Lumière sur… ► vous êtes ici

Lumière sur…

Les trouvères

Des trouvères jouant de la musique.

Des trouvères jouant de la musique.

Qui sont les trouvères ?

Les trouvères sont des poètes du nord de la France au Moyen Âge. On les appelait aussi vulgairement jongleurs, dénomination qui, dans le Midi, avait une acception plus restreinte. Les trouvères composaient en langue d’oïl des chansons de gesteromanscontesballades, etc., avec leur accompagnement musical, et qui restait généralement fixé auprès d’un grand seigneur et mécène.

Trouvère signifie trouveurinventeur, et répond, dans la langue d’oïl, à celui de troubadour dans la langue d’oc. Du XIIe au XIVe siècle, les trouvères ont cultivé l’infinie variété des genres propres à la littérature française du Moyen Âge.

Avec eux, la poésie française fleurit et se développe dans la Normande, la Picardie, l’Artois, la Flandre, la Champagne et à la cour anglo-normande des rois d’Angleterre. Les trouvères ont été particulièrement encouragés et protégés par les ducs de Brabant, les comtes de Champagne et de Flandre ; mais ils étaient loin de jouir de la considération qui s’attachait aux troubadours.

À l’encontre de leurs confrères du Midi, les trouvères étaient pauvres pour la plupart, et beaucoup d’entre eux vivaient ignorés, tirant un très mince parti de leurs œuvres, que les jongleurs de geste exploitaient en les chantant ou en les multipliant par la copie. Souvent l’œuvre d’un trouvère se bornait à refaire un poème déjà fait ou à le compléter. Presque toutes les chansons de geste qui nous sont parvenues sont de poètes dont on ne connaît même pas les noms. Quand leur nom est connu, il est difficile de réunir quelques rares indices sur leur vie. C’est ce qui explique comment les chansons de geste et autres poèmes du Moyen Âge ont leur entrée dans les dictionnaires et les encyclopédies sous leur propre titre plutôt que sous le nom de leur auteur.

Des musiciens du Moyen Âge.

Des musiciens du Moyen Âge.

  Publicité
 

Le nombre des trouvères, poètes épiques, romanciers, satiriques, fabulistes, hagiographes, chroniqueurs, chansonniers, auteurs dramatiques, moralistes ou savants, est considérable, malgré la multitude des œuvres restées anonymes.

Voici quelques noms parmi les plus importants :

  • au XIIe siècle : Jean de Flagy, Raimbert de Paris, Richard le pèlerin, Turold ou Théroulde, Graindor de Douai, Chrétien de Troyes, Lambert le Court, Alexandre de Bernay, André de Coutances, Jean Renaut, le reclus de Molien, Audefroy le Bâtard, Quesnes de Béthune, Hugues d’Oisy, Hue de Tabarie, Blondel de Nesle, Philippe de Thaun, Guyot de Provins, Wace, Benoît, Jordan Fantosme, Guillaume Ferrière, vidame de Chartres ;
  • au XIIIe siècle : Thomas de Kent, Pierre de Saint-Cloud, Jacques Forest, Aimes de Varennes, Hugues de Rotelande, Bertrand de Bar-sur-Aube, Jean Bodel, Adenès le Roi, Herbert le Duc, Gautier de Tournai, Raoul de Houdane, Denys Pyramus, Gilbert de Montreuil, Alart Peschotte, Gautier d’Arras, Philippe de Reims, Robert de Blois, Huon de VilleneuveMarie de Francele Châtelain de Coucy, Gasse Bruté, Moniot de Paris, Adam de la Halle, Thibaut de Navarre, Charles d’Anjou, Rutebeuf, Jean Bretel, Colin Muset, Gautier de Belleperche, Pierre du Riès, Alexandre du Pont, Jean Sarrasin, Benoit de Sainte-Maure, Gautier de Metz, Beaudoin de Condé, Guillaume de Lorris, Guillaume, clerc de Normandie, Richard de Fournival, Philippe Mousket, Gautier de Coincy, Herbers, Jackemars Giélée ;
  • au XIVe siècle : Girart d’Amiens, Nicolas de Padoue, Jean de Meung, François de Rues, Chaillou de Pestain, Cimelier ou Cuvelier, Jehannot de Lescurel, Guillaume de Machault, Jacques Bruant, Philippe de Vitry.

Et les derniers trouvères ?
Le groupe médiéval Les Derniers Trouvères.

Le groupe médiéval Les Derniers Trouvères.

  Publicité
 

Passionnés par l’esprit du Moyen Âge et ses valeurs, Les Derniers Trouvères est un groupe qui s’est formé lors de manifestations médiévales en 1989 et 1990 par par Roland Deniaud et Marie Milliflore. L’année suivante, l’ensemble s’est réellement mis en place avec les acquis artistiques et musicaux de chacun pour devenir, en 1994, un groupe professionnel.

Composé de 9 membres (musiciens, chanteurs et danseurs), le groupe chante le Moyen Âge, en français actuel mais sur des mélodies médiévales ou composées dans l’esprit de ce qui se faisant à l’époque en matière d’accompagnement…

Les Derniers Trouvères se produisent en animation pour les fêtes médiévales, les banquets, les défilés, les bals, les foires, les soirées événementielles, etc. ; et en concert sur scène ou dans la rue.

Les membres du groupe jouent en costume d’époque, et s’accompagne d’instruments anciens : flûtes, cornemuse, harpe, psaltérion mandole, hautbois, vièle à archet, percussion, psaltérion à archet, sagettes, sonnaille…

Leur répertoire fait référence aux : troubadours, trouvères, clercs-goliards, béguines, soufis, maîtres en religion, faits historiés, fables, légendes issues de la tradition orale… Le public découvre ou redécouvre, avec joie, émotion et enthousiasme, l’imagerie et la pensée médiévales.

  Publicité
 

Pour plus d’infos, visitez le site Web officiel du groupe.

Articles connexes

  Publicité
 

Suggestion de livres


Chansons
des trouvères

La vie au temps des trouvères


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...