La grammaire  Le groupe nominal L’adjectif qualificatif ► vous êtes ici 


Le groupe nominal : les expansions du nom

L’adjectif qualificatif

La place de l’adjectif

 

Dites-moi sur trois tons : c’est bien, c’est beau, c’est magnifique ; vous aurez là un positif, un comparatif et un superlatif qui sont si grandioses chacun en leur genre, que je rougis de les offrir à votre encensoir.

(Honoré de BalzacLettres à l’Étrangère, t.1, 1837)

Introduction

En français, peu importe si on énonce le substantif avant l’adjectif, ou l’adjectif avant le substantif. Il est vrai que, pour faire entendre le sens, il est égal de dire bonnet blanc, ou blanc bonnet ; mais, par rapport à l’élocution et à la syntaxe d’usage, on ne doit dire que bonnet blanc. Nous n’avons sur ce point d’autre guide que l’oreille.

Cependant, voici des exemples qui pourront servir de règle dans les occasions analogues : on dit habit rouge, habit bleu, habit gris et non bleu habit, gris habit. On dit également mon livre, ton livre, son livre, leur livre ; zone torride, zone tempérée, zone glaciale, et ainsi des autres.

On peut aussi établir, en principe, que l’adjectif se place avant ou après le substantif, selon l’acception que l’on veut donner au substantif.

L’adjectif qualification.
Le nom, son genre et son nombre.

Quelques règles à suivre

● Placé avant le substantif, l’adjectif lui est intimement uni, et dit plus que quand il est placé après.

● Avant les substantifs monosyllabes (formé d’une seule syllabe), les adjectifs de plusieurs syllabes font rarement bien, comme : les champêtres airs, les imaginaires lois, les terrestres soins, etc.

● Les adjectifs masculins par leur terminaison sont encore moins supportables avant les substantifs monosyllabes, comme dans : les sacrés os, ces affreux temps, etc. On dit pourtant de jolis airs, mais c’est une exception, et s’il y en a d’autres, elles sont en petit nombre.

● Les adjectifs pluriels s’unissent ordinairement mieux avec les substantifs commençant par une voyelle, parce que le –s qui termine les premiers se lie très bien avec les voyelles par où les autres commencent : brillants atours.
Il en est de même des adjectifs qui, quoiqu’au singulier, sont terminés par un –x que l’on prononce comme –s : courageux ami, heureux artifice, etc.

● Les adjectifs masculins, modifiant un substantif de terminaison féminine (ceux qui se terminent par un –e muet), font mieux après qu’avant : astres brillants, et non pas brillants astres ; mais que les adjectifs de terminaison féminine précèdent élégamment : brillante lumière, caste champ.

● Les adjectifs qui peuvent s’employer seuls se placent après le substantif. Alors on dira : un homme bossu, une femme boiteuse, un enfant aveugle, puisqu’on peut dire l’aveugle, le boiteux, le bossu.

● Les nombres ordinaux (premier, second, troisième, etc.) et les nombres cardinaux, employés comme ordinaux, se placent après le substantif quand ils sont employés en citation, sans article, ou avec un nom propre : livre second, chant trois, Henri quatre, etc.

● Les articles définis le, la, les, et les adjectifs (aujourd’hui désigné par déterminants) possessifs, démonstratifs, indéfinis, etc. comme ce, cet, ces, quelque, tout, son, sa, ses, notre, votre, leur, etc., précèdent toujours le substantif : l’homme, la femme, mon père, ta harangue, cette circonstance, ce personnage, quelques minutes, etc.
Les déterminants du nom.

● Tous les adjectifs formés du participe passé se placent toujours après le substantif : pensée embrouillée, homme instruit, figure arrondie, etc. Cette règle est juste en général, mais elle peut souffrir de quelques exceptions parce qu’on dit : un maudit métier, un damné coquin, etc.

  Publicité
 

● Dans les exclamations, l’adjectif se plaît à marcher avant le nom : Charmant chanteur ! Quelle étrange démarche ! etc. Toutefois, cette règle est loin d’être sans exception.

● Un adjectif, qui a un complément ou qui est modifié par un adverbe, doit toujours être placé après le substantif : malheur commun à tous, fief dépendant de ce duché, homme extrêmement aimable, etc.
Une série d’adjectifs dits adjectifs de relation, qui sont l’équivalent d’un complément prépositionnel (une carte géographique → une carte de géographie ; le voyage présidentiel → le voyage du président) sont obligatoirement postposés, ainsi que les adjectifs de couleur pris au sens propre (une robe rouge, mais les vertes années).

● Quand le substantif a un complément, il faut, autant que l’usage peut le permettre, que l’adjectif précède, afin que ce complément suive le nom qui le complète : l’incomparable auteur de Vert-vert, l’élégant traducteur des Géorgiques, ou du moins qu’on doit placer l’adjectif après le complément, et non pas après le substantif : Une natte de jonc grossière lui servait de lit. — Une natte grossière de jonc formerait une mauvaise construction.

