Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#847
Ma décision prise, je balance longuement. (Jules Renard, Journal)
#849
Vous avez la vocation de l'amiti√©, observait un jour mon vieux ma√ģtre le chanoine Durieux. Prenez garde qu'elle ne tourne √† la passion. De toutes, c'est la seule dont on ne soit jamais gu√©ri. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#850
L'enfer, madame, c'est de ne plus aimer. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#851
O chimères!
Nous ne connaissons réellement rien de ce monde, nous ne sommes pas au monde. (Georges Bernanos, Journal d'un curé campagne)
#852
Le p√©ch√© contre l'esp√©rance ‚ÄĒ le plus mortel de tous, et peut-√™tre le mieux accueilli, le plus caress√©. Il faut beaucoup de temps pour le reconna√ģtre, et la tristesse qui l'annonce, le pr√©c√®de, est si douce! C'est le plus riche des √©lixirs du d√©mon, son ambroisie. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#853
J'ai √©cart√© le voile de mousseline, effleur√© des doigts le front haut et pur, plein de silence. Et pauvre petit pr√™tre que je suis, devant cette femme si sup√©rieure √† moi hier encore par l'√Ęge, la naissance, la fortune, l'esprit, j'ai compris ‚ÄĒ oui, j'ai compris ce que la paternit√©. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#854
N'est-ce pas assez que Notre-Seigneur m'ait fait cette gr√Ęce de me r√©v√©ler aujourd'hui, par la bouche de mon vieux ma√ģtre, que rien ne m'arracherait √† la place choisie pour moi de toute √©ternit√©, que j'√©tais prisonnier de la Sainte Agonie? (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#855
Mais j'imagine le silence de certaines √Ęmes comme d'immenses lieux d'asile. Les pauvres p√©cheurs, √† bout de forces, y entrent √† t√Ętons, s'y endorment, et repartent consol√©s sans garder aucun souvenir du grand temple invisible o√Ļ ils ont d√©pos√© un moment leur fardeau. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#856
Jetez-vous donc en avant tant que vous voudrez, il faudra que la muraille cède un jour, et toutes les brèches ouvrent sur le ciel. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#857
"Est-ce possible? L'ai-je donc tant aim√©?" me disais-je. Ces matins, ces soirs, ces routes. Ces routes changeantes, myst√©rieuses, ces routes pleines du pas des hommes. Ai-je donc tant aim√© les routes, nos routes, les routes du monde? Quel enfant pauvre, √©lev√© dans leur poussi√®re, ne leur a confi√© ses r√™ves? Elles les portent lentement, majestueusement, vers on ne sait quelles mers inconnues, √ī grands fleuves de lumi√®res et d'ombres qui portez le r√™ve des pauvres! (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#858
Les jours passent, passent [...] Qu'ils sont vides! [...] Il me semble que ma vie, toutes les forces de ma vie vont se perdre dans le sable. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#859
Les moines souffrent pour les √Ęmes. Nous, nous souffrons par elles. (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#860
Car la question sociale est d'abord une question d'honneur. C'est l'injuste humiliation du pauvre qui fait les misérables. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#861
Aucune société n'aura raison du Pauvre. Les uns vivent de la sottise d'autrui, de sa vanité, de ses vices. Le Pauvre, lui, vit de la charité. Quel mot sublime. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#970
Il y a deux choses que l'expérience doit apprendre: la première, c'est qu'il faut beaucoup corriger; la seconde, c'est qu'il ne faut pas trop corriger. (Eugène Delacroix, Journal)
#1052
Nous voulons de la vie au th√©√Ętre, et du th√©√Ętre dans la vie. (Jules Renard, Journal)
#1483
Je me reproche de n'avoir pas, au jour le jour, transcrit sur un carnet spécial les phrases glanées au cours de mes lectures, qui méritaient de retenir l'attention, dont je voudrais me souvenir pour pouvoir les citer au besoin. (André Gide, Journal 1939-1949 Souvenirs)
#1493
Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. (Jules Renard, Journal, 8 mai 1901)
#1687
Le style, c'est l'oubli de tous les styles. (Jules Renard, Journal, 7 avril 1891)
#1688
√Čcrire, c'est une fa√ßon de parler sans √™tre interrompu. (Jules Renard, Journal (Gallimard) 10 avril 1895)
