Analyser un texteLes genres de textes ► vous êtes ici 

Les genres de textes

Le genre pastoral ou la pastorale

Qu’est-ce que le genre pastoral ?

Le genre pastoral ou la pastorale est un genre de littérature qui peint la vie et les mœurs champêtres. Ce genre romanesque, dramatique et poétique est illustré par des œuvres aristocratiques qui mettent en scène les amours de bergers de fantaisie dans une nature idyllique. La pastorale trouve son origine dans l’Antiquité, avec des auteurs tels que Virgile (Les Bucoliques), mais elle connaît une vogue importante surtout à partir de la Renaissance.

Le genre pastoral, qui s’exprime en prose comme en vers, peut admettre toutes les formes du roman (Les Amours de Daphnis et de Chloé de Longus, L’Estelle de Florian, Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, Hermann et Dorothée de Goethe, La Mare au Diable de George Sand), celles du drame (L’Amant du Tasse, Le Pastor fido de Guarini), de l’opéra (Mélicerte de Molière) et même de l’épopée (Athis de Segrais). Le pastoral affectionne surtout celle de l’églogue et de l’idylle (Idylles de Théocrite, Églogues ou Bucolique de Virgile). Le style de ces sortes de poèmes doit être simple, doux et naïf. Racan (dans ses Bergeries) et Segrais (dans ses Idylles) sont regardés comme les plus parfaits modèles que nous ayons, dans notre langue, de la poésie pastorale, dite. Les idylles de Mme Deshoulières sont de la plus grande faiblesse. André Chénier a seul su donné aux siennes un parfum d’antiquité qui en rend la lecture encore agréable.

On trouve à toutes les époques et dans les littératures des descriptions des beautés de la nature et de la simplicité de la vie des champs. Le Gita-Govinda de l’hindouisme, Le Livre de Ruth et Le Cantique des Cantiques de l’Écriture sont, en ce genre, de sublimes pastorales. Les Mu’allaqāt des Arabes, L’Odyssée d’Homère, etc. offrent également un exemple de ce genre.

 Publicité

Aperçu historique

Considérée comme genre distinct de littérature, la pastorale est née en Sicile (en Italie) au IIIe siècle avant Jésus-Christ. C’est de là que sont sorties Les Idylles de Théocrite et celles de Bion et de Moschus. Chez les Romains, ce genre est cultivé d’abord par Virgile et, après lui, mais avec un talent bien inférieur, par Calpurnia Némésien et Ausone. Longus le fait revivre en Grèce composant, au Ve siècle, son roman pastoral de Daphnis et Chloé. Le drame pastoral naît en Italie : La Favolà di Orfeo de Politien, La Fable d’Orphée en français, (1483) en est le premier exemple. Castiglione, Tansillo, Beccari, Bonarelli, le Tasse, Guarini, etc. se distinguent en ce genre. Shakespeare, dans quelques-unes de ses pièces, par exemple dans son Comme il vous plaira (As you like), et Molière, dans Mélicerte, y sont essayés. Parmi les poètes latins modernes, Pontanus, le Mantouan, Sannazar, Vida, Rapin, etc. reprennent, mais avec peu de succès, la forme de l’églogue latine.

Le roman pastoral, renouvelé au commencement du XVIe siècle par Sannazar (L’Arcadie), produit bientôt en Espagne La Diane de Montemayor et La Galatée de Cervantès, en même temps que Boscan et Villega y naturalisent l’idylle.

De son côté, le Portugal donne naissance à une foule de poètes bucoliques, dont les principaux sont Saa de Miranda, António Ferreira, Francisco Rodrigues Lobo, Diego Bernardez.

En Angleterre, au contraire, on ne compte qu’un petit nombre de poètes qui se soient exercés dans cette forme de la pastorale : Spenser (Le Calendrier), Milton (Lycidas), Philippe Sidney (L’Arcadie), etc.

Chez les Allemands, la pastorale prend un ton moral et philosophique, surtout chez Gessner, Voss, Kleist et Goethe. Elle a le même caractère dans le roman de Paul et Virginie et dans les compositions plus modernes de Charles Reynaud et de George Sand. On a remarqué avec justesse que le genre pastoral a brillé surtout au déclin des littératures et dans les époques de civilisation raffinée.

