Leçons d’orthographe ► Les rectifications orthographiques de 1990 ► vous êtes ici 

Les rectifications orthographiques de 1990

Les anomalies

Analyse parue au Journal Officiel de la République Française
Édition des Documents Administratifs – 06 décembre 1990 –

Introduction

Les anomalies sont des graphies non conformes aux règles générales de l’écriture du français (comme ign dans oignon) ou à la cohérence d’une série précise. On peut classer celles qui ont été examinées en deux catégories : Séries désaccordées et dérivés formés sur les noms qui se terminent par –on et –an.

Séries désaccordées

Certaines graphies heurtent à la fois l’étymologie et le sentiment de la langue de chacun, et chargent inutilement l’orthographe de bizarreries ce qui n’est ni esthétique, ni logique, ni commode. Conformément à la réflexion déjà menée par l’Académie sur cette question, ces points de détail seront rectifiés.

Dérivés formés sur les noms qui se terminent par -on et -an

La formation de ces dérivés s’est faite et se fait soit en doublant le n final du radical, soit en le gardant simple. L’usage, y compris celui des dictionnaires, connaît beaucoup de difficultés et de contradictions, qu’il serait utile de réduire.

Sur les noms en an (une cinquantaine de radicaux), le n simple est largement prédominant dans l’usage actuel. Un cinquième des radicaux seulement redouble le n (pour seulement un quart environ de leurs dérivés).

  Publicité
 

Sur les noms en on (plus de 400 radicaux, et trois fois plus de dérivés), la situation actuelle est plus complexe. On peut relever de très nombreux cas d’hésitation, à la fois dans l’usage et dans les dictionnaires. Selon qu’est utilisé tel ou tel suffixe, il peut exister une tendance prépondérante soit au n simple, soit au n double. On s’appuiera sur ces tendances quand elles existent pour introduire plus de régularité.

Rectifications proposées par l’Académie

Des rectifications proposées par l’Académie (en 1975) sont reprises, et sont complétées par quelques rectifications de même type :

● absout, absoute (participe, au lieu de absous, absoute).
● appâts (au lieu de appas).
● assoir, rassoir, sursoir (au lieu de asseoir, etc.)1.
● bizut (au lieu de bizuth)2.
● bonhommie (au lieu de bonhomie).
● boursoufflement (au lieu de boursouflement).
● boursouffler (au lieu de boursoufler).
● boursoufflure (au lieu de boursouflure).
● cahutte (au lieu de cahute).
● charriot (au lieu de chariot).
● chaussetrappe (au lieu de chausse-trape).
● combattif (au lieu de combatif).
● combattivité (au lieu de combativité).
● cuisseau (au lieu de cuissot).
● déciller (au lieu de dessiller)3.
● dissout, dissoute (au lieu de dissous, dissoute).
● douçâtre (au lieu de douceâtre)4.
● embattre (au lieu de embatre).
● exéma (au lieu de eczéma) et ses dérivés5.
● guilde (au lieu de ghilde, graphie d’origine étrangère).
● homéo- (au lieu de homoeo-).
● imbécilité (au lieu de imbécillité).
● innommé (au lieu de innomé).
● levreau (au lieu de levraut).
● nénufar (au lieu de nénuphar)6.
● ognon (au lieu de oignon).
● pagaille (au lieu de pagaïe, pagaye)7.
● persifflage (au lieu de persiflage).
● persiffler (au lieu de persifler).
● persiffleur (au lieu de persifleur).
● ponch (boisson, au lieu de punch)8.
● prudhommal (avec soudure) (au lieu de prud’homal).
● prudhommie (avec soudure) (au lieu de prud’homie).
● relai (au lieu de relais)9.
● saccarine (au lieu de saccharine) et ses nombreux dérivés.
● sconse (au lieu de skunks)10.
● sorgo (au lieu de sorgho, graphie d’origine étrangère).
● sottie (au lieu de sotie).
● tocade (au lieu de toquade).
● ventail (au lieu de vantail)11.

● On écrit en iller les noms suivants anciennement en -illier, où le i qui suit la consonne ne s’entend pas (comme poulaillervolailler) : joailler, marguiller, ouillère, quincailler, serpillère.

● On écrit avec un seul l (comme bestiolecamisoleprofiterole, etc.) les noms suivants : barcarole, corole, fumerole, girole, grole, guibole, mariole, et les mots moins fréquents : bouterole, lignerole, muserole, rousserole, tavaïole, trole. Cette terminaison se trouve ainsi régularisée, à l’exception de follemolle, de colle et de ses composés.

  Publicité
 

● Le e muet n’est pas suivi d’une consonne double dans les mots suivants, qui rentrent ainsi dans les alternances régulières (exemples : lunette, lunetier, comme noisette, noisetier ; prunelle, prunelier comme chamelle, chamelier, etc.) : interpeler (au lieu de interpeller) ; dentelière (au lieu de dentellière) ; lunetier (au lieu de lunettier) ; prunelier (au lieu de prunellier).

Notes

1. Le e ne se prononce plus. L’Académie française écrit déjà j’assois (à côté de j’assieds), j’assoirai, etc. (mais je surseoirai). Assoir s’écrit désormais comme voir(ancien français veoir), choir (ancien français cheoir), etc. 
2. À cause de bizuterbizutage
3. À rapprocher de cil. Rectification d’une ancienne erreur d’étymologie. 
4. Cea est une ancienne graphie rendue inutile par l’emploi de la cédille. 
5. La suite cz est exceptionnelle en français. Exéma comme examen
6. Mot d’origine arabo-persane. L’Académie a toujours écrit nénufar, sauf dans la huitième édition (1932-1935). 
7. Des trois graphies de ce mot, celle-ci est la plus conforme aux règles et la moins ambiguë. 
8. Cette graphie évite l’homographie avec punch (coup de poing) et l’hésitation sur la prononciation. 
9. Comparer relairelayer, avec balaibalayeressaiessayer, etc. 
10. Des sept graphies qu’on trouve actuellement, celle-ci est la plus conforme aux règles et la moins ambiguë. 
11. À rapprocher de vent ; rectification d’une ancienne erreur d’étymologie. 

  Publicité
 

Orthographe

Articles connexes

  Publicité
 

Suggestion de livres


Orthophoniste – Orthographe

100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques

Les fautes de français ? : Plus jamais !

Anti-fautes d’orthographe

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie Nationale

ORTH CM1 : Apprendre l’orthographe
L’Orthographe pour tous
Pour ne plus faire de fautes d’orthographe : 300 trucs et astuces efficaces et faciles

Dictées pour progresser

L’orthographe est un jeu : 50 jeux pour soigner ses maux d’orthographe

Dictionnaire des difficultés de la langue française

Un jour, un mot Cycles 2 et 3 : Ateliers quotidiens pour l’observation réfléchie de la langue


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...