Jules Verne : Voyage au centre de la Terre (1864)

Lumière sur… / L’univers des livres ►vous êtes ici

Lumière sur… / L’univers des livres

Voyage au centre de la terre (1864)

– Jules Verne –

Jules Verne👤 Jules Verne
Jules Verne, né le 8 février 1828 et mort le 24 janvier 1905, est un écrivain français dont l’œuvre est, pour la plus grande partie, constituée de romans d’aventures évoquant les progrès scientifiques du XIXe siècle. Il est, au XIXe siècle, un précurseur de la science-fiction. [Lire la suite de sa biographie]
→ À lire aussi : Lumière sur les œuvres de Jules Verne. – Construire un récit de science-fiction.

Présentation

Voyage au centre de la Terre est un roman d’aventures, écrit en 1864 par Jules Verne. C’est son troisième roman d’aventure publié après Cinq Semaines en ballon paru en 1863.

Dessin d'Édouard Riou illustrant l'édition originale (1864). « Ce n’est qu’une forêt de champignons », dit-il.Dans un manuscrit du savant islandais Arne Saknussemm, le jeune Axel et son oncle, l’impulsif géologue Lidenbrock, font une découverte bouleversante. En empruntant une cheminée du Sænfell, un volcan éteint d’Islande, le vénérable scientifique aurait atteint le centre de la Terre ! Le professeur et son neveu s’embarquent sur-le-champ à l’assaut des profondeurs de la planète. Autant qu’un défi lancé à la science, leurs aventures sont une célébration de la puissance de l’imagination.

Le roman est un mélange de données scientifiques, d’extrapolations osées et d’aventure très représentatif de ce que Verne publie par la suite. L’introduction du roman reflète l’engouement d’alors pour une science jeune, la cryptologie. La suite enchaîne sur une description de l’Islande de la fin du XIXe siècle, puis sur une vaste introduction à deux autres sciences en plein essor, la paléontologie et la géologie.

→ À lire : Le récit de voyage.

Personnages
  • Le professeur Otto Lidenbrock : C’est le personnage principal du roman. Professeur de minéralogie au Johannæum (de) de Hambourg, oncle d’Axel qu’il a fait profiter de ses connaissances, il est présenté comme un grand spécialiste dans son domaine, d’une grande érudition et polyglotte.
  • Axel : Orphelin, neveu et aide-préparateur du professeur Lidenbrock, il est le narrateur du roman. Doté de solides connaissances en géologie et en minéralogie transmises par son oncle, il a aussi une bonne culture classique, en particulier en latin.
  • Hans Bjelke : Chasseur d’eider islandais, il est engagé par Otto Lidenbrock comme serviteur et guide à Reykjavik sur les conseils de son collègue Fridriksson. Il est le troisième membre de l’expédition vers le centre de la Terre.
  • Graüben : Pupille et filleule du professeur Lidenbrock, elle n’apparaît que brièvement au début du roman.
  • Marthe : C’est la domestique et cuisinière du professeur Lidenbrock. Elle apparaît brièvement au début du roman, effrayée et tyrannisée par le caractère excentrique du minéralogiste.
  • Arne Saknussemm : Il n’apparaît jamais directement, mais son ombre plane sur le roman : il est le prédécesseur de Lidenbrock, et c’est son cryptogramme qui fournit aux personnages le chemin vers le centre de la Terre, qu’il a lui-même atteint à son époque, au XVIe siècle.
  • Le professeur Fridriksson : Professeur de sciences naturelles à Reykjavik, il n’apparaît que pendant une courte séquence du roman. Il accueille et héberge Lidenbrock et Axel, et c’est lui qui leur recommande Hans Bjelke.
Thèmes
  • La cryptologie : déchiffrement des runes pour pouvoir aller au centre de la Terre.
  • La spéléologie : par la découverte des profondeurs de la Terre.
  • La paléontologie : découverte d’animaux préhistoriques qu’on pensait disparus et du cadavre de l’homme quaternaire.
  • La minéralogie : science incarnée par le professeur Lidenbrock, également perceptible dans Les Enfants du capitaine Grant.
  • La folie : l’épisode de la solitude d’Axel.
  • Le fantastique : l’épisode du rêve d’Axel.
  • L’aventure.
  • L’amour : Axel est amoureux de Graüben.
  • Le voyage : Axel, Otto et Hans partent pour le centre de la Terre.
  • La survie : tout au long de l’histoire les trois aventuriers sont confrontés à peu de nourriture.
Le bouillonnement de la création

