Analyser un mot ►  vous êtes ici 

Le lexique

 

L’étymologie

On appelle étymologie l’étude de l’histoire d’un mot. Le celtique que parlaient les Gaulois (chêne, charrue…), le germanique qu’utilisaient les Francs (guerre, jardin…) ont vu leur influence reculer au profit du latin (80% du vocabulaire français est d’origine latine). Il s’agit là d’un latin populaire, celui du commerce et des armées, différent du latin classique.

Plus tardivement, les clercs du Moyen Âge empruntèrent au latin des mots « de formation savante » (administrare → administrer). La présence de mots grecs est à la fois historique (un certain nombre de mots latin venaient du grec) et contemporaine (on a souvent recours au grec pour baptiser une découverte). Le français contient des arabes (chiffre, matelas, alcool, abricot…), anglais (match, sketch…) qui témoignent à leur manière des échanges comme des relations économiques ou militaires (sabre et trinquer sont d’origine allemande).

Les mots français d’origine arabe.
Les mots latins admis en français.
Les origines des mots français.
Histoire résumée du vocabulaire français.
Histoire de la langue française.

La formation des mots
La dérivation

Elle consiste à former des mots en ajoutant à une base des préfixes et des suffixes.

● Le préfixe se place avant le mot de base. Il change la signification du mot.
Exemple : Dire: redire, dire, prédire.

Voici le tableau des principaux préfixes

PréfixeSignificationExemples
a-, an-négationapolitique, analphabète
co-, col-, com-, con-, cor-aveccohabiter, collaborer
dé-séparationdéfaire, déranger
é-, ex-hors deexporter
in-, im-dansimporter
in-, ill-, im-, ir-négationindigne, illégal, impossible, irréductible
pré-avantprévoir, préhistoire
re-répétitionrefaire, reprendre

● Le suffixe est placé après le mot de base. Il change :

  • la catégorie grammaticale du mot : Bavard, bavarder, bavardage ;
  • le sens du mot : Intégrité, intégration, intégrisme ;
  • la valeur d’emploi : Rêver → rêvasser (péjoratif), Tarte → tartelette (diminutif).
La composition

Un grand nombre de mots ont été formés en associant des radicaux d’origine grecque et latine. Ce sont des mots d’origine savante.
Exemple : Chronomètre : du grec chrono (= temps) + mètre (= mesure).

D’autres mots sont formés en juxtaposant deux mots existants. Ce sont des mots du vocabulaire courant.
Exemple : Un chou-fleur, le savoir-vivre.

L’évolution des mots

● Des mots nouveaux sont apparus (néologismes) et qui viennent constamment enrichir la langue :

  • par emprunt aux langues étrangères : La banque, emprunté à l’italien au XVe siècle.
  • par création et adaptation à de nouvelles réalités : Le Minitel.

● Les mots peuvent changer de sens au cours du temps : jusqu’au début du XXe siècle, le dîner désignait le repas de midi.

Diversité de sens et champ sémantique
La polysémie

La polysémie est le fait, pour un seul signifiant, d’avoir plusieurs signifiés.

Exemple : Le mot peine signifie

  • une sanction : purger sa peine
  • un chagrin : faire de la peine
  • un effort : se donner de la peine
  • une gêne : avoir de la peine à parler
  • dans la locution à peine :
    presque pas : avoir à peine de quoi vivre
    – depuis très peu de temps : avoir à peine commencé

Mis à part quelques mots très spécialisés du vocabulaire scientifique ou technique, la plupart des mots sont polysémiques.

Richesse stylistique de la polysémie
L’écrivain, en utilisant les ressources du vocabulaire, peut tirer parti de la superposition des divers sens d’un mot ou de l’emploi d’un même mot dans des sens différents. À travers l’ambivalence du sens, la polysémie crée des rapprochements inattendus et ouvre à la diversité des interprétations.
Le champ sémantique

On appelle champ sémantique (du grec sêmainein : signifier) l’ensemble constitué par les différents significations d’un mot.
Exemple : Les emplois suivants forment le champ sémantique du verbe gagner : gagner de l’argent par son travail, gagner au jeu, gagner à être connu, gagner une course (la remporter), gagner du terrain, gagner le rivage (l’atteindre).

Le sens figuré

Le sens figuré est le sens qu’un mot peut prendre en plus de son sens propre (celui que donne le dictionnaire). C’est un cas particulier de la polysémie d’un mot. A partir du sens propre ou sens premier du mot, d’autres se dégagent, créés par métaphore ou métonymie ou par transfert du concret sur l’abstrait.
Exemple : Une terre fertile (où la végétation pousse bien) → sens propre. Une imagination fertile (riche, inventive) → sens figuré.

→ Les figures de style.

Analyser un mot



À lire également...