En France, le roman pastoral est très prisé au XVIIe siècle. Genre aristocratique, il se rattache à plus d’un titre au roman sentimental, à l’égard duquel il présente néanmoins des différences notables. Le prototype du roman pastoral est L’Astrée (1607-1628) d’Honoré d’Urfé.

Cet ouvrage, le plus célèbre de tous les romans pastoraux du XVIIe siècle, connaît son temps un immense succès et constitue le modèle indépassable du genre. Le cadre de ce roman est le Forez, la région dans laquelle d’Urfé avait été élevé. L’intrigue, située très loin dans le temps, au Ve siècle, est centrée sur les amours d’Astrée et de Céladon, de Diane et de Sylvandre, et celles de l’inconstant Hylas. Tous ces personnages sont des « bergers », ou plutôt des seigneurs dont les ancêtres ont choisi de se retirer dans la vallée du Lignon, loin du bruit du monde. La condition de berger philosophe correspond à un idéal de retraite paisible et bucolique, symboliquement consacrée aux conversations philosophiques et aux entretiens amoureux. Les personnages, dont la beauté et les sentiments n’ont rien à envier à leur noblesse, vivent dans une pauvreté symbolique, sans comparaison avec la misère populaire. La société aristocratique se reconnaît dans ce livre, qui est aussi pour elle un bréviaire de la conduite amoureuse. Les romans pastoraux qui suivent L’Astrée s’en inspirent, voire le plagient au point de figer définitivement le genre et de le faire paraître ennuyeux et stéréotypé.

La pastorale dramatique s’épanouit également dans les premières décennies du XVIIe siècle, avec des œuvres comme Les Bergeries (1625) de Racan.

Le goût du XVIIIe siècle pour une nature idéale, civilisée et douce, remet la pastorale à l’honneur après une brève éclipse. Le genre se charge alors d’un discours philosophique nouveau (Idylles de Gessner).

Le genre pastoral en musique

En musique, une pastorale est, d’une façon générale, un morceau d’un caractère champêtre. Ce mot s’emploie souvent adjectivement : symphonie pastorale, prélude pastoral, etc. On peut aussi dire « pastoral » dans le sens d’opéra champêtre.

On appelle « pastorale », dans le pays basque, une sorte de représentation dramatique en plein air, dont la partie musicale est composée principalement de chants populaires.

🎵 La Symphonie pastorale de Beethoven

La Symphonie pastorale tient une place très originale dans l’ensemble de l’œuvre de Beethoven : il est peu de compositions du maître, en effet, qui soient aussi sereines et aussi dénuées de tension dramatique. Annoncée pour sa création sous le titre « Souvenir de la vie à la campagne », la mention « Symphonie pastorale, ou souvenir de la vie champêtre » date de 1809. Son sujet, la nature, jouait pour le compositeur un rôle déterminant et ce dernier a souvent insisté sur le fait qu’il s’agit plus, ici, d’« expression du sentiment que de peinture ».

 Publicité

Lexique

Bergerie (n.f.) : au pluriel, plus rarement au singulier, pièce de poésie, de chant, de théâtre, récit ayant pour thème les amours des bergers. Par extension, au singulier, souvent péjoratif, genre littéraire propre à ce type d’œuvres, style (mièvre et fade) habituel dans la poésie pastorale.

Bucolique (n.f.) : souvent au pluriel, poème chantant l’amour de la campagne et peignant sous un jour idyllique la vie agreste des bouviers et des bergers.

Églogue (n.f. ) : poème pastoral écrit dans un style simple et naïf où, à travers les dialogues des bergers, l’auteur relate les événements généralement heureux de la vie champêtre, chante la nature, les occupations et les amours rustiques.

Idylle (n.f.) : petit poème du genre bucolique ou pastoral, proche de l’églogue, qui a pour sujet les amours des bergers.

 Publicité

Pastorale (dramatique) : œuvre théâtrale à nombreux épisodes, parfois avec chœurs de musique.

Pastorale (en musique) : œuvre dramatique et lyrique à décor champêtre dont les héros sont des bergers et des bergères.

Pastorale (en peinture) : tableau à sujet champêtre.

Analyser un texte

Articles connexes

Suggestion de livres


L’Astrée

Les Bucoliques – Géorgiques

Paul et Virginie

La Mare au diable

Comme il vous plaira

Terres pastorales

45 textes littéraires annotés
avec exercices

Du contexte au texte


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...