Lumière sur… ► vous êtes ici  

Lumière sur…

La lexicographie

Lexicographie s'[…] entendra des techniques utilisées depuis le XVIIe siècle (pour ne pas remonter au déluge) et encore de nos jours, dans la confection des dictionnaires.

(Alain Rey, Le Lexique : images et modèles, Paris, Colin, 1977, p. 99)

Qu’est-ce que la lexicographie ?

La lexicographie est une technique rédactionnelle des dictionnaires. Le mot lexicographie composé des éléments lexico-, du grec λεξικο ́ν (lexique) et –graphie (-graphe). Ces mots, qui, d’après l’étymologie, expriment l’étude des règles à suivre dans la composition des dictionnaires, ont été employés par quelques grammairiens pour désigner la première partie de la grammaire, celle qui traite des mots considérés en eux-mêmes, de leurs différentes espèces, de leurs modifications ou inflexions. On l’oppose à la syntaxe, qui traite des mots considérés dans leurs rapports. On dit aussi,  moins correctement, lexigraphie et lexilogie.

La lexicographie, dans la mesure où elle a pour objectif de réaliser des dictionnaires, en l’occurrence des ouvrages pratiques, destinés à tous les types de publics, s’efforce de faire une synthèse entre des savoirs très divers venus de l’étymologie, de la sémantique historique, de la lexicologie et de la sémantique.

La fonction du lexicographe est de procéder à une description sémantique de l’ensemble d’une nomenclature, c’est-à-dire de la liste de mots qui servent d’entrées lexicales et qui sont suivis d’une définition. La définition, dans la mesure où peu de mots sont monosémiques, doit prendre en compte la polysémie et l’homographie des unités lexicales. Dans la mesure où les dictionnaires rendent compte à la fois de fonctionnements sémantiques en langue et de fonctionnements sémantiques en discours, la lexicographie, dès les premiers grands dictionnaires monolingues du français, c’est-à-dire dès les dictionnaires de César-Pierre Richelet (1680), d’Antoine Furetière (1690) et de l’Académie (1694), ne procède pas seulement à une description de la langue mais des emplois discursifs, et intègre par conséquent des corpus d’occurrences de ces emplois. Ce sont ces corpus d’exemples – authentiques ou forgés le cas échéant par le lexicographe, littéraires ou tirés du langage ordinaire – qui constituent le point de départ de la description sémantique, et attestent de sa pertinence. En France, ce sont les travaux d’Émile Littré, de Pierre Larousse et, plus récemment, ceux de Paul Robert qui ont posé les bases de la description lexicographique.

💡 César-Pierre Richelet
Né le 8 novembre 1626 à Cheminon et mort le 23 novembre 1698 à Paris, César-Pierre Richelet est un grammairien et lexicographe français, rédacteur d’un des premiers dictionnaires de la langue française. Il est l’auteur d’un des premiers vocabulaires français fait sur un plan méthodique (après, notamment, le Thresor de la langue française de Jean Nicot, en 1606), le Dictionnaire françois, contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue française, ses expressions propres, figurées et burlesques, la prononciation des mots les plus difficiles, le genre des noms, le régime des verbes, avec les termes les plus communs des arts et des sciences : le tout tiré de l’usage et des bons auteurs de la langue française (Genève, 1680, 1 vol. in-4.). Son Dictionnaire français se distingue par le rejet des termes dialectaux, par le fait que seuls les termes du bon usage figurent dans le dictionnaire, par le rejet des termes archaïques et par le rejet des termes triviaux.

💡 Antoine Furetière
Né le 28 décembre 1619 à Paris où il est mort le 14 mai 1688, Antoine Furetière un homme d’Église, poète, fabuliste, romancier et lexicographe français. Singulièrement agacé par la lenteur de l’avancement des travaux du Dictionnaire de l’Académie, ainsi que par l’absence de prise en compte des termes scientifiques, techniques et artistiques, il sollicite et obtient de Louis XIV un privilège pour publier son propre Dictionnaire, dont il avait commencé la rédaction dès le début des années 1650. L’entreprise n’étant pas du goût de tous ses confrères académiciens et les accusations devenant de plus en plus aigres, Furetière intente un procès qu’il a probablement perdu si sa mort n’était venue mettre un terme à la querelle. Ayant publié en 1684 un extrait de son Dictionnaire, il est exclu de l’Académie le 22 janvier 1685 à une voix de majorité. Toutefois, le roi, protecteur de l’Académie, intervient pour s’opposer à l’élection d’un remplaçant du vivant de Furetière. Plus de trois siècles après sa publication, « le Furetière » connaît un succès qui ne s’est jamais démenti, comme en témoignent les nombreuses rééditions qu’il a connues jusqu’à nos jours.

💡 Pierre Larousse
Pierre Larousse, né le 23 octobre 1817 à Toucy dans l’Yonne et mort le 3 janvier 1875 à Paris, est un pédagogue, encyclopédiste, lexicographe et éditeur français. Il est surtout connu pour les dictionnaires qui portent son nom, dont Le Petit Larousse. En 1856, est publié (avec l’aide de François Pillon) le Nouveau Dictionnaire de la langue française, l’ancêtre du Petit Larousse. Son œuvre majeure est le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. D’abord publié en fascicules entre 1863 et 1866, il les regroupe en 17 volumes de 1866 à 1876 et met onze ans (jusqu’à sa mort) pour écrire ce dictionnaire de 22 700 pages.

