Radio-Canada

Les services essentiels de la Ville de Québec se préparent à faire face à une éclosion de grippe A (H1N1) cet automne pour ne pas être pris au dépourvu.

La police de Québec a commencé à élaborer son plan d'action dès l'apparition des premiers cas de grippe A, au printemps dernier.

« C'est une mise à jour de nos plans de mobilisation, étant donné que nous étions déjà prêts antérieurement lorsqu'on parlait de grippe aviaire ou de situations majeures qui pouvaient survenir sur notre territoire », explique le capitaine Gino Lévesque, du Service de police de la Ville de Québec.

La police dispose aussi d'un centre de gestion de crise qui pourrait servir si la situation devenait critique. C'est à partir de cet endroit qu'on supervise les opérations lors d'événements majeurs comme le Sommet des Amériques ou de la Francophonie.

Le plan de la police prévoit la réaffectation d'une partie de son personnel si un grand nombre d'agents devaient tomber malades. En dernier recours, elle pourrait même demander la collaboration de la GRC ou de la Sûreté du Québec.

Les pompiers ont quant à eux commencé à élaborer leur plan seulement cette semaine. Même s'ils se disent moins vulnérables que les policiers, puisqu'ils ont moins de contacts avec le grand public, ils se préparent à composer avec des effectifs réduits.

Des activités non essentielles pourraient être temporairement mises sur la glace, telles que la prévention et la sensibilisation. Si ces mesures ne suffisent pas, les pompiers non affectés par la grippe pourraient devoir faire des heures supplémentaires.

La Ville veut aussi s'assurer de maintenir le service de transport en commun. Le Réseau de transport de la Capitale travaille actuellement à bâtir son plan d'action, qui s'inspirera largement des recommandations de la direction de la santé publique.

http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2009/08/28/004-services-essentiels-plan.shtml © 2009 Radio-Canada. Tous droits réservés.