Les arcs de triomphe

Lumière sur…  vous êtes ici

Lumière sur…

Les arcs de triomphe

Présentation

Dans l’histoire romaine, un arc de triomphe est un monument temporaire, généralement en bois, érigé dans une ville pour célébrer le passage d’un général vainqueur, ou une grande victoire. Plus tard, un arc de triomphe est devenu un monument commémoratif en pierre, formé d’un grand portique en plein cintre comportant des inscriptions, des bas-reliefs, et quelquefois accompagné de deux arcs latéraux plus petits comme l’Arc de Septime Sévère ou de Titus, et l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile, à Paris.

🧭 Mini-guides pédagogiques : Visiter un musée. – Visiter un château. – Visiter un jardin. – Visiter une cathédrale.
→ Lumière sur la tour Eiffel (+ vidéo).
→ À lire : Qu’est-ce que l’art ? (+ vidéo).

Origine et description des arcs de triomphe

Les Romains sont les premiers qui ont construit des arcs de triomphe. Dans l’origine, ces arcs, ou portes triomphales, construits en bois, étaient élevées en l’honneur des généraux auxquels le triomphe avait été décerné. Elles étaient surmontées de trophées d’armes enlevés à l’ennemi et de la statue du triomphateur. Les images symboliques des villes et des nations vaincues ornaient les piédroits et étaient suspendues à la voûte. Des espaces étaient ménagés pour placer des musiciens et des hommes chargés de trophées.

Plus tard, on a voulu donner aux arcs de triomphe un caractère plus imposant. On a voulu qu’ils fassent, en quelque sorte, une page d’histoire destinée à porter à la postérité le récit des hauts faits sous l’inspiration desquels ils avaient été élevés. Le bois est remplacé par la pierre, le marbre, le bronze et les matières les plus précieuses. L’architecture et la sculpture prodiguent toutes les ressources de leur art pour les transformer en monuments durables.

  Publicité
 

Les arcs de triomphe sont d’abord exclusivement destinés à consacrer et perpétuer la mémoire de triomphes militaires.  Ensuite, la flatterie des cours en fait le simple piédestal des statues des empereurs.

Nous allons donner quelques détails sur les plus grands arcs de triomphe existants, de l’Antiquité et des temps modernes : ils pourront servir de point de comparaison pour apprécier les proportions colossales de l’Arc de Triomphe de Paris, dont nous donnerons l’historique et la description ci-après.

À Rome, l’arc de Constantin, qui par ses dimensions dépasse tous les arcs antiques connus, mesure 21,10 mètres de haut, 25,7 mètres de large et 7,4 mètres de profondeur. Il possède trois baies : la baie centrale est la plus grande, avec 11,5 mètres de haut pour 6,5 mètres de large, tandis que les passages latéraux mesurent 7,4 mètres de haut pour 4,4 mètres de large. L’arc de Constantin est construit pour commémorer la victoire de Constantin au Pont Milvius et ses 10 années de pouvoir.

L'arc de Constantin à Rome, IVe siècle. Il est situé entre le Colisée et le Palatin.

L’arc de Constantin à Rome, IVe siècle. Il est situé entre le Colisée et le Palatin.

L’arc de Septime Sévère, situé à Leptis Magna (actuellement en Libye), sur le Forum romain de Rome, vient ensuite. Il mesure 19 m, 23 m de large et 7 m d’épaisseur. Il est érigé en 203 ap. J.-C. pour glorifier les victoires militaires de l’empereur Septime Sévère et de ses fils Caracalla et Geta sur les Parthes.

Les Romains ne se contentent pas d’élever des arcs de triomphe dans leur patrie. Ils en construisent également dans les pays conquis. Il en existe dans le sud de la France, en Espagne et en Afrique du Nord. Ainsi c’est par leurs mains qu’est élevé l’arc d’Adrien à Athènes. Parmi les ouvrages des Romains, on doit encore citer l’arc d’Orange, département de Vaucluse, dédié à la gloire des vétérans de la IIe légion gallique, fondateurs de la colonie romaine d’Orange, puis à Tibère. L’arc d’Orange mesure 19,57 mètres de long et 8,40 mètres de large. Il atteint une hauteur de 19,21 mètres.