#1714
Le mariage doit être une éducation mutuelle et infinie. (Henri Frédéric Amiel, Journal intime)
#1715
Ce que l'homme redoute le plus, c'est ce qui lui convient. (Henri Frédéric Amiel, Journal intime)
#1750
Il n'y a pas de verités moyennes. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne, chap. 2)
#1797
Trouver d'abord, chercher après. (Jean Cocteau, Journal d'un inconnu, D'une conduite)
#1798
Qui s'affecte d'une insulte, s'infecte. (Jean Cocteau, Journal d'un inconnu, D'une conduite)
#1839
La peinture l√Ęche est la peinture d'un l√Ęche. (Eug√®ne Delacroix, Journal)
#1840
En littérature, la première impression est la plus forte. (Eugène Delacroix, Journal)
#1898
L'oeuvre d'art, c'est une idée qu'on exagère. (André Gide, Journal, Littérature et morale)
#1931
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie. (Eugène Ionesco, Journal en miettes, Chocs)
#2006
[...] les liaisons commencent dans le champagne et finissent dans la camomille. (Valery Larbaud, Les Poésies de A. O. Barnabooth, Journal intime)
#2048
Chez moi, tout crime - le meurtre principalement - a des correspondances secrètes avec l'amour. (Octave Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre, chap. 17)
#2088
Lumi√®re profuse; splendeur. L'√©t√© s'impose et contraint toute √Ęme au bonheur. (Andr√© Gide, Journal, 1943)
#2139
La gloire de la France n'a pas besoin d'√™tre accrue, c'est sa libert√© qui demande √† l'√™tre. (√Čmile Ollivier, Journal, 12 janvier 1859)
#2930
Faire aisément ce que d'autres trouvent difficile à réaliser, c'est le talent; faire ce qui est impossible au talent, c'est le génie. (Henri-Frédéric Amiel, Journal)
#3366
Quand on écrit son journal personnel, on se rend compte d'une chose : on est conscient de son inconscient. (Claire de Lamirande)
#3431
Quand on l'est, il reste beaucoup à faire: à consoler les autres. (Jules Renard, Journal, 1897)
#3524
L'histoire est le roman qui a été; le roman est de l'histoire qui aurait pu être. (Goncourt, Journal)
#3846
La différence entre le journalisme et la littérature, c'est que le journalisme est illisible et que la littérature n'est pas lue. (Oscar Wilde)
#3926
Les citations sont les béquilles des écrivains infirmes. (Paul Morand, Journal inutile)
#4035
Apparu, disparu, c'est toute l'histoire d'un homme, comme celle d'un monde et celle d'un infusoire. (Henri-Frédéric Amiel, Fragments d'un journal intime)
#4056
Libre penseur. Penseur suffirait. (Jules Renard, Journal [26 juin 1905])
#4198
C'est un moyen de se consoler que de regarder sa douleur de près. (Stendhal, Journal)
#4357
Si l'on b√Ętissait la maison du bonheur, la plus grande pi√®ce serait la salle d'attente. (Jules Renard, Journal)
#4358
C'est la plus fidèle de toutes les femmes: elle n'a trompé aucun de ses amants. (Jules Renard, Journal)
#4361
Cocu: chose étrange que ce peiti mot n'ait pas de féminin! (Jules Renard, Journal)
#4411
Scène possible. L'enfant est mort. La mère et le père sont en larmes. Mais l'amant prend la main de la femme, frappe sur l'épaule du mari et dit:
- Allons, du courage! nous en ferons un autre.
(Jules Renard, Journal)
#4436
Ma m√©moire est comme une bo√ģte o√Ļ il y aurait un peu de tout. √áa me d√©go√Ľte de chercher dedans. (Jules Renard, Journal)
#4478
Il est difficile de ne pas s'exagérer le bonheur dont on ne jouit pas. (Stendhal, Journal)
#4479
Ne réveillez pas le chagrin qui dort. (Jules Renard, Journal)
#4493
Le catholicisme est inadmissible. Le protestantisme est intolérable. Et je me sens profondément chrétien. (André Gide, Journal)
#4496
Je suis un incroyant. Je ne serai jamais un impie. (André Gide, Journal)
#4497
La bonne foi est une vertu essentiellement la√Įque, qui remplace la foi tout court. (Andr√© Gide, Journal)
#4498
La sagesse commence o√Ļ finit la crainte de Dieu. Il n'est pas un progr√®s de la pens√©e qui n'ait paru d'abord attentatoire, impie. (Andr√© Gide, Journal)
#4499
La foi comporte un certain aveuglement o√Ļ se compla√ģt l'√Ęme croyante; quand elle √©chappe aux entraves de la raison, il lui semble qu'elle bat son plein. Elle n'est que d√©vergond√©e. (Andr√© Gide, Journal)
#4500
