LittératureRhétorique et style ► vous êtes ici 

Rhétorique et style

L’éloquence et les trois genres :

le délibératif, le démonstratif et le judiciaire

Définition de l’éloquence

L’éloquence est l’art de toucher et de persuader. Voilà pourquoi elle n’est qu’images fortes et naturelles, que sentiments pathétiques, que raisonnements frappants, qu’expressions vives, que traits enflammés, qu’elle jette dans l’âme de ses auditeurs. Il semble qu’elle seule connaît les ressorts qui peuvent nous ébranler, nous émouvoir. Toutes nos passions sont entre ses mains : elle les irrite et les apaise à son gré.

L’homme éloquent n’est ni celui qui produit une longue suite d’idées, qui les classe, qui les enchaîne, qui les énonce avec clarté, justesse et bienséance, ni celui qui les agrandit en les développant, ni celui encore qui les pare de grâces de l’élocution, qui les anime par des figures, qui les colore par des images, et qui par le charme du nombre, flatte l’oreille en même temps qu’il séduit l’imagination ; c’est celui qui possède et met en œuvre tous ces talents, et qui en même temps du côté de l’âme connaît le fort et le faible, sait toucher à l’endroit sensible et fait mouvoir à son gré tous les ressorts des passions.

 Publicité

Les buts de l’éloquence seront donc : instruiretoucher et plaire. Elle se répartit en trois genres : le démonstratif (ou épidictique), le délibératif et le judiciaire.

Les trois genres d’éloquence

Les Anciens avaient divisé l’éloquence en trois genres, et la même division subsiste encore dans toutes les rhétoriques modernes : le genre délibératifle genre démonstratif (ou épidictique) et le genre judiciaire.

Le genre délibératif

Il est celui où l’orateur veut faire prendre une résolution et déterminer la volonté, ou de détourner d’un dessein qu’on a pris. Ce genre convient particulièrement à l’éloquence populaire ; et l’on peut y employer des figures véhémentes pour émouvoir les auditeurs, à l’exemple de Cicéron. Il convient aussi à l’éloquence de la chaire, où un prédicateur, dispensé par son caractère de tout ménagement et de tout respect humain, tient comme enchaîné autour de lui son auditoire, et peut foudroyer ses passions et ses vices.

Le genre démonstratif (ou épidictique)

Il a pour objet la louange ou le blâme. Les Anciens nous ont laissé de très beaux modèles en ce genre. On peut voir, pour la louange, l’éloge que fait Cicéron de la clémence de César dans sa harangue pour Marcellus, et celui de Pompée dans la harangue intitulée, pro lege Roscia. Les Verrines, les Catalinaires, les Philippiques nous offrent tout ce qu’on peut dire de plus fort pour blâmer quelqu’un. Ces personnalités étaient non seulement tolérées, mais même encouragées dans les républiques anciennes. Les gouvernements modernes les ont toujours réprimées. Nous n’avons conservé que les discours consacrés à la louange, tels que les panégyriques et les oraisons funèbres.

→ À lire : L’éloge.

 Publicité

Le genre judiciaire

Il consiste dans la discussion contradictoire d’une chose ou d’un fait, dans son rapport avec les lois, et à l’égard de centaines personnes. C’est une accusation ou défense, une demande ou dénégation ; et des deux causes débattues, le résultat est un jugement qui doit être prononcé conformément à la loi. Ce genre convient particulièrement aux avocats.

Rhétorique et style

 Publicité

Articles connexes

Suggestion de livres


Rhétorique

Dictionnaire de rhétorique

Que sais-je ? La Rhétorique

Les Techniques de Style

La Rhétorique ou l’Art de parler

Introduction à la rhétorique

Manuel de rhétorique

Dictionnaire de poétique et de rhétorique

Les figures de style

Libérer son écriture et enrichir son style

Convaincre. Dialogue sur l’éloquence

Dictionnaire des symboles


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...