Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#20
Je perds trop de moments en des discours frivoles:
Il faut des actions, et non pas des paroles.
(Jean Racine, Iphigénie)
#174
Je n'Ă©coute plus rien; et pour jamais, adieu.
Pour jamais! Ah! Seigneur, songez-vous en vous-mĂŞme
Combien ce mot cruel est affreux quand on aime? (Jean Racine, Bérénice)
#198
Ah! je l'ai trop aimé pour ne le point haïr. (Jean Racine)
Commentaire : Tiré de: Andromaque.
#234
Quelques crimes toujours précèdent les grands crimes. (Jean Racine)
#235
Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j'attends. (Jean Racine)
#236
NĂ©ron: " J'embrasse mon rival, mais s'est pour l'Ă©touffer! " (Jean Racine)
#237
Et jamais on n'a vu la timide innocencePasser subitement Ă  l'extrĂŞme licence. (Jean Racine)
#238
Elle flotte, elle hésite; en un mot elle est femme. (Jean Racine)
#350
Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée:
C'est Vénus tout entière à sa proie attachée. (Jean Racine, Phèdre)
#351
Point d'argent, point de Suisse. (Jean Racine, Les Plaideurs)
#428
Ma foi, sur l'avenir bien fou qui se fiera:
Tel qui rit vendredi dimanche pleurera. (Jean Racine, les Plaideurs)
#495
Belle, sans ornements, dans le simple appareil
D'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil. (Jean Racine, Britannicus)
#752
Craignez, seigneur, craignez que le ciel rigoureux
Ne vous haïsse assez pour exaucer vos vœux! (Jean Racine, Phèdre)
#820
Le jour n'est pas plus que le fond de mon cœur. (Jean Racine, Phèdre)
#874
Celui qui met un frein Ă  la fureur des flots
Sait aussi des méchants arrêter les complots. (Jean Racine, Athalie)
#1527
Le moi, le moi ardent, aux mains crochues, à la vision étroite, à l'âpre volonté de vaincre; avec son long cortège de soupçons, de mauvais soupçons, de mauvais désirs, de tromperies, et toutes leurs conséquences qui se développent, voilà les racines de l'arbre immonde. (Charles Dickens, Martin Chuzzlewit)
#1680
Plus l'offenseur m'est cher, plus je ressens l'injure. (Jean RACINE, La Thébaïde, acte I, scène 5)
#1867
Lamartine est mort. C'est le plus grand des Racine, sans excepter Racine. (Victor Hugo - Pierres)
#1988
Et l'espoir, malgré moi, s'est glissé dans mon coeur. (Racine, Phèdre)
#2195
Il y avait des graines terribles sur la planète du petit prince... c'étaient les graines de baobabs. Le sol de la planète en était infesté. Or un baobab, si l'on s'y prend trop tard, on ne peut jamais plus s'en débarasser. Il encombre toute la planète. Il la perfore de ses racines. Et si la planète est trop petite, et si les baobabs sont trop nombreux, ils la font éclater. (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince)
#7871
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos tĂŞtes? (Jean Racine)
#2598
Elle flotte, elle hésite, en un mot elle est femme. (Racine, Athalie)
#2703
La foi qui n'agit point, est-ce une foi sincère? (Racine, Athalie)
#2785
Les poètes ont cela des hypocrites, qu'ils défendent toujours ce qu'ils font mais que leur conscience ne les laisse jamais en repos. (Jean Racine)
#2909
MĂŞme dans Racine, qui me semble fort Ă©loquent, je trouve force chevilles. (Stendhal)
#3526
Ce n'est donc pas seulement une solide tradition, enracinée au cours de notre culture occidentale et chrétienne, c'est aussi la considération la plus objective de ces faits qui nous justifie quand, pour résumer toute cette longue suite d'événements significatifs, nous lui donnons pour titre ces deux mots: histoire sainte. (Daniel-Rops, Peuple de la Bible)
#3616
L'honneur parle, il suffit: ce sont là nos oracles. (Jean Racine, Iphigénie)
#3780
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. (Racine, Phèdre).
#3784
La mémoire est la source de la libération, et l'oubli est la racine de l'exil. (Misha Defonseca)
#4019
Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous?
(Jean Racine, Bérénice)
#4026
Belle, sans ornements, dans le simple appareil
D'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil.
(Jean Racine, Britannicus)
#4037
Je n'ai fait que passer, il n'était déjà plus. (Jean Racine, Esther)
#4119
Et les Ă©toiles Ă  leur tour,
Comme torches funèbres,
Font les funérailles du jour.
(Jean Racine)
#4253
Ce n'est point nécessité qu'il y ait du sang et des morts dans une tragédie; il suffit que l'action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s'y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie. (Jean Racine, Bérénice [Préface])
#4373
Une femme inconnu,
Qui ne dit point son nom, et qu'on n'a point revue.
