Leçons d’orthographe ► Les rectifications orthographiques de 1990 ► vous êtes ici 

Les rectifications orthographiques de 1990

Le trait d’union

Analyse parue au Journal Officiel de la République Française
Édition des Documents Administratifs – 06 décembre 1990 –

La règle du trait d’union

Trait d’union : on lie par des traits d’union les numéraux formant un nombre complexe, inférieur ou supérieur à cent.
Exemples : elle a vingt-quatre ans, cet ouvrage date de l’année quatre-vingt-neuf, elle a cent-deux ans, cette maison a deux-cents ans, il lit les pages cent-trente-deux et deux-cent-soixante-et-onze, il possède sept-cent-mille-trois-cent-vingt-et-un francs.

Emploi du trait d’union.

L’analyse

Le trait d’union a des emplois divers et importants en français :

  • des emplois syntaxiques : inversion du pronom sujet (exemple : dit-il), et libre coordination (exemples : la ligne nord-sud, le rapport qualité-prix). Il est utilisé aussi dans l’écriture des nombres, mais, ce qui est difficilement justifiable, seulement pour les numéraux inférieurs à cent (exemple : vingt-trois, mais cent trois) ;
  • des emplois lexicaux dans des mots composés librement formés (néologismes ou créations stylistiques, exemple : train-train) ou des suites de mots figées (exemple : porte-drapeau, va-nu-pied).

Dans ces emplois, la composition avec le trait d’union est en concurrence, d’une part, avec la composition par soudure ou agglutination (exemples : portemanteau, betterave), d’autre part, avec le figement d’expressions dont les termes sont autonomes dans la graphie (exemples : pomme de terre, compte rendu).
Lorsque le mot composé contient un élément savant (c’est-à-dire qui n’est pas un mot autonome : narco-, poly-,etc.), il est généralement soudé (exemple : narcothérapie) ou, moins souvent, il prend le trait d’union (exemple : narco-dollar). Si tous les éléments sont savants, la soudure est obligatoire (exemple : narcolepsie). Dans l’ensemble, il est de plus en plus net qu’on a affaire à un seul mot, quand on va de l’expression figée au composé doté de trait d’union et au mot soudé.

  Publicité
 

Dans une suite de mots devenue mot composé, le trait d’union apparaît d’ordinaire :

  • lorsque cette suite change de nature grammaticale (exemple : il intervient à propos → il a de l’à-propos). Il s’agit le plus souvent de noms (un ouvre-boîte, un va-etvient, le non-dit, le tout-à-l’égout, un après-midi, un chez-soi, un sans-gêne). Ces noms peuvent représenter une phrase (exemples : un laissez-passer, un sauve-qui-peut, le qu’en-dira-t-on). Il peut s’agir aussi d’adjectifs (exemple : un décor tape-à-l’œil) ;
  • lorsque le sens (et parfois le genre ou le nombre) du composé est distinct de celui de la suite de mots dont il est formé (exemple : un rouge-gorge qui désigne un oiseau). Il s’agit le plus souvent de noms (un saut-de-lit, un coq-à-l’âne, un pousse-café, un à-coup) dont certains sont des calques de mots empruntés (un gratte-ciel, un franc-maçon) ;
  • lorsque l’un des éléments a vieilli et n’est plus compris (exemples : un rez-de-chaussée, un croc-enjambe, à vau-l’eau). L’agglutination ou soudure implique d’ordinaire que l’on n’analyse plus les éléments qui constituent le composé dans des mots de formation ancienne (exemples : vinaigre, pissenlit, chienlit, portefeuille, passeport, marchepied, hautbois, plafond) ;
  • lorsque le composé ne respecte pas les règles ordinaires de la morphologie et de la syntaxe, dans des archaïsmes (la grand-rue, un nouveau-né, nu-tête) ou dans des calques d’autres langues (surprise-partie, sud-américain).

On remarque de très nombreuses hésitations dans l’usage du trait d’union et des divergences entre les dictionnaires, ce qui justifie qu’on s’applique à clarifier la question, ce mode de construction étant très productif. On améliorera donc l’usage du trait d’union en appliquant plus systématiquement les principes que l’on vient de dégager, soit à l’utilisation de ce signe, soit à sa suppression par agglutination ou soudure des mots composés.

  Publicité
 

Orthographe

Articles connexes

  Publicité
 

Suggestion de livres

  Publicité
 

Orthophoniste – Orthographe

100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques

Les fautes de français ? : Plus jamais !

Anti-fautes d’orthographe

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie Nationale

ORTH CM1 : Apprendre l’orthographe
L’Orthographe pour tous
Pour ne plus faire de fautes d’orthographe : 300 trucs et astuces efficaces et faciles

Dictées pour progresser

L’orthographe est un jeu : 50 jeux pour soigner ses maux d’orthographe

Dictionnaire des difficultés de la langue française

Un jour, un mot Cycles 2 et 3 : Ateliers quotidiens pour l’observation réfléchie de la langue


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...