Auteurs françaisXVIIe siècle ► vous êtes ici  

Auteurs français : François de Malherbe

Les thèmes poétiques

💡 Poésie lyrique, religieuse, politique, Malherbe a pratiqué de nombreux genres. Son œuvre offre donc un large aperçu des principaux thèmes poétiques au XVIIe siècle. 💡

La nature

Lpoète lyrique aime la nature. Il y trouve une permanence, un repère, dans ce monde où il se sent dépendant de la fuite du temps : elle est, à la fois, le règne du changement et de la durée, alors qu’il est condamné à ne disposer que du changement.

Le poète entretient avec la nature des rapports complexes. Souvent, au XVIIe siècle, il la personnifiPortrait de François de Malherbe.e et voit en elle comme une alliée de l’homme, avec lequel elle compatit, elle s’émeut on se réjouit. Elle reflète, en quelque sorte, les sentiments de celui qui la contemple. Il s’agit déjà de la nature-état d’âme que les romantiques décriront plus tard. Dans Les Larmes de saint Pierre, la nature participe à la douleur de l’apôtre, les oiseaux ne chantent plus, le soleil lui-même hésite à se lever, parce qu’il sait qu’il va faire naître le jour de la crucifixion de Jésus. Mais si elle est compatissante, elle ne peut guère aider celui qu’elle voit souffrir, elle est impuissante à le soulager de sa douleur.

Compagne des mauvais jours, la nature est aussi, heureusement, l’amie des bons moments. Riante, parsemée de fleurs, ensoleillée, elle accompagne les plaisirs, constitue un environnement harmonieux, propice à l’exaltation des sens, et Malherbe note : « Toute chose aux délices conspire ».

Associée à la vie de l’homme, la nature offre également un spectacle. Le poète s’y complaît. Il est avide de ces mille impressions qu’il reçoit. Tous ses sens sont en éveil, ouverts aux couleurs, aux sons, aux parfums.

Dieu

En ce début du XVIIe siècle, la poésie est souvent métaphysique. Elle s’interroge sur la destinée de l’homme, sur son rôle dans le monde. Elle donne une place importante à Dieu. Dieu est ainsi au centre de l’œuvre de Malherbe. Il ne cesse de l’invoquer. Dans Les Larmes de saint Pierre, Dieu est là pour souligner la faiblesse de l’homme, mais aussi pour le soutenir : il est celui qu’on trahit, il est celui qui pardonne. Dans la Prière pour le roi allant en Limousin, il est présenté comme le garant de la paix, comme le soutien de l’action positive du pouvoir royal. Dans le sonnet sur la mort d’un fils, il apparaît comme le Dieu de justice qui doit appuyer la vengeance du père.

La mort

Le thème de Dieu permettait le développement du lyrisme, l’exaltation des sentiments personnels. La mort constitue un autre thème lyrique. Elle apparaît inévitable. Qu’importe alors le moment ou elle intervient ? Pour Malherbe, dans la Consolation à M. du Périer, il faut donc s’y résigner, il faut l’accepter. Les pleurs et le deuil ne servent à rien. Ce n’est qu’un passage, qu’une transition, un moyen de retrouver, au-delà de la destruction du corps, le bonheur spirituel.

L’amour

Le thème de l’amour est le thème lyrique par excellence. C’est un sentiment complexe. Il revêt deux aspects. Il est amour sensuel, exaltation du corps, joie de vivre : en ces temps troubles, Malherbe invite à s’y livrer sans retenue. Il est aussi amour spirituel, recherche d’un absolu, d’une communion totale. Il peut alors prendre la forme du sacrifice suprême : dans Les Larmes de saint Pierre, le Christ, pour l’amour de l’humanité, accepte la souffrance et la mort, seules capables de la sauver.

La fuite du temps

La fuite du temps, voilà pour les poètes un autre sujet de méditation : tout passe, le temps file entre les doigts, la jeunesse ne dure pas et fait bien vite place à la vieillesse, puis à la mort. La fille de M. du Périer « a vécu ce que vivent les roses/L’espace d’un matin » ; peu à peu, « les rides nous viennent ». Dans ces conditions, que faire ? Vivre, profiter de la vie. Le constat pessimiste débouche presque inévitablement sur une conception épicurienne. Malherbe approuve le comportement naturel des bergères et des bergers : « C’est chez eux qu’amour est à son aise ».

La guerre et la paix

Il n’est pas surprenant, en ces temps troublés, de constater l’importance des thèmes de la guerre et de la paix. ils dominent dans la poésie d’inspiration politique. Malherbe les développe longuement dans Prière pour le roi allant en Limousin et dans son Ode à la reine sur les heureux succès de sa régence.

lls sont traités sur le mode de l’opposition rigoureuse. D’un côté, la guerre est dépeinte comme cause de toutes les cruautés et de toutes les injustices, comme la source de tous les maux, comme un instrument de mort et de destruction. De l’autre côté, la paix apparaît comme une bénédiction, comme une sorte d’âge d’or où règnent l’entente entre les hommes, la prospérité. Et seul le pouvoir légal, celui du roi ou celui de la régente, avec l’appui de Dieu, est capable d’assurer cette paix souhaitée.

🚀 Pour aller plus loin… 🚀
 Biographie de François de Malherbe.

 Publicité
Citations choisies
  • Un bon poète n’est pas plus utile à l’État qu’un bon joueur de quilles.
  • Arrière, vaines chimères,
    Soupçons de choses amères,
    Eloignez-vous de nos cœurs.
  • Là se perdent ces noms de maîtres de la terre
    Et tombent avec ceux d’une chute commune
    Tous ceux que leur fortune
    Faisait leurs serviteurs. (Œuvres, livre VI)
  • Vous m’étiez un trésor aussi cher que la vie :
    Mais puisque votre amour ne se peut acquérir,
    Comme j’en perds l’espoir, j’en veux perdre l’envie.
  • C’est Dieu qui nous fait vivre
    C’est Dieu qu’il faut aimer. (Poésies)
  • En vain, pour satisfaire à nos lâches envies,
    Nous passons près des rois tout le temps de nos vies
    À souffrir des mépris et ployer les genoux.
  • Il n’y a que deux belles choses au monde, les femmes et les roses, et que deux bons morceaux, les femmes et les melons.
  • Je défendrai jusqu’à la mort la pureté de la langue française.
  • Je ne trouve la paix qu’à me faire la guerre. (Stances)
  • L’aurore, d’une main, en sortant de ses portes,
    Tient un vase de fleurs languissantes et mortes. (Les Larmes de Saint-Pierre)
  • Les ouvrages communs durent quelques années ;
    Ce que Malherbe écrit dure éternellement. (Sonnets)
  • Tout le plaisir des jours est en leurs matinées. (Stances)

 Autres citations de François de Malherbe.

 Publicité

Articles connexes

Suggestion de livres


Oeuvres poétiques

Poésies

Les Œuvres de François de Malherbe:
avec les observations de Mr Ménage et
les remarques de Mr Chevreau sur Les Poésies

Instruction de F. De Malherbe à son Fils


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...