Les persécutions ont toujours eu lieu (ou presque), jusqu'à présent, au nom d'une religion. Que la libre pensée à son tour persécute, la religion trouve cela monstrueux. Mais peut-on vraiment dire qu'il y ait persécution? J'ai toujours quelque peine à accepter pour vrai ce qu'on a tout intérêt à nous faire croire. (André Gide, Journal)
#4501
Ce jeune musulman, √©l√®ve de Massignon, qui vint un matin me parler et que j'envoyai √† Marcel de Coppet: avec des larmes, des sanglots dans la voix, il racontait sa conviction profonde: l'Islam seul √©tait en possession de la v√©rit√© qui pouvait apporter la paix au monde, r√©soudre les probl√®mes sociaux, concilier les plus irr√©ductibles antagonismes des nations... Berdiaeff r√©serve ce r√īle √† l'orthodoxie grecque. De m√™me le catholique ou le juif, chacun √† sa religion propre. C'est au nom de Dieu qu'on se battra. Et comment en serait-il autrement, du moment que chaque religion pr√©tend au monopole de la v√©rit√© r√©v√©l√©e? Car il ne s'agit plus ici de morale; mais bien de r√©v√©lation. C'est ainsi que les religions, chacune pr√©tendant unir tous les hommes, les divisent. Chacune pr√©tend √™tre la seule √† poss√©der la V√©rit√©. La raison est commune √† tous les hommes, et s'oppose √† la religion, aux religions. (Andr√© Gide, Journal)
#4504
Le christianisme, avant tout, console; mais il y a des √Ęmes naturellement heureuses et qui n'ont pas besoin d'√™tre consol√©es. Alors, celles-ci, le christianisme commence par les rendre malheureuses, n'ayant sinon pas d'action sur elles. (Andr√© Gide, Journal)
#4505
Nombreux sont ceux qui confondent mysticisme et spiritualité, et qui croient que l'homme ne peut que ramper, si la religion ne le soulève; qui croient que seule la religion peut empêcher l'homme de ramper. (André Gide, Journal)
#4506
Ce qu'il y a de plus extraordinaire peut-être dans le besoin de l'extraordinaire, c'est que c'est, de tous les besoins de l'esprit, celui qu'on a le moins de peine à contenter. (André Gide, Journal)
#4507
Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent. (André Gide, Journal)
#4508
Il est certaine façon d'adorer Dieu qui fait l'effet d'un blasphème. Il est certaine façon de nier Dieu qui rejoint l'adoration. (André Gide, Journal)
#4509
Les lois et les morales sont essentiellement √©ducatrices, et par cela m√™me provisoire. Toute √©ducation bien entendue tend √† pouvoir se passer d'elles. Toute √©ducation tend √† se nier d'elle-m√™me. Les lois et les morales sont pour l'√©tat d'enfance: l'√©ducation est une √©mancipation. Une cit√©, un √Čtat parfaitement sage vivrait, jugerait sans lois, les normes √©tant dans l'esprit de son ar√©opage. L'homme sage vit sans morale, selon sa sagesse. Nous devons essayer d'arriver √† l'immoralit√© sup√©rieure. (Andr√© Gide, Journal)
#4510
Il est bon de laisser croire à l'enfant que Dieu le voit, car il doit agir comme sous le regard de Dieu et faire de cela sa conscience. (André Gide, Journal)
#4511
Je n'oppose pas à la Foi le doute; mais l'affirmation: ce qui ne saurait être n'est pas. (André Gide, Journal)
#4512
Se passer de Dieu... Je veux dire: se passer de l'idée de Dieu, de la croyance en une Providence attentive, tutélaire et rémunératrice..., n'y parvient pas qui veut. (André Gide, Journal)
#4513
L'athéisme seul peut pacifier le monde aujourd'hui. (André Gide, Journal)
#4515
L'homme est responsable de Dieu. (André Gide, Journal)
#4516
On a beaucoup ri d'un télégramme que Mauriac a reçu peu de jours après la mort de Gide et ainsi rédigé: "Il n'y a pas d'enfer. Tu peux te dissiper. Préviens Claudel. Signé André Gide". (Julien Green, Journal)
#4550
La peur de l'ennui est la seule excuse du travail. (Jules Renard, Journal)
#4553
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. (Jules Renard, Journal)
#4614
[...] quelle arme est aussi tranchante, aussi p√©n√©trante, dans son mouvement aussi luisante et, gr√Ęce √† cela, aussi d√©cevante qu'un regard? (S√∂ren Kierkegaard, Le Journal du s√©ducteur)
#4620
Adultère:
- Mais la question est de ne pas faire de peine à sa femme!
- Ca ne se fait pas.
- Ca ne se sait pas.
- Ca se sait toujours.
- Comment?
- N'importe comment, par tout le monde, par le premier venu, par moi, tiens! Je ne laisse rien perdre, et, quand j'ai fait de la peine à quelqu'un, je veux qu'il le sache.
