Leçons d’orthographe ► La ponctuation ► vous êtes ici 

Orthographe

L’emploi du point

Un grand artiste aurait été si content d’avoir trouvé cette magnifique phrase qu’il aurait mis un point à la ligne et un grand blanc.

(Charles Du Bos, Journal, 1922)

Qu’est-ce que la ponctuation ?

La ponctuation précise le sens de la phrase. Elle sert à fixer les rapports entre les propositions et les idées. D’autre part, elle sert à marquer, à l’aide de signes, les pauses et les inflexions de la voix dans la lecture.

Les principaux signes de ponctuation sont : le point [.], le point d’interrogation [?], le point d’exclamation [!], le point-virgule [;], les points de suspension [], les deux points [:], la virgule [,], les guillemets [« »], le tiret [], les parenthèses [( )].

 Publicité

 La ponctuation : En résumé…

Définition du point

Le point est un signe de ponctuation forte (.) marquant la fin de la phrase.

Quelques expressions utiles :

 Publicité
  • Point final : C’est un point qui marque la fin d’un texte.
  • Point à la ligne : C’est un point qui marque la fin de la phrase et le changement d’alinéa.
  • Point diplomatique : C’est un signe qui marque la fin d’un texte (note, dépêche, télégramme, mais pas lettre). Il s’écrit avec un point suivi d’une barre oblique suivie d’un autre point (./.).
  • Un point c’est tout ! C’est une expression qui marque l’impossibilité ou le refus de laisser discuter une affirmation, une décision.
  • Faire quelque chose avec points et virgules : Faire sans omettre aucun détail.
  • Point abréviatif ou simplement point : C’est un point qui est mis après une lettre initiale, après chacune des lettres d’un signe ou après une séquence de lettres pour montrer qu’il s’agit d’une abréviation : M. pour Monsieur, C.G.T. pour Confédération Générale du Travail, p. ex. pour par exemple (Consultez les abréviations).
  • Points ou ligne de points : C’est une séquence de points, parfois mis entre parenthèses, dans une ligne ; ligne de points marquant une coupure, dans un texte : (…)
  • Point décimal : Dans les pays anglo-saxons et souvent dans les machines électroniques, c’est un signe séparant la partie entière d’un nombre de sa partie décimale : 6.45 pour 6h45, 12.3kg pour 12,3 kg.

Emploi du point

● Le point seul marque une pause plus longue que tous les signes (virgulepoint-virgule, etc.). On le met à la fin de toutes les phrases, de toutes les périodes dont le sens est complet, et qui n’ont de liaison avec ce qui suit que par la convenance du sujet.

Ce n’est pas le plus ou le moins de longueur de la phrase qui détermine l’emploi du point. Il n’est pas nécessaire non plus d’avoir employé les autres signes de ponctuation dans une phrase, pour pouvoir y faire usage du point. Il suffit qu’une phrase n’ait pas une liaison grammaticale avec la suivante, pour qu’elle en soit séparée par un point.
Exemple : Le travail est souvent le père du plaisir.
Je plains l’homme accablé du poids de son loisir. (VoltaireDiscours sur la Modération)

● Le point doit toujours être suivi d’une grande capitale ou majuscule, excepté dans certains cas où il est employé comme signe d’abréviation (voir ci-dessous). Il est suivi d’une espace et directement collé au mot le précédant.
Exemple : […] le soleil montait à l’horizon. Il colorait d’un reflet jaune la rivière […]. (Alphonse Jean-Baptiste Karr, Sous tilleuls, 1832)

● Le point marque donc deux repos : le premier, après des phrases qui n’ont entre elles aucun rapport grammatical, mais qui, roulant toutes sur le même sujet, appartiennent, en quelque sorte, au même fonds. Le second, lorsqu’après une suite de propositions qui ont le même objet, on veut passer à une autre matière, afin de rendre au lecteur la différence des matières plus sensible. C’est un repos final qu’on marque par l’alinéa ; c’est-à-dire, qu’on abandonne la ligne après le point, quoiqu’elle ne soit pas remplie et on recommence la phrase qui suit au commencement de la ligne suivante, qui, pour devenir plus sensible, rentre un peu en dedans.

 Publicité

● On fait encore usage du point toutes les fois que, par abréviation, on n’écrit que la première lettre ou quelques-unes des premières lettres d’un mot. On l’emploie également entre les différentes lettres d’un sigle.
Exemples : S.M. pour Sa Majesté ; Adj. pour Adjectif ; V. impers. pour Verbe impersonnel.

● Les unités de mesure et les acronymes (sigles prononcés comme un mot ordinaire) ne prennent jamais de point d’abréviation.
Exemples : – m pour mètre ; kg pour kilogramme. – URSS ; Ovni ; sida ; laser.

→ Les abréviationsL’histoire des abréviations.

 Publicité

Orthographe

Articles connexes

Suggestion de livres


Orthophoniste – Orthographe

100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques

Les fautes de français ? : Plus jamais !

Anti-fautes d’orthographe

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie Nationale

ORTH CM1 : Apprendre l’orthographe
L’Orthographe pour tous
Pour ne plus faire de fautes d’orthographe : 300 trucs et astuces efficaces et faciles

Dictées pour progresser

L’orthographe est un jeu : 50 jeux pour soigner ses maux d’orthographe

Dictionnaire des difficultés de la langue française

Un jour, un mot Cycles 2 et 3 : Ateliers quotidiens pour l’observation réfléchie de la langue


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...