● Dans le langage soutenu ou littéraire, l’adjectif peut quelquefois se placer après le verbe et loin du substantif : « Les bergers, loin de secourir le troupeau, fuient tremblants, pour se dérober à la fureur du lion. » (Télémaque)

● L’adjectif attribut suit le plus souvent le verbe attributif (ou le verbe d’état) au moyen duquel il caractérise le sujet ou l’objet : il est aimable, elle semble douce, tu as l’air malade, etc.
Cependant, dans le style burlesque et marotique, l’adjectif précède même le pronom personnel. Ainsi, Voltaire (dans son conte du Pauvre Diable) dit des Cantiques sacrés de Le Franc de Pompignan : Sacrés ils sont, car personne n’y touche.

● Plusieurs adjectifs changent la signification du substantif, selon qu’ils sont placés avant ou après (à consulter la liste ci-dessous).

Adjectifs qui changent le sens du nom selon leur place

Bon / bonne
Un bon homme signifie le plus souvent un homme simple, crédule.
Un homme bon se dit d’un homme charitable, compatissant.

Brave
Un homme brave est un homme intrépide, courageux, audacieux.
Un brave homme est un homme de bien, de probité.

Certain / certaine
Une nouvelle certaine est une nouvelle vraie, et assurée.
Une certaine nouvelle est une nouvelle indéterminée.

Commun / commune
Une voix commune est une voix ordinaire.
D’une commune voix signifie unanimement.

Cruel / cruelle
Un cruel homme est un homme ennuyeux, importun.
Un homme cruel est un homme inhumain.

Dernier / dernière
La dernière année est la dernière des années dans une période dont on parle : la dernière année de son règne.
L’année dernière est l’année qui précède immédiatement celle où l’on parle.

  Publicité
 

Faux / fausse
● Une fausse corde est une corde qui n’est pas montée sur un ton juste, sur le ton qu’il faut.
Une corde fausse est une corde qui ne peut jamais s’accorder avec une autre.
● Un faux accord est celui qui choque l’oreille, parce que les sons, quoique justes, n’y forment pas un ensemble harmonique.
Un accord faux est celui dont les sons se trouvent mal accordés, et ne gardent pas entr’eux la justesse des intervalles.
● Une fausse clef est une clef que l’on garde le plus souvent à dessein pour en faire un usage illégitime.
Une clef fausse est une clef qui n’est pas propre à la serrure pour laquelle on veut s’en servir.
● Une fausse porte est une issue ménagée à l’effet de se dérober aux importuns sans être vu.
Une porte fausse est un simple similaire de porte, en pierre, en menuiserie ou en peinture.
● Un tableau est dans un faux jour quand il est éclairé du sens contraire à celui que le peintre a supposé dans son objet.
Il y a jour faux dans un tableau, quand une partie y est éclairée contre nature, parce que l’ensemble exige qu’elle soit dans l’ombre.

Grand / grande
● Un grand homme est un homme à grands talents.
Un homme grand est un homme de haute taille.
Si après homme grand on ajoute quelque modificatif qui ait rapport au moral, comme un homme grand dans ses projets, le mot grand cesse d’avoir rapport à la taille.
Si après un grand homme on ajoute un autre adjectif qui énonce une qualité du corps, comme un grand homme sec, un grand homme brun, le mot grand ne s’applique alors qu’à la taille.
● Le grand air se dit d’un homme qui a les manières d’un grand personnage.
L’air grand est une physionomie noble.

Haut / haute
Le haut ton est une manière de parler audacieuse, arrogante.
Le ton haut signifie le degré supérieur d’élévation d’une voix, d’une corde.

Honnête – Malhonnête
● Un honnête homme est un homme qui a des mœurs, de la probité, etc.
Un homme honnête est un homme poli qui plaît par ses bonnes manières.
● Honnête homme ne s’emploie pas au pluriel, on dit : honnêtes gens et non pas honnêtes hommes.
● Les honnêtes gens sont ceux qui ont du bien, une réputation intègre, une naissance honnête.
Des gens honnêtes sont des personnes polies, qui reçoivent bien ceux qui les visitent.
● Un malhonnête homme est un homme qui n’a ni probité, ni sentiments d’honneur.
Un homme malhonnête est un homme qui fait des choses contraires à la civilité, à la bienséance.
→ Lumière sur l’honnête homme du XVIIe siècle.

Fou – fol / folle
● Un fou rire signifie un rire dont on n’est pas le maître.
Un rire fou est un rire sans motif.
● Après le substantif, fou parle d’un objet dont le mouvement est irrégulier, imprévisible, incontrôlable : un moteur fou ; une boussole, une aiguille folle.
● Après le substantif, fou est le synonyme de prodigieux, énorme, excessif, extraordinaire, immense : un succès fou ; ou le synonyme d’exorbitant, prohibitif : un argent fou, un prix fou.

Furieux / furieuse
Furieux, avant le substantif signifie prodigieux, extraordinaire dans son genre : une furieuse tempête.
Furieux après le substantif signifie transporté de fureur : un lion furieux.

Galant / galante
Un galant homme est un homme à nobles procédés, qui a des talents, des mœurs, etc.
Un homme galant est un homme qui cherche à plaire aux dames.