(Jules Renard, Journal)
#4712
Le monde ne sera sauv√©, s'il peut l'√™tre, que par des insoumis. Sans eux, c'en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait √† notre pr√©sence sur terre une justification secr√®te. Ils sont, ces insoumis, le ¬ę sel de la terre ¬Ľ et les responsables de Dieu. (Andr√© Gide, Journal)
#4759
Ni la contrainte, ni la sévérité, ne vous ouvriront l'accès de la vraie sagesse, mais bien l'abandon et une joie enfantine. Quoi que ce soit que vous vouliez apprendre, abordez-le avec gaieté. (Henry David Thoreau, Journal)
#4817
Ecrire, c'est se montrer. (Jean Chalon, Journal de Paris)
#4820
Ecrire, c'est presque toujours mentir. (Jules Renard, Journal)
#4823
Il n'y a encore que les gens qui écrivent qui sachent lire. (Paul Léautaud, Journal littéraire)
#4838
Si vous voulez plaire aux femmes, dites-leur ce que vous ne voudriez pas qu'on d√ģt √† la votre. (Jules Renard, Journal)
#4860
Il n'y a que d'un fils qu'on ne soit point jaloux. (Jules Renard, Journal)
#4934
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle.
Et c'est de ce d√©go√Ľtant ap√©ritif que l'homme civilis√© accompagne son repas de chaque matin. Je ne comprends pas qu'une main pure puisse toucher un journal sans une convulsion de d√©go√Ľt. (Charles Baudelaire, Journaux intimes; CIII)
#4935
Grand est le journalisme. Chaque éditeur capable n'est-il pas un gouverneur du monde, étant l'un de ceux qui le persuadant, quoique élu personnellement et cependant sanctionné par la vente de ses numéros? (Carlyle, La Révolution française; II)
#7639
La musique n'est jamais que de l'art quand la parole peut être poésie. (Robert Desnos, la revue Le Journal littéraire - 2 Mai 1925)
#5005
La clarté est la politesse de l'homme de lettres. (Jules Renard, Journal)
#5020
Ne pas s'occuper des autres, c'est toute la distinction; s'en occuper, c'est toute la politesse. Ces deux contraires, appliqués selon les lieux, les personnes, les circonstances, font tout l'homme bien élevé. (les frères Goncourt, Journal tome 1)
#5083
Le talent, c'est comme l'argent: il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler. (Jules Renard, Journal)
#5129
L'amour tue l'intelligence. Le cerveau fait sablier avec le coeur. L'un ne se remplit que pour vider l'autre. (Jules Renard, Journal)
#5363
Un poète, un romancier, un novelliste, un conteur ne donne au lecteur que la moitié d'une oeuvre, et il attend de lui qu'il écrive l'autre moitié dans sa tête en le lisant ou en l'écoutant. Les oeuvres littéraires les plus importantes selon moi sont celles qui ont suscité après elles une postérité renouvelée à chaque génération. (Michel Tournier, Journal extime; La Musardine)
#5178
Que de gens ont voulu se suicider, et se sont contentés de déchirer leur photographie! (Jules Renard, Journal)
#5286
Rien ne d√©go√Ľte de la vie comme de feuilleter un dictionnaire de m√©decine. (Jules Renard, Journal)
#5307
Ne vous illusionnez donc pas! N√© vingt ans plus t√īt, vous auriez fait du naturalisme comme tout le monde. (Jules Renard, Journal)
#5374
La vie n'est peut-être qu'une maladie, le phylloxera de notre planète. (Jules Renard, Journal)
#5421
Il est beaucoup plus difficile qu'on ne croit de s'aimer soi-même: c'est le principe de la vraie charité. (Miguel de Unamuno, Journal intime)
#5470
Une √©loquence et une po√©sie d'Asiatique, des √©tats d'√Ęme indescriptible, incalculable. C'est de la po√©sie comme l'or est un m√©tal pr√©cieux: par convention. (Lema√ģtre, Journal de Jules Renard 1893 - 1898)
#5490
Ces grands penseurs politiques, prophètes, qui à force de prévoir ne voient plus rien. (Claude Roy, La fleur du temps; journal 1983-1987)
#5531
Le train, l'automobile du pauvre. Il ne lui manque que de pouvoir aller partout. (Jules Renard, Journal)
#5567
Il n'y a qu'un remède à l'amour: aimer davantage. (Henry David Thoreau, Journal)
#5626
Certains jours, j'ai rêvé d'une gomme à effacer l'immondice humaine. (Louis Aragon, Journal du surréalisme)
#5644
Je croirais vraiment à la liberté de la presse quand un journaliste pourra écrire ce qu'il pense vraiment de son journal. Dans son journal. (Guy Bedos, Journal d'un mégalo)
#5645
Il n'y a pas que des salauds au gouvernement. Il faut rester objectif. Il y a aussi des incompétences. (Guy Bedos, Journal du Centre)
#5684
Homère est nouveau, ce matin, et rien n'est peut-être aussi vieux que le journal d'aujourd'hui. (Charles Péguy, Note sur M. Bergson et la philosophie bergsonienne)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.