Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#45
Nous avons tous l√† un petit temple o√Ļ nous abritons religieusement toutes nos idoles, croyances, r√™ves, affections. Elles sont l√†, debout, en √©quilibre, chacune sur son pi√©destal... Fiers de ce doux fardeau, nous marchons dans la vie comme ces mouleurs italiens qui traversent les rues, des pl√Ętres dans les mains, sous chaque bras, sur la t√™te... H√©las ! un caillou sous le pied, le coude d'un passant, un rien suffit pour mettre en pi√®ces tous ces beaux petits dieux ! Rarement, le pauvre mouleur rentre chez lui son √©talage au complet ; plus rarement encore nous arrivons au terme de notre vie avec toutes nos idoles. (Alphonse Daudet, La derni√®re idole)
#56
Les grands poètes et les grands artistes ont pour fonction sociale de renouveler sans cesse l'apparence que revêt la nature aux yeux des hommes. (Apollinaire)
#60
Nommer un objet, c'est supprimer trois quarts de la puissance du poème qui est faite du bonheur de deviner peu à peu ; le suggérer, voilà le rêve. (Mallarmé)
#72
C'est à l'animus qu'appartiennent les projets et les soucis, deux manières de n'être pas présent à soi-même. À l'anima appartient la rêverie qui vit le présent des heureuses images. (Gaston Bachelard)
#154
Dis-moi, ma simple et ma tranquille amie,
Dis, combien l'absence même d'un jour,
Attriste et attise l'amour
Et le r√©veille, en ses br√Ľlures endormies? (E. Verhaeren, Les Heures)
#172
Adieu! France, adieu! Hélas! je ne te reverrai plus jamais. (Marie Stuart)
#228
Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve. (Antoine de Saint-Exupéry)
#340
Va-t'en, retire-toi, spectre de ma ma√ģtresse!
Rentre dans ton tombeau, si tu t'en es levé;
Laisse-moi pour toujours oublier ma jeunesse,
Et, quand je pense à toi, croire que j'ai rêvé...
Commentaire : Alfred de Musset (Nuit d'octobre)
#436
Brume: le monde y repose encore.
Bois et prairies rêvent encore.
Bient√īt, quand tomberont les voiles,
Tu te retrouveras le ciel bleu;
Le monde atténué, qu'exaltera l'automne,
Ruissellera d'or chaleureux.
(Edouard Mor√Įke, Matin de Septembre)
#441
Derri√®re toutes les trag√©dies et com√©dies de la vie internationale, s'est d√©licieusement r√©v√©l√©e √† moi l'id√©e d'un groupement, d'une entente √©ventuelle et sublime de personnes d'√©ducation. Au point de vue intellectuel, moral, √©motif, sensuel, social, politique, et en pr√©sence des difficult√©s et des dangers sentis, cette id√©e exquise peut fournir des situations capables de faire p√Ęlir bon nombre des plus famili√®res. C'est l√† qu'il faut chercher le drame personnel de l'avenir. (Henry James)
#481
Belles personnes,
Rayonnez, fleurissez, soyez des échansonnes
De rêve, d'un sourire enchantez un trépas,
Inspirez-vous des vers... mais ne les jugez pas!
