EspaceFrancais.com

Lancé en avril 2002, La Francoderole, « La plus grande œuvre artistique au monde réalisée par les enfants de la Francophonie » a impliqué plus 305 écoles primaires et communautés francophones différentes provenant de 6 provinces canadiennes et 3 états américains. Ce qui représente une participation de plus de 64 000 enfants à ces activités. La Francoderole est une immense toile de 12 mètres de hauteur et de 165 mètres de longueur. Elle est en perpétuelle croissance et continuera à grandir d'avantage.



Depuis ses débuts, la réalisation de ce chef d'ouvre repose sur les épaules d'une seule personne : son artiste-peintre concepteur, Jean-Pierre Arcand. Aussi incroyable que cela puisse paraître, celui-ci travaille sans salaire fixe. Il doit négocier un par un chaque contrat avec chacune des écoles et municipalités. Il a même fondé un organisme pour faire des levées de fonds et financer la participation d'écoles primaires défavorisées québécoises.

Ayant fait le tour de tout ce qu'il y a à faire avec un tel projet au Canada, le marché francophone américain étant devenu trop restreint, l'artiste croit maintenant qu'il est temps de passer le flambeau à un autre pays appartenant à la Francophonie.

« N'importe quand, une autre nation m'appelle et m'offre l'opportunité d'avoir un toit sur la tête, de gagner ma vie décemment et de subvenir au besoin de ma famille, je prend La Francoderole intégrale, la met sur l'avion et déménage sur le champs »..affirme l'artiste.

Il est certain que si le peintre accepte l'offre d'une nation, celle-ci sera choyée. La Francoderole présente une multitudes de possibilités de développement économique. Sur le plan purement touristique, elle a fait ses preuves.. Elle peut attirer des milliers de visiteurs à tous les jours. De plus, les enfants de ce pays seront extrêmement chanceux car l'artiste continuera ses activités de construction perpétuelle avec eux tout en recevant la visites des autres petits francophones de toute la planète. . Il ajoute même : « Si une nation m'offre un salaire annuel, ce seront tous les enfants de tous les pays de la Francophonie qui bénéficieront du projet car je ne serai plus tributaire du financement des petites communautés. Je pourrai alors offrir mes services gratuitement aux écoles primaires de partout dans le monde francophone sans leur demander de payer, Je ne serai plus obligé de monter des campagnes de charité pour les plus défavorisées. Le projet deviendra automatiquement démocratisé pour tous et toute la Francophonie.».

Lorsqu'on lui demande s'il a une préférence de destination, il répond : « Il y a plusieurs facteurs à prendre en considération. Si cette nation souhaite faire de l'exposition de La Francoderole une attraction touristique nationale ou internationale et que cela m'empêche de continuer mon œuvre d'encouragement à l'affirmation linguistique et de construction identitaire chez les petits francophones, je vais dire « Non ». L'un ne va pas sans l'autre, je ne donnerai pas la chance à un pays d'exposer une œuvre magistrale comme La Francoderole si ses enfants ne participent pas au projet.

Sur le plan du développement touristique, j'avoue que certains pays répondent mieux que d'autres , comme le Luxembourg, la Suisse, la Belgique et évidemment la France mais il faut prendre en considération les dimensions de l'œuvre. La Francoderole ne peut pas être exposée à l'extérieur. On n'exposerait pas la Mona Lisa sur un coin de rue. Il faut comprendre que cette œuvre est aussi spectaculaire que la chapelle Sixtine. Les visiteurs passent des heures à la regarder, outre qu'elle est francophone, c'est la plus grande peinture enfantine au monde, son contenu et ses thèmes en font aussi un œuvre environnementale et humaniste. La Francoderole se doit d'être exposée dans une nation démocratique et qui a une position claire face à la sauvegarde de l'environnement.

Honnêtement, si on ne peut pas l'exposer intégralement en un seul morceau à un seul endroit, ce n'est pas si grave. Le principal est que je continue mon travail, j'accorde plus d'importance à donner la chance aux enfants de participer qu'à l'exposer.

D'un autre côté, elle peut aussi jouer un rôle de soutien à la croissance économique pour une ville, si une nation africaine m'approche, je vais aussi prendre son offre en considération. Pourquoi pas le Sénégal ou encore le Madagascar? Je suis aussi ouvert à eux. Comme je le suis aussi pour des départements outre-mer français comme Tahiti, la Guadeloupe et la Martinique.

Il faut aussi comprendre que derrière cette œuvre, il y a aussi l'artiste, l'homme. Tout être humain aspire au bonheur, au droit de gagner sa vie et de participer à la vie culturelle de sa communauté, cela fait même partie de la déclaration universelle des droits de l'homme des Nations-Unis, mon seul problème est que la seule communauté à laquelle je m'identifie est planétaire et francophone . Il sera difficile pour moi de faire un choix. Je peux quand même donner un tuyau , La Francoderole, tout comme moi, avons besoin de chaleur, si celle-ci ne provient pas du soleil, elle peut être humaine. Après tout, La Francoderole a déjà fait une expédition chez les Inuits. Par contre, je me verrais bien finir mes jours comme Gauguin ».

Et que se passera-t-il si aucune nation francophone ne répond à l'appel?… l'artiste répond « Ce sera bien dommage car cela fait 7 ans que je préserve l'identité francophone du projet. Ne croyez surtout pas que cela a été si facile au Canada, la majorité des citoyens sont anglophones. Si j'avais voulu, cela aurait été nettement plus facile pour moi car je peux aussi bien animer les enfants en anglais qu'en français, j'avais juste à abandonner l'aspect unilingue du projet et j'aurais eu tout le soutien voulu, surtout que les olympiques d'hiver se passent chez nous. Mais je suis une personne de parole, j'ai promis à toutes les communautés francophones visitées qui m'ont encouragé et à tous ces petits enfants francophones qui ont cru en moi que La Francoderole se rendrait au Sommet de la Francophonie, que je l'exposerais devant les 68 chefs d'états présents, c'est ce que j'ai fait. Si aucune nation francophone ne répond à cet appel, je serai donc dans l'obligation d'abandonner l'aspect strictement français du projet et de me tourner vers notre voisin du sud, car il n'est pas question que cette œuvre historique finisse ses jours dans un entrepôt ».

Le message est donc lancé, le compte à rebours est démarré, la course des nations peut maintenant commencer : ministres des relations internationales, diplomates, ambassadeurs, maires, gens d'affaires de la Francophonie, à vos marques…prêts…partez…Le plus beau trésor du patrimoine international francophone des enfants est à votre portée.

Pour rejoindre La Francoderole, veuillez communiquer au 819 828 0181 sinon écrire aux adresses suivantes info@francoderole,com ou la_francoderole@hotmail.com.

»»»» Consultez des photos exclusives de la dernière saison de La Francoderole.