Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#641
Quelques femmes toujours badines,
Quelques amis toujours joyeux,
Peu de vêpres, point de matines,
Une fille, en attendant mieux,
Voilà comme l'on doit sans cesse
Faire tête au sort irrité,
Et la véritable sagesse
Est de savoir fuir la tristesse
Dans les bras de la volupté.
(Voltaire, Ňíuvres Compl√®tes, X)
#1847
Il vaut mieux tomber dans les mains d'un médecin heureux que d'un médecin savant. (Bonaventure Des Périers, Nouvelles récréations et Joyeux devis)
#2489
Et pourquoi, dans des minutes de joyeuse insouciance, sentons-nous la tristesse s'insinuer en nous? Le rire se fige sur nos l√®vres, notre visage s‚Äôassombrit et nous voici aussit√īt diff√©rents de nos compagnons... (Nicolas Gogol)
#2714
Un souffle éloigne seul l'incrédulité de la foi.
Il n'est, entre le doute et la certitude, qu'un souffle.
De ce souffle si court, faisons le plus joyeux emploi.
De la vie à la mort, on glisse en l'espace d'un souffle.
(Omar Khayyam, Roubaiyat)
#3910
Je viens je ne sais d'o√Ļ, je suis je ne sais qui, je meurs je ne sais quand, je m'√©tonne d'√™tre aussi joyeux. (Martinus Von Biberach)
#4100
No√ęl est l√†,
Ce joyeux No√ęl, des cadeaux plein les bras,
Qui réchauffe nos coeurs et apporte la joie,
Jour des plus beaux souvenirs,
Plus beau jour de l'année.
(Washington Irving)
#6154
La première condition du bonheur est que l'homme puisse trouver joie au travail. Il n'y a vraie joie dans le repos, le loisir, que si le travail joyeux le précède.
Le travail le plus p√©nible peut-√™tre accompagn√© de joie d√®s que le travailleur sait pouvoir go√Ľter le fruit de sa peine. La mal√©diction commence avec l'exploitation de ce travail par un autrui myst√©rieux qui ne conna√ģt du travailleur que son "rendement". (Andr√© Gide, Journal 1889-1939; 4 ao√Ľt 1936)
#6398
Le lendemain, dès la première heure, l'intrépide Tartarin et le non moins intrépide prince Grégory, suivis d'une demi-douzaine de portefaix nègres, sortaient de Milianah et descendaient vers la plaines du Chéliff par un raidillon délicieux tout ombragé de jasmins, de thuyas, de caroubiers, d'oliviers sauvages, entre deux haies de petits jardins indigènes et des milliers de joyeuses sources vives qui dégringolaient de roche en roche en chantant... Un paysage du Liban. (Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon)
#6825
Les meilleurs médecins du monde sont: Le Docteur Diète, le Docteur Tranquille et le Docteur Joyeux. (Jonathan Swift, Conversation polie)
#6942
Il était plus animé que de coutume; une certaine excitation forte, joyeuse et résolue éclairait ses yeux. (Eugène Fromentin, Dominique)
#6970
Misérable! quel crime j'ai commis, et quel crime je fais commettre à la société!
Oh! est-il bien vrai que je vais mourir avant la fin du jour ? Est-il bien vrai que c'est moi ? Ce bruit sourd de cris que j'entends au-dehors, ce flot de peuple joyeux qui d√©j√† se h√Ęte sur les quais, ces gendarmes qui s'appr√™tent dans leurs casernes, ce pr√™tre en robe noire, cet autre homme aux mains rouges, c'est pour moi! c'est moi qui vais mourir! moi, le m√™me qui est ici, qui vit, qui se meut, qui respire, qui est assis √† cette table, laquelle ressemble √† une autre table, et pourrait aussi bien √™tre ailleurs ; moi, enfin, ce moi que je touche et que je sens, et dont le v√™tement fait la plis que voil√†! (Victor Hugo, Le Dernier Jour d'un condamn√© - Chapitre XXVI)
#6976
CŇďlio. [...] Pourquoi ce qui te rendrait joyeux et empress√©, ce qui t'attirerait, toi, comme l'aiguille aimant√©e attire le fer, me rend-il triste et immobile ? Qui pourrait dire: ceci est gai ou triste ? La r√©alit√© n'est qu'une ombre. Appelle imagination ou folie ce qui la divinise. - Alors la folie est la beaut√© elle-m√™me. Chaque homme marche envelopp√© d'un r√©seau transparent qui le couvre de la t√™te aux pieds: il croit voir des bois et des fleuves, des visages divins, et l'universelle nature se tient sous ses regards des nuances infinies du tissu magique. [...]
(Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne - Acte I, scène 1)
#7139
A celui qui souffre, les consolations d'un consolateur joyeux ne sont pas de grand prix, et son mal n'est pas pour nous ce qu'il est pour lui. (Paul Claudel, L'annonce faite à Marie)
#7156
[...] à celui qui souffre, les consolations d'un consolateur joyeux ne sont pas de grand prix, et son mal n'est pas pour nous ce qu'il est pour lui. (Paul Claudel, L'Annonce faite à Marie)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.