Commentaire : Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
#521
Les droits de l'homme en g√©n√©ral ne sont pas les privil√®ges qu'un groupe humain plus ou moins clos revendique par rapport √† un autre groupe humain... Le droit de vivre, le droit d'exister et de respirer, le droit √† la libert√© sont des droits √©l√©mentaires qui n'ont ni go√Ľt ni saveur, ils vont de soi... (Jank√©l√©vitch)
#526
Il faut que cette action nous soit révélée autrement que par son effet, qu'elle nous soit révélée en elle même. (Lagneau)
#558
Il faut qu'une vérité soit révélée; non pas une vérité neuve, mais au contraire vieille comme les rues, et cent fois prouvée. (Emile Chartier, [Alain])
#561
Se réveiller, c'est se mettre à la recherche du monde. (Emile Chartier, [Alain])
#642
Tout bonheur que la main n'atteint pas n'est qu'un rêve. (Joséphin Soulary, Sonnets humoristiques)
#655
Je r√™ve une existence en un clo√ģtre de fer,
Br√Ľl√©e au je√Ľne et s√®che et r√Ęp√©e aux cilices,
O√Ļ l'on abolirait, en de muets supplices,
Par seule ardeur de l'√Ęme, enfin, toute la chair. (Emile Verhaeren, les D√©b√Ęcles)
#697
Sans mors, sans éperon, sans bride, partons à cheval sur le vin pour un ciel féerique et divin! Nous fuirons sans repos ni trêve, vers le paradis de mes rêves! (Charles Baudelaire)
#710
Ils prennent, en songeant, les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin. (Charles Baudelaire, les Chats)
#716
Alors tout s'avivant sous les lueurs décrues
Du couchant dont s'éteint peu à peu la rougeur,
Un charme se révèle aux yeux las du songeur:
Le charme des vieux murs au fond des vieilles rues. (Georges Rodenbach, la Jeunesse blanche, Vieux Quais)
#854
N'est-ce pas assez que Notre-Seigneur m'ait fait cette gr√Ęce de me r√©v√©ler aujourd'hui, par la bouche de mon vieux ma√ģtre, que rien ne m'arracherait √† la place choisie pour moi de toute √©ternit√©, que j'√©tais prisonnier de la Sainte Agonie? (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#857
"Est-ce possible? L'ai-je donc tant aim√©?" me disais-je. Ces matins, ces soirs, ces routes. Ces routes changeantes, myst√©rieuses, ces routes pleines du pas des hommes. Ai-je donc tant aim√© les routes, nos routes, les routes du monde? Quel enfant pauvre, √©lev√© dans leur poussi√®re, ne leur a confi√© ses r√™ves? Elles les portent lentement, majestueusement, vers on ne sait quelles mers inconnues, √ī grands fleuves de lumi√®res et d'ombres qui portez le r√™ve des pauvres! (Georges Bernanos, Journal d'un cur√© de campagne)
#933
La conscience est une poltronne, qui, quand elle n'a pas eu assez de force pour prévenir une faute, a rarement assez de justice pour punir le coupable, en l'accusant. (Oliver Goldsmith, le Vicaire de Wakefield)
#1061
Le th√©√Ętre est comme la messe; pour en bien sentir les effets il faut y revenir souvent. (Alain)
#1195
Qui n‚Äôa senti cette pens√©e, qui entre dans l‚Äô√Ęme, comme une lame de couteau; ...ainsi quiconque pense vraiment √† la mort ne peut le faire sans p√Ęlir. C‚Äôest une pens√©e br√®ve, et presque secr√®te, aigu√ę comme le cri de l‚Äôhirondelle, et elle ne s‚Äôatt√©nue que par un lent endurcissement, ou par une plus grande esp√©rance. (Gaston Bachelard, La dialectique de la dur√©e)
#1196
Est-il temps au moment de mourir d'apprendre comment on aurait d√Ľ vivre? (Jean-Jacques Rousseau, Les r√™veries d'un promeneur solitaire)
#1220
La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve et vous aurez vécu si vous avez aimé. (Alfred de Musset)
#1226
Non, ce n'est point un vain rêve: ils ne se trompent point ceux qui disent qu'à la mort du poète, la nature muette prend le deuil et célèbre les obsèques de son ami; ceux qui prétendent que les flancs des rochers escarpés et les cavernes solitaires exhalent des bruits plaintifs; que les ruisseaux qui s'échappent des montagnes, que la rosée embaumée qui distille des fleurs, sont autant de larmes versées sur le barde. (Sir Walter Scott, le Lai du dernier ménestrel)
#1300
ADRIANA:
[...]
Parfois nos rêves nous sermonnent,
Comme s'ils portaient vers nous la sagesse des parents morts.
(Amin Maalouf, Adriana Mater; 3me tableau)
#7883
Sculpte, lime, cisèle ;
Que ton rêve flottant

Se scelle

Dans le bloc résistant !