Après le succès de son premier roman, Cinq Semaines en ballon, Jules Verne signe un contrat qui le lie pour vingt ans à l’éditeur Hetzel. Ce dernier crée une revue destinée à la jeunesse, Le Magasin illustré d’éducation et de récréation. Verne doit participer à la partie éducative de la revue et résumer dans ses romans « toutes les connaissances géologiques, géographiques, astronomiques et physiques […] de la science moderne ». Le Voyage au centre de la Terre est le second roman de Verne qui participe de ce projet. Publié en feuilleton dans la revue de Hetzel en avril 1864, il paraît en volume à la fin de l’année.

Sur les traces d’Arne Saknussemm

Ayant découvert et déchiffré un ancien cryptogramme, le professeur Lindenbrock, géologue renommé, se lance sur les traces d’un alchimiste islandais du XVIe siècle, Arne Saknussemm, à la conquête du centre de la Terre. Accompagné de son neveu Axel et d’un guide islandais, Lindenbrock pénètre dans le cratère éteint du volcan Sneffels. Ils y découvrent un monde souterrain, avec ses mers, sa végétation géante, sa faune préhistorique et ses fossiles humains. Suivant la direction indiquée par un poignard gravé des initiales du savant islandais, nos héros se heurtent à un éboulis. Ils minent l’obstacle mais l’explosion provoque un cataclysme. L’eau envahit la galerie et les chasse dans un tunnel vertical avant de provoquer une éruption volcanique. Ils sont expulsés par le cratère du Stromboli.

Un roman à la croisée des genres

Verne traite ce thème du voyage dans les entrailles de la Terre — illustré à la même époque par le roman de George Sand, Laura, voyage dans le cristal — à sa manière, oscillant entre le scientifique et le fantastique. Le roman est bien scientifique puisqu’il se fait l’écho des derniers développements de la paléontologie. Les travaux de Cuvier et de Lamarck sont à l’origine de l’intérêt porté à l’étude des fossiles. Mais Verne met aussi en scène dans son roman le rapport défini par Alcide Dessalines d’Orbigny quelques années auparavant entre paléontologie et géologie : l’étude des fossiles dans les couches géologiques doit permettre de dater l’histoire du monde animal. En se faisant descente vers les origines du monde, le voyage au centre de la Terre devient un parcours initiatique. Avec ce récit, Verne renouvelle le genre du roman d’aventures et en explore les possibilités.

→ À lire : Écrire un récit initiatique.

Jurisprudence : René de Pont-Jest contre Jules Verne

René de Pont-Jest, auteur d’une nouvelle intitulée La Tête de Mimer, a assigné Jules Verne et Hetzel, auteur et éditeur du Voyage au centre de la Terre, en 3 000 fr. de dommages-intérêts. Suivant la prétention du demandeur, l’ouvrage de Jules Verne contient de nombreux emprunts faits à sa publication. Des descriptions locales auraient été empruntées tout entières aux descriptions faites par René de Pont-Jest. Des personnages ont été copiés, et si les textes de l’un et de l’autre ouvrage n’offrent pas de ressemblances qui puissent faire dire que le second est la copie du premier. Il y a néanmoins entre tous deux une analogie extraordinaire. La plainte de Pont-Jest pour plagiat contre Voyage au centre de la Terre de Jules Verne a été rejetée par décision judiciaire. Le texte du jugement est rendu par le Tribunal à l’audience le 17 janvier 1877.

📽 15 citations choisies de Jules Verne

Articles connexes

Suggestion de livres


Voyage au centre de la Terre (version abrégée)

Voyage au centre de la Terre (Bac)

Voyage au centre de la Terre (fiche de lecture)

Voyage au centre de la Terre (analyse littéraire)

Recherche sur le site


Liens sponsorisés


À lire également...

EspaceFrancais.com