Jeune
● Quand l’adjectif jeune est précédé de l’article, il a des sens différents, selon qu’il est placé avant ou après le nom : le jeune Jean signifie que Jean n’était pas âgé, et Jean le jeune se dit pour le distinguer de Jean l’ancien.
● Placé après le nom propre, le jeune se dit aussi pour le cadet, afin de le distinguer de son aîné.

Mauvais / mauvaise
Mauvais air est un extérieur ignoble, un maintien gauche, cet air tient aux manières.
L’air mauvais est un extérieur redoutable, celui-ci tient au caractère.

Méchant / méchante
Une méchante épigramme est une épigramme sans sel, sans esprit.
Une épigramme méchante est une épigramme qui offre un trait malin et piquant.

  Publicité
 

Mort / morte
● Du mort bois est du bois de peu de valeur.
Du bois mort est du bois séché sur pied.
● Morte eau se dit des marées, quand elles sont extrêmement basses.
Une eau morte est une eau qui ne coule pas, comme l’eau des étangs.

Nouveau – nouvel / nouvelle
● Le nouveau vin est le vin nouvellement mis en perce, ou du vin différent de celui que l’on buvait.
Le vin nouveau est le vin nouvellement fait.
● De nouveaux livres, ce sont des livres autres que ceux que l’on a.
Des livres nouveaux, ce sont des livres imprimés depuis peu.
● Un nouvel habit est un habit différent de celui que l’on vient de quitter.
Un habit nouveau est un habit de nouvelle mode.
Un habit neuf est un habit qui n’a point, ou peu servi.

Pauvre
● Un pauvre homme est un homme de peu de mérite.
Un homme pauvre est un homme sans biens, qui n’est pas riche.
● Un pauvre orateur, de pauvre vin, une pauvre chère, une pauvre comédie, etc. sont des expressions de mépris et de dédain.
Mais le pauvre prince, la pauvre reine, les pauvres innocents, etc. sont des expressions de pitié. Le ton qu’on emploie détermine le sens.
● Une pauvre langue est celle qui, outre la disette des termes, n’a ni douceur, ni énergie, ni beauté.
Une langue pauvre est celle qui n’a pas tout ce qui nécessaire à l’expression des pensées.

Petit / petite
● Un petit homme est un homme d’une petite stature.
Un homme petit est un homme méprisable.
● Un petit personnage, fonctionnaire, etc. est une personne qui a une condition ou une situation peu importe.

Plaisant / plaisante
● Un plaisant homme est un homme bizarre, ridicule, singulier.
Un homme plaisant est un homme gai, enjoué, qui fait rire.
● Un plaisant personnage est un impertinent méprisable.
Un personnage plaisant est celui dont le rôle est rempli de traits divertissants, de réparties ingénieuses.
● Un plaisant conte est un récit sans vérité, sans vraisemblance.
Un conte plaisant est un récit agréable et amusant.

Propre
● Les propres termes sont ceux mêmes qui ont été employés par la personne dont on rapporte les paroles.
Des termes propres sont des mots qui expriment bien, et selon l’usage de la langue, ce que l’on veut dire.
● Propre employé par énergie, et par une sorte de redondance, doit précéder le substantif : ses propres amis, ses propres intérêts, vos propres yeux, votre propre expérience

  Publicité
 

Seul / seule
Seul, avant un substantif, signifie unique : il n’y a qu’un seul Dieu ; c’est le seul bien qui me reste ; c’est le seul mot qui exprime ma pensée.
Seul, après un substantif signifie qui n’est point accompagné de choses de la même espèce. Un fait seul est un fait qui n’est point accompagné d’autres faits. Un mot seul est un mot qui n’est point accompagné d’autres mots.

Simple
● Un simple homme est un homme seul, unique.
Un homme simple est un homme qui a de la simplicité.
● De simples airs sont des airs qui ne sont pas accompagnés de paroles.
Des airs simples sont des airs sans ornements.

Unique
Unique avant un substantif signifie seul en nombre, qui n’est pas accompagné d’autres du même genre. On peut le remplacer par seul. Cependant, unique a le plus souvent plus de force placé après le nom. Il ne peut alors être remplacé par seul : enfant unique ; fils, fille unique, qui n’a ni frère ni sœur.
Unique après un substantif signifie seul en son genre, incomparable, singulier, exceptionnel. Il ne peut pas être remplacé par seul : « Edgar Poe est unique dans son genre » (Baudelaire).

Vilain / vilaine
Un vilain homme, une vilaine femme, signifient un homme, une femme désagréable par la figure, les vices, etc.
Un homme bien vilain, une femme trop vilaine, signifient un homme, une femme avare et sordide.

📝 Testez vos connaissances !

Articles connexes

Suggestion de livres

Verbes, Sujets et CompagnieGrammaire méthodique du françaisLe petit Grevisse : Grammaire française La grammaire française pour les Nuls
Exercices de grammaire françaiseGrammaire en dialogues : Niveau intermédiaire (+ 1CD)Des jeux pour être bon en grammaire et en conjugaison : 9-11 ansGrammaire expliquée du français


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...