Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#192
Les affaires, c'est bien simple: c'est l'argent des autres. (Alexandre Dumas, fils, La Question d'argent)
#346
On apprend plus par ce que les gens disent entre eux ou par ce qu'ils sous-entendent, qu'on pourrait le faire en posant bien des questions. (Rudyard Kipling, Souvenirs)
#576
Heureuse par l'amour, quelle femme discute son bonheur?
L'homme qui le lui donne est le premier parmi les hommes.
Il n'est pas question de le comparer: il est roi...
(Marcel Prévost, Sa Maîtresse et moi)
#860
Car la question sociale est d'abord une question d'honneur. C'est l'injuste humiliation du pauvre qui fait les misérables. (Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne)
#1046
Pour comprendre une autre culture, il faut se préparer à respecter la façon de vivre dans laquelle elle trouve son expression, accepter cette conception de vie comme valable en soi et appropriée aux peuples en question. (Baldoon Dhingra, l'Orient par lui-même)
#1109
Il n'y a rien de tel qu'une question idiote, seulement une réponse idiote. (Albert Einstein)
#1418
Ma méthode est de prendre le plus de soucis possible pour trouver la chose qu'il faut dire, et ensuite de la dire avec une légèreté extrême. (George-Bernard Shaw, Réponses à neuf questions)
#2102
Etre ou ne pas être, voilà la question! (Shakespeare, Hamlet)
#2682
Nos rêveries de changer le monde s'alourdissent toujours d'un rêve moral d'objectivité "scientifique" qui se trompe d'époque: dès qu'on fait système de la colère collective, quand elle existe, on s'englue dans une morale structurée comme une analyse où la démonstration de "la faute à qui c'est", ne fatigue plus personne quand la réponse précède la question. (Véronique Nahoum-Grappe)
#2775
Il n'y a au fond que deux questions, celles de la langue et de la mort, l'émergence de l'une chez le petit d'homme, le savoir de l'autre chez l'être parlant, l'altercation des deux qui rythme l'existence. (Christian Prigent)
#3199
Il me semble que je serai toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. (Charles Baudelaire)
#3383
Quand on ne sait pas, on ne se pose pas trop de questions, mais quand on commence à disposer d'un début d'explication, on veut à tout prix tout savoir, tout comprendre. (Bernard Werber)
#3537
Heureuse par l'amour, quelle femme discute son bonheur? L'homme qui le lui donne est le premier parmi les hommes. Il n'est pas question de le comparer: il est roi... (Marcel Prévost, Sa Maîtresse et moi)
#3870
Le savant n'est pas l'homme qui fournit les vraies réponses. C'est celui qui pose les vraies questions. (Claude Lévi-Strauss)
#4380
Les questions ne sont jamais indiscrètes. Mais parfois les réponses le sont. (Oscar Wilde, Phrases et Philosophies)
#4620
Adultère:
- Mais la question est de ne pas faire de peine à sa femme!
- Ca ne se fait pas.
- Ca ne se sait pas.
- Ca se sait toujours.
- Comment?
- N'importe comment, par tout le monde, par le premier venu, par moi, tiens! Je ne laisse rien perdre, et, quand j'ai fait de la peine à quelqu'un, je veux qu'il le sache.
(Jules Renard, Journal)
#4787
[...] ce sont rarement les réponses qui apportent la vérité, mais l'enchaînement des questions. (Daniel Pennac, La fée carabine)
#4831
A la question toujours posée: "Pourquoi écrivez-vous ?", la réponse du Poète sera toujours la plus brève: "Pour mieux vivre". (Saint-John Perse, Réponse à un questionnaire sur les raison d'écrire)

#5360
Nous, politiques noirs, nous, écrivains noirs, nous nous sentons, pour le moins, aussi libres à l'intérieur du français que dans nos langues maternelles. Plus libres, en vérité, puisque la liberté se mesure à la puissance de l'outil: à la force de création. Il n'est pas question de renier les langues africaines. Pendant des siècles, peut-être des millénaires, elles seront encore parlées, exprimant les immensités abyssales de la négritude. Nous continuerons d'y prêcher les images archétypes: les poissons des grandes profondeurs. Il est question d'exprimer notre authenticité de métis culturels, d'hommes du XXe siècle. (Léopold S. Senghor, Le français, langue de culture, in Esprit)
#5499
La question n'est pas de savoir si Dieu existe ou non. Mais plutôt: qui est-Il, et à quoi joue-t-Il? (Hubert Reeves, L'Espace prend la forme de mon regard)
#5517
En un temps où les empires morts ont fait place à de vastes républiques de l'esprit, qu'il me soit permis de me limiter aux valeurs que nous défendons ensemble dans ce domaine, aux réponses que la culture française d'hier, la culture francophone de demain apportent aux questions décisives que nous pose à tous la civilisation d'aujourd'hui. (André Malraux)
#5519
Au contact des réalités "coloniales", c'est-à-dire des civilisations ultramarines, l'humanisme français s'était enrichi, s'approfondissait en s'élargissant pour intégrer les valeurs de ces civilisations (...). Au moment que, par totalisation et socialisation, se construit la Civilisation de l'Universel, il est question de nous servir de ce merveilleux outil, trouvé dans les décombres du régime colonial (...). La Négritude, l'Arabisme, c'est aussi vous, Français de l'Hexagone! (Léopold Sédar SENGHOR)
#5642
... la raison ne peut tenir contre le tempérament: elle se laisse mener en triomphe, ou en qualité de captive, ou en qualité de flatteuse. Elle contredit les passions pendant quelque temps, et puis elle ne dit mot, et se chagrine en secret, et enfin elle leur donne son approbation... (Pierre Bayle, Réponses aux questions d'un provincial)
#5784
Quarantaine: ne s'agirait-il pas au fond de la dernière adolescence? Tout se remet en question, nous sommes surpris par certaines de nos fragilités, tout devient grave et, surtout, nous sommes de plus en plus indécis. Dernière chance, première chance, c'est pareil. C'est la conscience au bord d'un saut. Tout est passage, alors il faut passer. (Serge Bouchard, La quarantaine)
#5812
Le dictionnaire nous dit que l'écologie est l'étude des rapports existants entre les êtres vivants et leur milieu (en gros, ça doit être ça, j'écris en voltige, pas de dico sous la main. Mais c'était avant la survenue du "mouvement écologique". Depuis, le mot "écologie" a pris de l'ampleur et de l'ambition. Je crois pouvoir le définir en disant qu'il exprime l'inquiétude d'UN être vivant (l'homme civilisé devant la dégradation accélérée de son propre milieu d'existence. Je pense que cette définition est suffisamment générale pour mettre tout le monde d'accord.