(Jean Racine, Athalie)
#4450
Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire (Racine, Phédre - Acte I, scène 3, v.161)
#4746
Ma rivale est ici; suis-moi sans différer;
Dans les mains des muets viens la voir expirer;
Et, libre d'un amour Ă  ta gloire funeste,
Viens m'engager ta foi; le temps fera le reste.
Ta grâce est à ce prix, si tu veux l'obtenir.
(Jean Racine, Bajazet)
#4747
Mon unique espérance est dans mon désespoir. (Jean Racine, Bajazet)
#7596
Tu lui parles du coeur, tu la cherche des yeux. (Racine, Andromaque)
#5128
Ma vengeance est perdue s'il ignore en mourant que c'est moi qui le tue. (Jean Racine, Andromaque)
#5347
La femme est une eau qui coule et ne peut être retenue. Le désir est une rivière qui rentre dans le sol et ressort plus loin. Le désir souterrain demande à être satisfait autant qu'un autre. River veut dire attacher au bord de la rivière. Rival vient de river. Rival est celui qui s'alimente au même cours d'eau qu'un autre. La femme est rivière, le mari est rivet, le rival est rival. Honte et honneur, même racine. Heureusement, dans la langue, tout se tient, la langue tient tout, elle tient le tout. (Monique LaRue, La gloire de Cassiodore)
#5450
Ce sont des idiomes existants qui, en se mêlant, fournissent l'étoffe [de l'espéranto]. Il ne faut pas faire les dédaigneux; si nos yeux [...] pouvaient en un instant voir de quoi est faite la langue de Racine et de Pascal, ils apercevraient un amalgame tout pareil. [...] Il ne s'agit pas, on le comprend bien, de déposséder personne, mais d'avoir une langue auxiliaire commune, c'est-à-dire à côté et en sus du parler indigène et national, un commun truchement volontairement et unanimement accepté par toutes les nations civilisées du globe. (Michel Bréal)
#5528
J'ai reconnu le fer, Instrument de sa rage. (Racine - Phèdre)
#5999
HĂ©las! je me consume en impuissants efforts,
Et rentre au trouble affreux dont Ă  peine je sors.
Mourrai-je tant de fois sans sortir de la vie?
(Jean Racine, Iphigénie)
#6041
Mais ne différez point: chaque moment vous tue.
RĂ©parez promptement votre force abattue,
Tandis que de vos jours, prĂŞts Ă  se consumer,
Le flambeau dure encore, et peut se rallumer.
(Jean Racine, Phèdre)
#6050
Est-ce au peuple, Madame, à se choisir un maître?
SitĂ´t qu'il hait un roi, doit-on cesser de l'ĂŞtre?
(Jean Racine, La Thébaïde)
#6149
La justice sociale signifie qu'on se refuse à soi-même beaucoup de choses, afin que les autres y renoncent à leur tour ou, ce qui revient au même, ne puissent pas les réclamer. C'est cette revendication d'égalité qui constitue la racine de la conscience sociale et du sentiment du devoir. (Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du Moi)
#6201
Oreste:
[...]
L'amour n'est pas un feu qu'on referme en une âme:
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux;
Et les feux mal couvert n'Ă©clatent que mieux.
(Jean Racine, Andromaque - Acte 2 scène2)

#6432
Ma vie à peine a commencé d'éclore.
Je tomberai comme une fleur
Qui n'a vu qu'une aurore.
(Jean Racine, Esther)
#7077
Mais de faire fléchir un courage inflexible,
De porter la douleur dans une âme insensible,
D'enchaîner un captif de ses fers étonné,
Contre un joug qui lui plaît vainement mutiné,
C'est lĂ  ce que je veux, c'est lĂ  ce qui m'irrite.
(Jean Racine, Phèdre)
#7004
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvait parler
Je sentis tout mon corps et transir et brûler. (Jean Racine, Phèdre)
#7026
Que sais-je ? À ma douleur je chercherai des charmes. (Jean Racine, Bajazet)
#7062
J'ai langui, j'ai séché, dans les feux dans les larmes. (Jean Racine. Phèdre. Acte II, scène 6, v.690)
Commentaire : Le découpage parfait du vers en quatre articulations de 3 pieds suggère une montée dans l'intensité dramatique du monologue
#7294
Je meurs si je vous perds ; mais je meurs si j'attends (Racine, Andromaque)
#7380
De l'amour, j'ai toutes les fureurs. (Jean Racine, Phèdre)
#7395
A le vouloir ? HĂ© quoi ? c'est donc moi qui l'ordonne ?
Sa mort sera l'effet de l'amour d'Hermione ? (Jean Racine, Andromaque)
#8030
L'amour est un sentiment bien exaltant à ses débuts, mais lorsqu'il prend racine il devient toujours plus fort et intense avec le temps. (Frédéric Lenoir, Cœur de cristal, Pocket, p. 162)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.