Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#2335
Familles! je vous hais! Foyers clos; portes refermés; possessions jalouses du bonheur. (André Gide, Les Nourritures terrestres)
#2655
...les enfants des hommes..., tout en tétant, regardent calmement et fixement autre chose que les seins qui les allaitent (comme s’ils menaient deux vies différentes et, tandis qu’ils sucent une nourriture naturelle, se repaissent de quelque surnaturelle réminiscence)... (Herman Melville)
#4502
C'est un vase informe [le mot Dieu] à parois indéfiniment extensibles, qui contient ce qu'il plait à chacun d'y mettre, mais qui ne contient que ce que chacun de nous y a mis. (André Gide, Les Nouvelles Nourritures)
#4503
Il est bien plus difficile qu'on ne croit de ne pas croire à Dieu. (André Gide, Les Nouvelles Nourritures)
#4741
Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée. (André Gide, Les nourritures terrestres)
#4742
On n'est sûr de ne jamais faire que ce que l'on est incapable de comprendre. Comprendre, c'est se sentir capable de faire. (André Gide, Les nourritures terrestres)
#4743
Attends tout ce qui vient à toi; mais ne désire que ce qui vient à toi. Ne désire que ce que tu as. Comprends qu'à chaque instant du jour tu peux posséder Dieu dans sa totalité. Que ton désir soit de l'amour, et que ta possession soit amoureuse. (André Gide, Les nourritures terrestres)
#7538
Laisse à chacun le soin de sa vie. (André Gide, Les nourritures terrestres)
#5593
Si ce que tu manges ne te grise pas, c'est que tu n'avais pas assez faim. (André Gide, Les nourritures terrestres)
#6842
N'use des choses nécessaires au corps qu'autant que le demandent les besoins de l'âme, par exemple de la nourriture, des habits, du logement, des domestiques. Et rejette tout ce qui sent la mollesse ou la vanité. (Épictète, Pensées - L)
#7030
Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui ;
C'est un feu qui s'Ă©teint, faute de nourriture.
(Pierre Corneille, Le Cid)
#7979
Rien ne me désole plus que ces gens qui, au moment de goûter un grand vin, exigent de « manger un truc » : c'est une insulte à la nourriture et plus encore à la boisson. (Amélie Nothomb, Pétronille, Pocket, p. 8)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.