Si maintenant on veut un peu affiner, par exemple poser les questions du "pourquoi", du "comment" et du "qu'est-ce qu'il faut faire ?", ça diverge tout de suite. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#5815
Eduque ta raison, tu n'as rien d'autre.
N'admets pour provisoirement acceptable que ce que ta raison estime dûment démontré.
Laisse de côté les questions sans réponse.
Fuis la métaphysique.
Ne te conduis pas en fonction d'une morale transcendante.
Mais que ta morale soit faite des règles nécessaires à la vie de chacun dans une société harmonieuse et fraternelle. (François Cavanna, Lettre ouverte aux culs-bénits)
#5860
L'enfant, un chercheur... sous tutelle. Semblable en cela à un véritable chercheur, l'enfant peut mener des investigations qui le conduisent vers la connaissance. Mais il a besoin d'être guidé et accompagné par les questions du maître et d'oeuvrer dans le cadre d'un sujet construit, non pas choisi uniquement en fonction des occasions. (Georges Charpak, La main à la pâte)
Commentaire : Entretien pour L'Humanité
#5861
L'enfant, un chercheur... sous tutelle. Semblable en cela à un véritable chercheur, l'enfant peut mener des investigations qui le conduisent vers la connaissance. Mais il a besoin d'être guidé et accompagné par les questions du maître et d'oeuvrer dans le cadre d'un sujet construit, non pas choisi uniquement en fonction des occasions. (Georges Charpak - La main à la pâte)
#5924
En même temps qu'il perd son adversaire historique le communisme, le capitalisme perd aussi l'espèce de justification négative que cet adversaire lui offrait comme sur un plateau. Aussi, le "triomphe" du capitalisme n'a-t-il d'égal que son désarroi. Le soupçon naît qu'il ait vaincu pour rien. A quoi bon vaincre quand on ne sait pas pourquoi vivre. Le capitalisme ne se pose pas la question. C'est en partie ce qui fait sa force: il n'a pas besoin de sens pour fonctionner. (André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral?)
#6232
[...] Les lettres d'amour où il est question d'argent
Les lettres anonymes où il est question d'amour.
(Jacques Prévert, « La lessive »; Paroles)
#6406
Je t'ai déjà expliqué ce que c'était la religion. [...] C'est ce grand horloger qui fait tourner le monde. Sans lui, il y a beaucoup de questions que la science laisserait sans réponse!... (Jean L'Hôte, Confessions d'un enfant de chœur)
#6561
Je n'enseigne pas celui qui ne s'efforce pas de comprendre; je n'aide pas à parler celui qui ne s'efforce pas d'exprimer sa pensée. Si je soulève un angle [de la question] et que l'on est incapable de me retourner les trois autres, alors je n'y reviens pas. (Confucius, Entretiens du Maître avec ses disciples)
#6821
Quand on vit enfin, on ne réfléchit pas sur ce qu'on vit: on en profite tout simplement. Le questionnement vient après, une fois que le corps s'est délesté de sa fureur de vivre. (Victor-Lévy Beaulieu, L'héritage)
#7064
J'ai hâte de retrouver ce pays où le soleil tue les questions. (Albert Camus)
#7469
Je m'intéresse peu aux gens. J'ai toujours été ainsi, et je ne changerai pas. J'ai mes raisons. Je n'ai jamais rencontré d'homme ne serait-ce qu'à moitié aussi sincère qu'un chien. Traitez dignement un chien, et il se montrera digne de vous, vous tiendra compagnie, sera un ami dévoué, et ne vous posera jamais de questions. Les chats sont différents, mais je ne leur en tiens pas rigueur. (Annie Barrows - coauteur : Mary Ann Shaffer, Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates)
#7910
Quand c'est une question de survie, on range au placard les grands idéaux qu'on s'était fabriqués gamine. Et on encaisse, on se tait, on laisse dire, on subit. (Agnès Ledig, Juste avant le bonheur, Pocket, p. 13)
#7981
[...] la vie, c'est comme un tour de magie. Quand on est enfant, on ne voit que le devant de la scène. C'est fabuleux, on s'émerveille, on se pose des questions, on a envie d'en savoir plus. Et puis, on grandit. Peu à peu, les coulisses se dévoilent, on réalise que c'est compliqué. C'est moins joli, c'est même parfois moche, on est déçu. Mais on continue quand même à s'émerveiller. (Virginie Grimaldi, Le Premier Jour du reste de ma vie, Livre de Poche, p. 202)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.