(Th√©ophile Gautier, √Čmaux et cam√©es, extrait du po√®me "L'Art")
#1323
On voudrait revenir √† la page o√Ļ l'on aime et la page o√Ļ l'on meurt est d√©j√† sous nos doigts. (Alphonse de Lamartine)
#1331
Dieu n'est qu'un mot rêvé pour expliquer le monde. (Alphonse de Lamartine, Harmonies poétiques et religieuses)
#1407
On ne fait pas le droit, il se fait. Cette brève formule contient toute son histoire. (Gustave Le Bon, Hier et Demain)
#1568
D√®s qu'il s'agit des hommes, le mot "conna√ģtre" me rend r√™veur. (Andr√© Malraux)
#1607
L'homme a √©tabli sa domination sur son environnement naturel en faisant na√ģtre un environnement artificiel; et ce monstre (...) se r√©v√®le √™tre un ma√ģtre bien plus intraitable et plus impitoyable que cet environnement naturel que les ouvrages de l'homme ont surmont√© ou √©touff√© et risquent m√™me d'an√©antir. (Arnold Toynbee, L'autre moiti√© du monde; Avant-Propos)
#1632
L'homme, ce rêveur définitif... (André Breton)
#1666
Estimez vos amants selon le revenu. (Mathurin Régnier, Satires XIII)
#1689
Un bon poème sort tout fait. (Pierre Reverdy, Le livre de mon bord)
#1697
Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur: il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle... (Auguste Rodin)
#1785
La mort ne révèle point les secrets de la vie. (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, avant-propos de 1846)
#1814
Il faut beaucoup de na√Įvet√© pour faire de grandes choses. (Ren√© Crevel, L'Esprit contre la raison)
#1881
La mort n'a peut-être pas plus de secrets à nous révéler que la vie? (Gustave Flaubert, Correspondance à George Sand, 2 juillet 1870)
#1888
Les rêves sont seuls les réalités de la vie. (Xavier Forneret, Broussailles de la pensées de la famille de sans titre)
#1968
Une rêve est la moitié d'une réalité. (Joseph Joubert, Pensées)
#1980
L'érotisme, ce triomphe du rêve sur la nature, est le haut refuge de l'esprit de poésie, parce qu'il nie l'impossible. (Emmanuelle Arsan, Emmanuelle)
#2132
En Afrique, on rêve l'Inde comme en Europe on rêve l'Afrique; l'idéal rayonne toujours au-delà de notre horizon actuel. (Gérard de Nerval, Voyages en Orient, Les femmes du Caire, II, Les esclaves)
#2136
Il n'est rien de réel que le rêve et l'amour. (Anna de Noailles, Le Coeur innombrable, IV, Chanson du temps opportun)
#2159
Tout est perdu sauf le bonheur. (Jacques Prévert, Spectacle, Intermède)
#2226
Un rêve et un rêveur, voilà le terme de la nature et de la pensée. (André Suarès, Poète tragique)
#2284
Seule l'exaltait la gr√Ęce d'entrer dans un monde de formes nouvelles qui le d√©livr√Ęt, et les autres avec lui, des contraintes, de l'ennui, des mensonges que le temps r√©v√©lait dans des formules mortes. (Georges Bataille)
Commentaire : à propos de Manet
#2349
... j’éprouve en ce moment que notre raison, déjà si insuffisante pour prévenir nos malheurs, l’est encore davantage pour nous en consoler. (Pierre Choderlos De Laclos)
#2421
Puissé-je ne jamais, même en rêve, être coupable de vol, d'adultère, d'ivrognerie, de crime et de fausseté. (Attanagalu-vansa)
#2453
La rêverie est le clair de lune de la pensée. (Jules Renard)
#2474
Comment pr√©voir les effets d'un √©crit? S'il fut grav√© dans une pierre gisant face contre terre dans un rivage d√©sert ou s'il ¬ę repose sous les tambours et les foul√©es des masses conqu√©rantes ¬Ľ, il nous r√©v√©lera peut-√™tre, apr√®s plusieurs si√®cles, certain secret des empires lointains, ce monde √©tant une vo√Ľte √©norme o√Ļ se renvoient les √©chos. (George Eliot)
#2503
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. (Paul Verlaine, Poèmes Saturniens)
#2529
