Thèmes littéraires ► vous êtes ici 

Thèmes littéraires

Les mythes de l’amour

Qu’est-ce que l’amour ? Le besoin de sortir de soi.

(Charles BaudelaireMon cœur mis à nu, 1867)

Introduction
Psychè et L'Amour, par William Bouguereau (1889).

Psychè et L’Amour, par William Bouguereau (1889).

Selon le dictionnaire, l’amour est une attirance, affective ou physique, qu’en raison d’une certaine affinité, un être éprouve pour un autre être, auquel il est uni ou qu’il cherche à s’unir par un lien généralement étroit.

En littérature, l’art poétique et le roman sont, avec la chanson, quelques-uns des moyens de prédilection de l’expression verbale de l’amour. À travers les âges, la littérature a reflété des tendances de l’amour, des divinités mythologiques à l’amour réaliste de notre époque.

 ℹ️ Le saviez-vous ? ℹ️
Le français présente une curiosité grammaticale : le mot amour est ordinairement au masculin au singulier, mais souvent au féminin au pluriel (« Un amour mort » / « Des amours mortes »), mais il peut également être au féminin au singulier (« La belle amour, la vraie amour »).

Dans tous les cas, le mot amour est le seul, dans la langue française, qui permet de désigner tout un ensemble de sentiments, de passions et de conduites pour lesquels le grec ancien offrait des mots différents.

Mais l’amour n’est pas seulement un sentiment, c’est un art régi par un ensemble de traditions issues de la littérature, de la musique et des arts plastiques. Les amants mythiques : Tristan et Iseult, Don Juan…, ou les amants historiques : Héloïse, Pétrarque et Laure…, inspirent toujours notre façon d’aimer.

Le mythe de Tristan et Iseult

Le mythe de l’amour réside dans cette passion irrésistible qui, le plus souvent, contrevient aux lois de l’honneur chevaleresque. En dépit de tous les obstacles, les deux amoureux vivent leur passion jusqu’au bout parce qu’ils sont unis dans un amour contre lequel leur volonté ne peut rien.

Cette forme de l’amour total et parfait, noble, sublime et transcendant, a ouvert une voie nouvelle dans la littérature française ; des couples comme Mme de Clèves et le duc de Nemours, Julie et Saint-Preux, Paul et Virginie, Frédéric et Mme Arnoux, en sont une parfaite illustration : l’amour complet s’adresse à une personne et à elle seule.

Le mythe de Don Juan

À côté de cette forme sublime de l’amour idéalisé, il en est une autre : le libertinage ou la recherche exclusive, dans l’amour, du plaisir sexuel.

Chez Don Juan, ce n’est pas le plaisir sexuel à l’état pur qui est le but suprême, mais surtout le plaisir de la conquête. Don Juan désire un très grand nombre de femmes et tente de les séduire. Mais le désir est éteint par la possession. Une femme n’est pour lui qu’un objet de plaisir. Lui seul est une personne.

Denis de Rougemont définit ainsi le mythe de Don Juan :

Mais Don Juan ne connaît pas d’Iseult, ni de passion inaccessible, ni de passé, ni d’avenir, ni de déchirement voluptueux. Il vit toujours dans l’immédiat, il n’a jamais le temps d’aimer, d’attendre et de se souvenir, et rien de ce qu’il désire ne lui résiste, puisqu’il n’aime pas ce qui lui résiste.

Quant à Albert Camus, il choisit délibérément Don Juan, en qui il croit reconnaître un héros de l’absurde. Dans Le Mythe de Sisyphe, il écrit :

Il n’y a d’amour généreux que celui qui se sait en même temps passager et singulier. Ce sont tous ces mots et toutes ces renaissances qui font pour Don Juan la gerbe de sa vie. C’est la façon qu’il a de donner et de faire vivre. Je laisse à juger si l’on peut parler d’égoïsme.

→ À lire : Les manœuvres de la séduction.

Thèmes littéraires

Articles connexes

Suggestion de livres


Petite philosophie
de la passion amoureuse

Dictionnaire de la
passion amoureuse

La passion amoureuse

Le sentiment amoureux
dans la littérature française
du Moyen Age au XXe siècle

Passion, amour,
et autres cas de figure

La rhétorique des passions

La jalousie amoureuse

De la dépendance amoureuse
à la liberté d’aimer



À lire également...