Bal du 14 juillet, Théophile Alexandre-Steinlen, 1889.

Les symboles de la République française

La République française a, principalement, quatre symboles : le drapeau tricolore, la devise « liberté, égalité, fraternité », Marianne et son bonnet phrygien, la Marseillaise et la fête nationale du 14 juillet. À cela, s’ajoutent le coq gaulois, le Grand sceau et l’hexagone…

Pierrot (1886), huile sur toile, de Léon-François-Comerre (1850-1916).

Pierrot

Pierrot est un personnage populaire issu de la commedia dell’arte. C’est un personnage de théâtre et de pantomime naïf et rêveur, vêtu de blanc et au visage enfariné. Il apparaît d’abord en 1547, dans une comédie de Cristoforo Casteletti, sous le nom de « Piero valet »…

Le pastiche

Le pastiche

Le pastiche est l’imitation, en forme d’exercice de style, d’un article par un autre. Ni citation ni plagiat, le pastiche s’oppose encore à la parodie, en ce qu’il est une œuvre imitant la manière ou le style d’une œuvre antérieure, en principe sans intention satirique…

Comment lire un livre

Les théories littéraires

Une théorie est l’ensemble de notions, d’idées, de concepts abstraits appliqués à un domaine particulier.  En particulier, c’est l’ensemble de notions, de connaissances abstraites organisées en système (avec une finalité didactique). C’est le philosophe grec Aristote qui fonde la tradition occidentale des théories littéraires…

Aladin dans le jardin magique, illustration de Max Liebert (1912).

Aladin

Aladin (de l’arabe Ala-ad-Din) est le héros de Aladin et la lampe merveilleuse, conte inclus par Antoine Galland dans sa traduction du recueil Mille et Une Nuits, au début du XVIIIe siècle…

Membres de l'OuLiPo, septembre 1975, Boulogne, France.

OuLiPo (OUvroir de LIttérature POtentielle)

L’OUvroir de LIttérature POtentielle (OuLiPo ou Oulipo) est un groupe littéraire fondé en 1960 à l’initiative du mathématicien François Le Lionnais et de l’écrivain Raymond Queneau, et dont l’activité de recherche et d’expérimentation vise à découvrir et à élaborer des contraintes formelles arbitraires considérées comme autant de voies potentielles pour la création littéraire…

Une soirée chez Madame Geoffrin par Anicet Charles Gabriel Lemonnier (1812).

Les salons littéraires

Un salon littéraire désigne le domicile d’une femme du monde cultivée ou d’un intellectuel où se rencontrent régulièrement des hommes de lettres, des personnalités des arts, des sciences, de la politique. Les salons littéraires ont vu le jour en France à partir du XVIIe siècle. La première réunion de ce genre fut celle du célèbre Hôtel de Rambouillet…

La lexicographie

La lexicographie

Qu’est-ce que la lexicographie ? La lexicographie est une technique rédactionnelle des dictionnaires. Le mot lexicographie composé des éléments lexico-, du gr. λεξικο ́ν (lexique) et -graphie (-graphe). La lexicographie s’efforce de faire une synthèse entre des savoirs très divers venus de l’étymologie, de la sémantique historique, de la lexicologie et de la sémantique…

L’image

L’image

L’image (du latin imago), se dit, en physique, de la représentation d’un corps, produite par la réunion des faisceaux lumineux émanés de ce corps, et réfléchis par réfractés par lui. Cette apparence visible de l’objet peut être imitée par le dessin, la peinture, la sculpture. Autrefois, le mot image désignait le masque mortuaire qui est une sorte de masque moulé, mis sur le visage d’une personne morte afin d’en conserver les traits, comme d’un portrait…

Pierre Paul Rubens, Mars et Rhéa Silvia, 1617. Huile sur toile, 208 × 272 cm. Musée Liechtenstein, Vienne, Autriche.

La mythologie romaine

Lumière sur… ► vous êtes ici   Lumière sur… La mythologie romaine Les créatures ne sont pas là pour nous nourrir et réjouir nos sens ; toutes les mythologies primitives le savaient bien, qui leur donnaient une signification métaphorique ;...

André Gide : Les Faux-monnayeurs

Lumière sur… ► vous êtes ici Lumière sur… Les Faux-monnayeurs (1926) – André Gide – ✏️ Article rédigé partiellement par Annie Ngo ✏️ Du rassasiement des désirs peut naître, accompagnant la joie et comme s’abritant derrière elle, une sorte de...

Œdipe explique l'énigme du sphinx, d'Ingres, 1827. Paris, Musée du Louvre.

Sophocle : Œdipe roi

Lumière sur… ► vous êtes ici Lumière sur… Œdipe roi (~425 av. J.-C.) – Sophocle – Ayant ton sort pour exemple, ton sort à toi, ô malheureux Œdipe, je ne puis plus juger heureux qui que ce soit...

Gustave Flaubert, Madame Bovary (Texte abrégé), Livre de Poche Jeunesse, 2012, 320 p.

Gustave Flaubert : Madame Bovary

Lumière sur… ► vous êtes ici Lumière sur… Madame Bovary (1857) – Gustave Flaubert – […] la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir...

Psyché, accompagnée d'Hermès, reçue par tous les dieux de l'Olympe. Un tableau de Carravagio - Musée du Louvre.

La mythologie grecque

Lumière sur… ► vous êtes ici   Lumière sur… La mythologie grecque Les créatures ne sont pas là pour nous nourrir et réjouir nos sens ; toutes les mythologies primitives le savaient bien, qui leur donnaient une signification...

La commedia dell’arte

La commedia dell’arte

La commedia dell’arte est une forme de comédie populaire apparue en Italie dans les années 1550, fondée sur l’improvisation, et qui influence durablement le théâtre européen.

La magie de Noël

La magie de Noël

Lumière sur… ► Noël ► vous êtes ici… Noël sur EspaceFrancais.com ! Choisissez ci-dessous un sujet qui vous intéresse…  

J.J. Rousseau illustré - Les Confessions. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie.

Les confessions et les confidences

Lumière sur… ► vous êtes ici Lumière sur… Les confessions et les confidences   Introduction elon le dictionnaire, les confessions sont un récit autobiographique où l’auteur rapporte les fautes, les erreurs de sa vie, où il veut faire...

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, France-Édition, non daté. In-8 Carré. Broché. Illustrations pleine page de L. Cartault. Préface de Henry Frichet.

Charles Baudelaire : Les Fleurs du mal

Les Fleurs du mal est un recueil de poèmes de Charles Baudelaire, publié pour la 1ère fois en juin 1857, puis en février 1861 augmenté de 35 pièces et en décembre 1868 (posthume) augmenté de 25 pièces. En août 1857, l’ouvrage condamné pour « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs » est expurgé de 6 pièces.

3