... je me suis retranch√© de la soci√©t√© dans la r√©clusion; et pourtant je n'ai jamais voulu rien de tel ni r√™v√© quelle sorte de vie j'allais mener. J'ai fait de moi un captif et me suis mis dans un donjon, et maintenant je ne trouve pas la clef pour m'en tirer ‚Äď et si la porte √©tait ouverte, j'aurais presque peur de sortir. (Nathaniel Hawthorne)
#2608
Après qu'un temps la grêle et le tonnerre Ont le haut mont de Caucase battu, Le beau jour vient, de luer revêtu. (Louise Labé)
#2616
Le plus horrible n'a pas √©t√© la souffrance physique, mais ce que cette douleur a r√©veill√© de l√Ęchet√© chez des hommes ordinaires. L'effacement de la surface polic√©e de la morale, l'√©veil d'une abjection plus cruelle que celle d'un animal parce qu'√©labor√©e, √©rig√©e en syst√®me o√Ļ, pour avoir une chance de survivre, il faut renoncer √† l'amour sous toutes ses formes, il faut d√©choir. (Jacques Lepage)
#2636
Combien de sang l'innocent devra-t-il verser, avant que l'humanité se réveille et voie le monde tel qu'il est ? (Dominic Devost)
#2645
Ce qui distingue la poésie de la parole machinale, c'est que la poésie justement nous réveille, nous secoue en plein milieu du mot. (Ossip Mandelstam)
#2660
Je suis convaincu que les bons livres ont une puissance indestructible... De si loin qu'ils arrivent, ou si enfouis qu'ils soient dans les misères ignorées d'une maison d'ouvrier, ils se révèlent toujours... Certes, on les déteste... On les nie et on les insulte... Qu'est-ce que cela fait? Ils sont plus forts que tout et que tout le monde. (Octave Mirbeau)
#2682
Nos r√™veries de changer le monde s'alourdissent toujours d'un r√™ve moral d'objectivit√© "scientifique" qui se trompe d'√©poque: d√®s qu'on fait syst√®me de la col√®re collective, quand elle existe, on s'englue dans une morale structur√©e comme une analyse o√Ļ la d√©monstration de "la faute √† qui c'est", ne fatigue plus personne quand la r√©ponse pr√©c√®de la question. (V√©ronique Nahoum-Grappe)
#2704
Ne laissons jamais s'effacer les anniversaires mémorables.
Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates,
Comme on allume des flambeaux. (Victor Hugo)
#2739
Presque toutes les conversations sont des comptes faits. (Denis Diderot, Le rêve d'Alembert)
#2741
Les avantages du mensonge sont d'un moment, et ceux de la v√©rit√© sont √©ternels; mais les suites f√Ęcheuses de la v√©rit√©, quand elle en a, passent vite, et celles du mensonge ne finissent qu'avec lui. (Denis Diderot, Le r√™ve d'Alembert)
#2824
Il me dit une chose qui m'est souvent revenue à la mémoire, c'est que si chaque homme pouvait lire dans les coeurs de tous les autres, il y aurait plus de gens qui voudraient descendre que de ceux qui voudraient monter. (Jean-Jacques Rousseau)
#2883
Comme l'on voit sur les froides pensées
Maints accidents maintes fois advenir,
Ainsi voit-on voulentées insensées
Par la mémoire à leur mal revenir. (Maurice Scève)
#2936
La gloire se donne seulement à ceux qui l'ont toujours rêvée. (Charles de Gaulle, Mémoires)
#2972
La guerre révèle à un peuple ses faiblesse, mais aussi ses vertus. (Gustave Le Bon, Hier et Demain)
#7862
J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant. (Jacques Prévert)
#3003
Mon passé, c'est les trois quarts de mon présent. Je rêve plus que je ne vis, et je rêve en arrière. (Jules Renard)
#3009
Qui s'endort avec le cul qui gratte se reveille avec les doigts qui puent... (Coluche)
#3033
IL faut beaucoup de na√Įvet√© pour faire de grandes choses. (Ren√© Crevel)
#3056
Il est toujours facile d'obéir, si l'on rêve de commander. (Jean-Paul Sartre)
#3106
Tant que sa faveur vous seconde,
Vous √™tes les ma√ģtres du monde.