💡 Paul Robert
Né le 19 octobre 1910 à Orléansville (Algérie) et mort le 11 août 1980 à Mougins (Alpes-Maritimes), Paul Charles Jules Robert, plus connu sous le nom de Paul Robert, est un lexicographe et éditeur français. Il est inhumé au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne. Il entreprend la rédaction d’un Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, publié de 1953 à 1964 en 6 volumes et 1 supplément, mais que l’Académie française choisit de primer dès le 15 juin 1950 (Prix Saintour) sur présentation d’un premier fascicule. Il fonde à cette fin sa propre maison d’édition, les Dictionnaires Le Robert, en 1951 à Casablanca, et réunit autour de lui une équipe de collaborateurs, parmi lesquels Roger-Georges Morvan, Alain Rey, Josette Rey-Debove et Henri Cottez. Son dictionnaire fait désormais l’objet d’éditions de formats différents, toutes sous-titrées Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Il est surtout appelé par Le Petit Robert.

Définition lexicographique et nomenclature

Comme il n’existe aucun système de langue dans lequel les mots soient monosémiques, les dictionnaires de langue sont confrontés au problème de la pluralité des sens (polysémie) et des accidents historiques qui font que des mots formellement identiques recouvrent en fait des significations différentes (homonymie).

La distinction entre l’homonymie et la polysémie est loin d’être une question simple. Tel assemblage de lettres est-il un mot unique possédant des sens multiples ou constitue-t-il deux voire plusieurs mots ? Il est parfois difficile de fixer une frontière entre polysémie et homonymie, les différences de traitement d’un dictionnaire à l’autre en témoignent.

 Publicité

Une même forme phonique (sonore) ou graphique (écrite) peut correspondre à deux, voire à plusieurs mots différents. Mousse au sens botanique est l’homonyme de mousse au sens de jeune marin. Mais dans ce cas la frontière est nette, dans la mesure où l’un des sens se rapporte à un mot féminin et l’autre à un mot masculin. La frontière est également nette quand les mots concernés appartiennent à des catégories syntaxiques différentes, comme roman (nom) au sens de livre et roman (adjectif) au sens architectural, qui ne peuvent apparaître dans des contextes syntaxiques semblables et sont donc bien des entités distinctes. En général, c’est l’absence de tout trait sémantique commun qui permet au lexicographe de déterminer s’il doit traiter tel cas comme relevant de l’homonymie ou de la polysémie. Bulle au sens de bulle de savon et bulle au sens ecclésiastique peuvent être considérés comme des homonymes parce que ces deux noms n’ont aucun trait sémantique en commun, ce qui permet de les définir comme deux mots distincts, et non comme un mot unique doté de plusieurs sens.

Enfin, les dictionnaires définissent les mots qui – du point de vue logique – entrent dans une classe, comme les noms d’espèce naturelle ; ces définitions se font en spécifiant l’appartenance du mot à une classe et en mentionnant un mot qui est leur hyperonyme (ou terme désignant une classe). Moineau ou cheval auront par exemple des définitions manifestant leur appartenance respective à la classe des oiseaux et à celle des mammifères. Mais les descriptions ne peuvent, pour des raisons de lisibilité, se borner aux traits sémantiques indiquant l’appartenance à une classe : elles doivent aussi comporter un certain nombre de stéréotypes associés au mot, si bien qu’à défaut de déborder sur le domaine des connaissances encyclopédiques, les définitions incluent des éléments supplémentaires, tels que craintif ou vif pour l’écureuil, qui ne seraient pas essentielles à une définition scientifiquement rigoureuse d’écureuil, mais n’en font pas moins partie des caractéristiques associées généralement au mot.

La distinction entre dictionnaires encyclopédiques et dictionnaires de langue représente l’héritage de la distinction qui avait été faite, sur des bases théoriques élaborées, entre dictionnaires de choses, censés définir des choses ou les concepts correspondants, et dictionnaires de mots, qui doivent donner des informations purement lexicales. Il va sans dire que la distinction n’est pas aussi nettement tranchée qu’il y paraît, dans la mesure où la définition de mot doit prendre en compte des traits caractéristiques dont on ne peut pas affirmer avec certitude qu’ils sont purement lexicaux et ne relèvent ni de l’encyclopédie ni de la sémantique du référent.

→ À lire : Le dictionnaire et l’encyclopédie. – Les divers sens d’un mot. – Synonymie, antonymie, homonymie et paronyme.

 Publicité

Suggestion de dictionnaires

 Publicité

Le Robert illustré 2018

Le Grand Larousse illustré 2018

Dictionnaire historique
de la langue française

Dictionnaire des idées
suggérées par les mots

Dictionnaire des
synonymes et nuances

Dictionnaire des
noms propres

Dictionnaire étymologique
et historique du français

Dictionnaire des
combinaisons de mots

Articles connexes


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...