Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#85
Claudine: « Pour moi, je hais les maris soupçonneux, et j'en veux un qui ne s'épouvante de rien, un si plein de confiance, et sûr de ma chasteté, qu'il me vît sans inquiétude au milieu de trente hommes ». (Molière, George Dandin, Acte II; scène 1)
#232
Les grandes âmes ne sont pas soupçonnées; elles se cachent; ordinairement, il ne paraît qu'un peu d'originalité. Il y a de plus grandes âmes qu'on ne le croirait. (Stendhal)
#736
Arrière, vaines chimères,
Soupçons de choses amères,
Eloignez-vous de nos cœurs. (Malherbe)
#1527
Le moi, le moi ardent, aux mains crochues, à la vision étroite, à l'âpre volonté de vaincre; avec son long cortège de soupçons, de mauvais soupçons, de mauvais désirs, de tromperies, et toutes leurs conséquences qui se développent, voilà les racines de l'arbre immonde. (Charles Dickens, Martin Chuzzlewit)
#1936
Arrière, vaines chimères,
Soupçons de choses amères,
Eloignez-vous de nos coeurs. (François de Malherbe)
#3769
Les vieux croient tout,
Les gens d'âge moyen soupçonnent tout,
Les jeunes savent tout.
(Oscar Wilde)
#4667
Si j'étais né sur une île déserte et si j'y avais passé ma vie, je n'aurais même pas soupçonné l'existence de la mort. (Ivan Alekseïevitch Bounine)
#4722
La sombre Jalousie, au teint pâle et livide,
Suit d'un pied chancelant le Soupçon qui la guide.
(Voltaire, La Henriade)
#7553
Le penchant naturel du peuple ignorant tend à lui faire soupçonner celui qui l'aime et à lui donner confiance envers celui qui le trompe. (La Boétie)
#5529
« Il sait trop tout ce qu'il veut dire... » Voilà un blâme littéraire qui paraît d'abord singulier, mais qui a du sens. Il taxe ces jeunes esprits qui ne soupçonnent jamais rien de ce qui est au delà de leur portée et qui ne voient que ce qu'ils atteignent. Genre de mérite et de médiocrité incompatibles avec tout progrès et avec toute modestie. (Joseph Joubert, Carnets; Tome 2)
#5924
En même temps qu'il perd son adversaire historique le communisme, le capitalisme perd aussi l'espèce de justification négative que cet adversaire lui offrait comme sur un plateau. Aussi, le "triomphe" du capitalisme n'a-t-il d'égal que son désarroi. Le soupçon naît qu'il ait vaincu pour rien. A quoi bon vaincre quand on ne sait pas pourquoi vivre. Le capitalisme ne se pose pas la question. C'est en partie ce qui fait sa force: il n'a pas besoin de sens pour fonctionner. (André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral?)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.