De tous les arcs modernes, la porte Saint-Denis, située dans l’actuel 10e arrondissement de Paris, est la plus remarquable. Elle est élevée par les ordres de Louis XIV. Ce monarque a voulu lui donner des dimensions supérieures à celles des arcs antiques. Elle est construite par l’architecte Blondel, et est regardée, à juste titre, comme un des plus beaux monuments importants du siècle de Louis XIV. La porte Saint-Denis a 24,65 mètres de largeur, 25 mètres de hauteur, 5 mètres d’épaisseur.

La porte Saint-Martin, située à Paris, est construite par l’architecte Pierre Bullet. Ses dimensions sont inférieures à celles de la porte Saint-Denis, et ses proportions lui donnent l’aspect d’une porte de ville, plutôt que celui d’une porte triomphale. Le monument actuel est un arc de triomphe de 18 mètres de haut, construit en pierre calcaire à vermiculures ; l’attique est en marbre.

Enfin il existe à l’entrée du faubourg Saint-Antoine un arc élevé en l’honneur d’Henri II, et restauré sous Louis XIV par Blondel. Il était remarquable par les sculptures de Paul Ponce, dont il était orné. Il est détruit, il y a peu d’années, lors de l’élargissement des abords de la place de la Bastille.

D’après ce que nous venons d’exposer, on voit que jusqu’à ce jour le plus grand arc connu était la porte Saint-Denis, dont la hauteur est de 25 mètres.

  Publicité
 

Le concept architectural de l’arc de triomphe connaît un renouveau à l’époque de la Renaissance italienne. Deux exemples célèbres et assez récents en sont l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile, à Paris, commandé par Napoléon Bonaparte en 1806 et Marble Arch, à Londres, construit par John Nash en 1827. Tous deux sont inspirés de l’arc de Constantin.

L’arc de triomphe de l’Étoile
L'arc de triomphe de l'Étoile à Paris, XIXe siècle.

L’arc de triomphe de l’Étoile à Paris, XIXe siècle.

L’arc de triomphe de l’Étoile, souvent appelé simplement l’Arc de Triomphe, est monument du XIXe siècle, situé à Paris, au centre de la place de l’Étoile où convergent douze avenues (dont celle des Champs-Élysées).

Point de repère central de Paris, l’arc de triomphe de l’Étoile est l’un des monuments les plus célèbres du monde.

L’Arc de Triomphe est commandé par Napoléon Bonaparte le 18 février 1806, soit quelques semaines après la victoire d’Austerlitz. Il est dessiné par Jean-François Chalgrin et achevé après la mort de celui-ci par Jean-Armand Raymond en 1836. Le monument s’inspire de l’arc de Constantin à Rome. Toutefois, avec ses 50 m de hauteur et ses 45 m de largeur, ses proportions ont été doublées par rapport à celles de son modèle. En effet, ce monument est haut de 49,54 mètres, large de 44,82 mètres et profond de 22,21 mètres. Il est actuellement géré par le Centre des monuments nationaux. La hauteur de la grande voûte est de 29,19 mètres et sa largeur de 14,62 mètres. La petite voûte mesure 18,68 mètres de haut et 8,44 mètres de large. Le monument pèse 50 000 tonnes  — en fait 100 000 t, en prenant en compte les fondations qui s’enfoncent à 8,37 mètres de profondeur. Le coût total de la construction a été de 9 651 116 F.

Les principales sculptures qui décorent l’Arc de Triomphe sont : La Marseillaise (appelé aussi Le Départ des volontaires) de François Rude, dont l’expressivité de la figure centrale est violemment critiquée lors de l’inauguration de l’édifice, Le Triomphe par Jean-Pierre Cortot, Les Renommées de James Pradier et La Résistance et la Paix d’Antoine Etex. Les noms de 660 officiers ayant combattu vaillamment lors des batailles napoléoniennes sont gravés sur les montants.

Sous la grande arcade se trouve la tombe du Soldat inconnu, inhumé en 1921 : une flamme y brûle continuellement. Elle accueille le corps d’un soldat non identifié, mort lors de la Première Guerre mondiale et reconnu français. Elle commémore symboliquement l’ensemble des soldats qui sont morts pour la France au cours de l’histoire.

📽 Vidéo : Retenir l’essentiel…

Articles connexes

Suggestion de livres


Puzzle 3D – Arc de Triomphe illuminé

Ces monuments qui racontent Paris

Secrets et curiosités des monuments de Paris

Paris : secret et insolite


Articles recommandés pour vous…


À lire également...

EspaceFrancais.com