Les courants littéraires ► vous êtes ici  

Courants littéraires

Le Baroque littéraire

XVIIe siècle

L’héritage de la Renaissance et la quête de la modernité

Au seuil du XVIIe siècle, la poésie est encore largement inspirée par la Pléiade qu’avait brillamment illustré Ronsard : une poésie qui s’abandonne aux fastes de l’imaginaire et de la mythologie antique. Les enthousiasmes de la Renaissance continuent à animer les cercles poétiques constitués autour du roi Henri IV ou de Marguerite de Valois. Les grands poètes de cette époque s’appellent encore d’Aubigné (qui meut en 1630), Desportes (1546-1606) ou même Du Bartas (mort en 1590) qui connut une gloire européenne.

Avec la venue de Malherbe (1555-1628), la poésie se tourne vers une esthétique résolument moderne, qui annonce les exigences du classicisme (raison, clarté et naturel) ; mais le renouveau ne s’effectue pas du jour au lendemain. Pendant les premières décennies du siècle (au moins jusqu’à 1630), les doctrines poétiques les plus variées coexistent.

La notion de baroque

Pour définir les deux tendances de cette inspiration poétique, on a inventé au XXe siècle la notion de baroque, par opposition au classicisme ; le mot baroque désigne à l’origine une perle de forme irrégulière. L’histoire de l’art l’utilisait à propos de la peinture, de l’architecture et de la sculpture, pour caractériser une esthétique où dominent l’irrégularité, le mouvement, la métamorphose et les contrastes de formes ; cette esthétique repose sur l’imagination, elle utilise volontiers les discours figurés et codés (symboles, allégories, etc.). Par extension, la notion de baroque a semblé pouvoir être utilisée aussi pour définir une esthétique poétique, qui repose sur les mêmes effets et les mêmes procédés : antithèses, images, énigmes et métaphores.

Pour aller plus loin…
Ce que dit le TLFI à propos du mot « baroque »

« Baroque » était pris au XIXe siècle dans un sens péjoratif. Il qualifie en général un style caractérisé en architecture et en peinture par la profusion de l’ornementation, la recherche de l’effet de masses, l’emploi de la ligne courbe ; en littérature et en musique par un goût de l’emphase, du contraste, une recherche du mouvement et de la fantaisie qui s’oppose au caractère plus statique et à la rigueur de l’art classique.

Étymologie et historique du mot « baroque » (extrait)

● Le « baroque » est emprunté au portugais barroco « rocher granitique » et « perle irrégulière », attesté depuis le XIIIe siècle sous la forme barroca, d’origine obscure, probablement préromane en raison du suffixe -ŏccu très répandu sur le territoire ibérique. L’espagnol barrueco ne peut être à l’origine du mot français, étant donné que le mot espagnol n’a pas le sens de « perle irrégulière » que depuis 1605.
● Le « baroque » est issu de la première étymologie probablement croisé pour le sens avec le latin médiéval baroco, créé artificiellement au XVIIIe siècle par les scolastiques pour désigner une forme de syllogisme et qui, employé ensuite par moquerie par les adversaires de la scolastique, contribua à donner à baroque le sens de « bizarre, inutilement compliqué ».

 Voir « baroque » dans le Trésor de la Langue Française informatisé.

Les poètes « baroques »

L’école « baroque » ne s’est pas constituée selon des règles et un corps de doctrine fixés par tel ou tel poète de l’époque. C’est la critique moderne qui a employé le mot « baroque » pour caractériser la diversité et la richesse d’une poésie qui se cherche et s’invente dans les années 1600-1630. Quatre poètes illustrent bien tout ce que peut recouvrir cette notion : Mathurin Régnier (1573-1613), qui s’est distingué dans le genre satirique, Théophile de Viau (1590-1626), qui a poursuivi, entre autres, la tradition de l’odeMalherbe, le plus âgé de tous, mais aussi le plus « moderne », qui, sans ignorer les tentations du baroque dans sa jeunesse, en a ensuite tempéré les excès en formulant un ensemble de règles strictes qui posent les bases de la future esthétique « classique ». Saint-Amant (1594-1661) achèvera ce tour d’horizon ; en effet son premier recueil d’Œuvres (1629) marque un aboutissement de la poésie baroque, par la variété des tons et la diversité des genres qu’il pratique ; il annonce aussi la génération suivante, celle de la préciosité et de la galanterie, dont il demeurera un des brillants représentants.

Courants littéraires

Introduction et sommaire
XVIe siècle
XVIIe siècle
XVIIIe siècle
XIXe siècle
XXe siècle

  • À consulter aussi sur EspaceFrançais.com

  • Suggestion de livres

    Qu’est-ce que le baroque?Baroque et classicisme : AnthologieLe baroque littéraire françaisL’Esprit baroque
    XVIIe siècle : Les Grands Auteurs français du programme – Anthologie et Histoire littéraireLa peinture baroqueGuide de la musique baroqueLe 17e siècle
    Le XVIIe siècleLa France au XVIIe siècle : Société, politique, culturesLe XVIIe siècle, une révolution de la condition humainePrécieux et Précieuses; Caractères et Moeurs Littéraires du 17e Siècle

À lire également...