Votre gloire nous éblouit;
Mais, au moindre revers funeste,
Le masque tombe, l'homme reste,
Et le héros s'évanouit.
(Jean-Baptiste Rousseau, Odes)
#3202
Je pense que la grève de la faim est absurde voir completement folle. (Rantanplan)
#3213
Ambition: une bulle de savon qui voudrait √™tre un peu plus grosse au moment o√Ļ elle cr√®vera. (Jean Rostand)
#3246
C'est merveilleux la vieillesse, c'est le réveil qui nous tue. (François Mauriac)
#3254
Il y a toujours un rêve qui veille. (Louis Aragon)
#3262
Le livre de la vie est le livre suprême
Qu'on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix;
Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois,
Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même;
On voudrait revenir √† la page o√Ļ l'on aime,
Et la page o√Ļ l'on meurt est d√©j√† sous vos doigts...
(Alphonse De Lamartine)
#3330
Un homme n'est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves. (John Barrymore)
#3348
Les femmes n'aiment pas indiquer leur √Ęge parce qu'elles sont trop modestes pour r√©v√©ler qu'elles sont belles depuis longtemps. (Noctuel)
#3352
Pourquoi faut-il qu'on oublie ses r√™ves? Le temps vient o√Ļ on aurait le temps de les r√©aliser, on les a oubli√©s. (Claire de Lamirande)
#3377
Chaque rêve qui réussit est un accomplissement du désir de dormir. (Sigmund Freud)
#3420
Ainsi de notre espoir la fortune se joue:
Tout s'élève ou s'abaisse au branle de sa roue.
Et son ordre inégal, qui régit l'univers,
Au milieu du bonheur a ses plus grands revers. (Pierre Corneille)
#3439
Ce que raconte l'histoire n'est, en effet, que le long rêve, le songe lourd et confus de l'humanité. (Schopenhauer, le monde comme volonté et représentation)
#3455
Nous devons dormir pour donner assez de place au rêve. (Erik Orsenna)
#3456
Me réveiller chaque jour et jouer de mon mieux les cartes qui m'ont été distribuées. (Rebecca Wells)
#3548
J'ai r√™v√© que la neige br√Ľlait, j'ai r√™v√© que le feu gelait quitte √† r√™ver l'impossible; j'ai r√™v√© que tu m'aimais. (Demetra)
#3557
Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur: il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle. (Auguste Rodin)
#3622
Le voyage est une esp√®ce de porte par o√Ļ l'on sort de la r√©alit√© comme pour p√©n√©trer dans une r√©alit√© inexplor√©e qui semble un r√™ve. (Guy de Maupassant)
#3629
J'ai toujours rêvé petit, parce que j'aime bien que mes rêves se réalisent. (Ludivine Sagnier)
#3641
Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent seulement la nuit. (Edgar Allan Poe)
#3643
Mon passé, c'est les trois quarts de mon présent. Je rêve plus que je ne vis et je rêve en arrière. (Jules Renard)
#3677
Réveille-toi, on a l'éternité pour dormir... (Khayyam Omar)
#3707
L'enfance... Cette heureuse et br√®ve p√©riode de l'existence o√Ļ l'on a tout juste assez de conscience pour savourer la joie d'√™tre et d'inconscience pour ignorer les difficult√©s de la vie. (Andr√© Duval)
#3718
La vie n'est qu'un rêve dont la mort nous réveille. (Sully Prud'homme)
#3721
Il y a deux tragédies dans la vie. L'une est de ne pas réaliser ses rêves, l'autre est de les réaliser. (George-Bernard Shaw)
#3729
L'√Ęme a la couleur du regard. L'√Ęme bleue seule porte en elle du r√™ve, elle a pris son azur aux flots et √† l'espace. (Guy de Maupassant)
#3777
La mauvaise conscience, c'est pour les hommes, les femmes l'ont presque toujours bonne, quand elles en ont. (Pierre Reverdy)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.