, et pisse le sang. Et s'emmerde. Oh, nom de dieu, ce qu'il s'emmerde!... (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5812
Le dictionnaire nous dit que l'écologie est l'étude des rapports existants entre les êtres vivants et leur milieu (en gros, ça doit être ça, j'écris en voltige, pas de dico sous la main. Mais c'était avant la survenue du "mouvement écologique". Depuis, le mot "écologie" a pris de l'ampleur et de l'ambition. Je crois pouvoir le définir en disant qu'il exprime l'inquiétude d'UN être vivant (l'homme civilisé devant la dégradation accélérée de son propre milieu d'existence. Je pense que cette définition est suffisamment générale pour mettre tout le monde d'accord.
Si maintenant on veut un peu affiner, par exemple poser les questions du "pourquoi", du "comment" et du "qu'est-ce qu'il faut faire ?", ça diverge tout de suite. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5813
J'ai écrit un jour ou l'autre, il y a longtemps, qu'il n'y a pas de bon pouvoir. Le pouvoir est le pouvoir, il fait de toi ce qu'il veut, dès que tu crois l'avoir conquis. Quelles qu'aient été tes intentions, ton idéal, tu es prisonnier de la férocité des factions et de la connerie de la foule. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5814
"Ah, vous êtes écolo?" Succès de rire assuré. En France, en tout cas. Ailleurs, je ne sais pas. Parait qu'en Allemagne les Verts sont pris au sérieux. Les Allemands n'ont aucun sens de l'humour. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5973
Pour que nous ayons quelque garantie d'être du même avis, sur une idée particulière, il faut, pour le moins, que nous n'ayons pas été du même avis. Deux hommes, s'ils veulent s'entendre vraiment, ont dû d'abord se contredire. La vérité est fille de la discussion, non pas fille de la sympathie. (Gaston Bachelard, La philosophie du non)
#6446
Quand le coeur d'une fille est pris, son amant n'a plus rien Ă  lui demander. (Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie)
#6462
[...] les gens tout à fait normaux sont rarement dans l'enseignement, et peut-être est-il naturel et préférable que les enfants, ces demi-fous que nous tolérons parmi nous, soient élevés par des originaux. (Michel Tournier, La jeune fille et la mort)
#6593
Chérubin: [...] Une fille! une femme! ah! que ces noms sont doux! qu'ils sont intéressants!(Beaumarchais, Le Mariage de Figaro - Acte I, scène 7)
#6979
Marianne. Je croyais qu'il en était du vin comme des femmes. Une femme n'est-elle pas aussi un vase précieux, scellé comme ce flacon de cristal ? Ne renferme-t-elle pas une ivresse grossière ou divine, selon sa force et sa valeur ? Et n'y a-t-il pas parmi elles le vin du peuple et les larmes du Christ ? Quel misérable cœur est-ce donc que le vôtre, pour que vos lèvres lui fassent la leçon ? Vous ne boiriez pas le vin que boit le peuple ; vous aimez les femmes qu'il aime ; l'esprit généreux et poétique de ce flacon doré, ces sucs merveilleux que la lave du Vésuve a cuvés sous son ardent soleil, vous conduiront chancelant et sans force dans les bras d'une fille de joie ; vous rougiriez de boire un vin grossier ; votre gorge se soulèverait. Ah ! vos lèvres sont délicates, mais votre cœur s'enivre à bon marché. [...]
(Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne - Acte II, scène 1)
#7055
Pour moi, ces mots « garçon manqué » signifiaient que les filles n'étaient qu'un faux pas de la nature, le résultat d'une erreur au cours de la création d'un garçon. (Marcel Pagnol, Le temps des secrets)
#7057
- Tu trouves qu'elle n'est pas jolie ?
- Oh ! dit Lili, elle est comme les autres filles. À part que quand elle marche, on dirait le maçon sur le toit, qui a peur de casser des tuiles ! (Marcel Pagnol, Le temps des secrets)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.