Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#28
La misère de l'homme ne consiste pas seulement dans la faiblesse de sa raison, l'inquiétude de son esprit, le trouble de son coeur; elle se voit encore dans un certain fond ridicule des affaires humaines. Les révolutions surtout découvrent cette insuffisance de notre nature: si vous les considérez dans l'ensemble, elles sont imposantes; si vous pénétrez dans le détail, vous apercevez tant d'ineptie et de bassesse, tant d'hommes renommés qui n'étaient rien, tant de choses dites l'oeuvre du génie, qui furent l'oeuvre du hasard, que vous êtes également étonné et de la grandeur des conséquences et de la petitesse des causes. (Chateaubriand, Pensées et Premières Poésies)
#85
Claudine: « Pour moi, je hais les maris soupçonneux, et j'en veux un qui ne s'épouvante de rien, un si plein de confiance, et sûr de ma chasteté, qu'il me vît sans inquiétude au milieu de trente hommes ». (Molière, George Dandin, Acte II; scène 1)
#609
Le bonheur suppose sans doute toujours quelque inquiétude, quelque passion, une pointe de douleur qui nous éveille à nous-même. (Emile Chartier)
Commentaire : dit Alain
#2512
O toi, fiancée encore inviolée de la quiétude. (John Keats, "Ode" sur une urne grecque)
#3723
Le verbe aimmer pèse des tonnes.
Des tonnes de chagrin, de joie, d'inquiétude, de doute, de cris, d'extase.
Ne le fuis pas.
Ne pas aimer pèse encore plus lourd.
(Félix Leclerc)
#4836
On gagne plus à avoir aimé qu'à avoir compris. (Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste)
#5085
Un chercheur doit avoir conscience du peu de ce qu'il a trouvé; mais il a droit d'estimer que ce peu est immense. (Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste)
#5309
Des jeunes gens antisémites, ça existe donc, cela ? Il y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves, que cet imbécile poison a déjà déséquilibrés ? Quelle tristesse, quelle inquiétude pour le XXe siècle qui va venir. (Emile Zola)
Commentaire : Citation formulée par Emile Zola au temps de l'Affaire Dreyfus.
#5660
Une grande philosophie n'est pas celle qui installe une vérité définitive, c'est celle qui introduit une inquiétude. (Charles Péguy)
#5806
C'est bien connu: dans les périodes d'inquiétude générale, l'animal humain perd les pédales, rejette - plus encore qu'à l'accoutumée - les arguments de sa raison et plonge à corps perdu dans les tentations de l'irrationnel rassurant et exaltant. La crédulité s'engraisse sur le désarroi comme la mouche verte sur la charogne. (François Cavanna, Lettre ouverte aux culs-bénits)
#5812
Le dictionnaire nous dit que l'écologie est l'étude des rapports existants entre les êtres vivants et leur milieu (en gros, ça doit être ça, j'écris en voltige, pas de dico sous la main. Mais c'était avant la survenue du "mouvement écologique". Depuis, le mot "écologie" a pris de l'ampleur et de l'ambition. Je crois pouvoir le définir en disant qu'il exprime l'inquiétude d'UN être vivant (l'homme civilisé devant la dégradation accélérée de son propre milieu d'existence. Je pense que cette définition est suffisamment générale pour mettre tout le monde d'accord.
Si maintenant on veut un peu affiner, par exemple poser les questions du "pourquoi", du "comment" et du "qu'est-ce qu'il faut faire ?", ça diverge tout de suite. (François Cavanna, La belle fille sur le tas d'ordures)
#6506
Tu espères que tu seras heureux dès que tu auras obtenu ce que tu désires. Tu te trompes. Tu ne seras pas plus tôt en possession, que tu auras mêmes inquiétudes, mêmes chagrins, mêmes dégoûts, mêmes craintes, mêmes désirs. Le bonheur ne consiste point à acquérir et à jouir, mais à ne pas désirer. Car il consiste à être libre. (Épictète, Entretiens - Livre IV, VI)
#6515
Une hypothèse, comme une calomnie, est d'autant plus dangereuse qu'elle est plus plausible. (Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste)
#6865
On ne s'intéresse guère aux affaires des autres que lorsqu'on est sans inquiétude sur les siennes. (Pierre-Augustin Caron Beaumarchais, Lettre sur la chute et la critique du Barbier de Séville)
#6986
Viens à moi sans inquiétude.
Je te suivrai sur le chemin ;
Mais je ne puis toucher ta main,
Ami, je suis la Solitude.
Commentaire : Alfred de MUSSET ( La nuit de décembre )

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.