Auteurs francophones ► vous êtes ici  

Auteurs francophones

Michel Chiha

1891 – 1954

Notice biographique

Photo de Michel ChihaPoète, essayiste et éditorialiste, Michel Chiha (1891-1954) est l’un des précurseurs du patrimoine culturel au Liban. Après ses études chez les jésuites, il passe trois ans en Angleterre à étudier le commerce et l’économie. Après la Première Guerre mondiale, il s’établit en Egypte pour faire des études en droit. Il se lance dans le journalisme, fonde avec Klat la revue Ébauches. En 1919 il rentre au Liban, se met à défendre la cause libanaise.

En 1925, Chiha fut nommé député au parlement. Dans la même année, il collabore avec le général Catroux à l’élaboration de la Constitution libanaise. Son premier recueil poétique fut publié en 1934. Dans La Revue phénicienne.

 Publicité

La Maison des champs renferme certains poèmes en prose, pour exprimer son amour pour sa terre natale, la relation amicale franco-libanaise.

En 1950-1952, deux volumes, Essais, furent publiés; ils contiennent une sélection d’articles, alors que Plaint-Chant, paru en 1954, regroupe les articles dominicaux de Chiha. Rappelons que Michel Chiha était parmi les rares écrivains qui ont écrit toutes sortes d’ouvrages : poésie, romans et récits.

 Publicité

Enfin, et toujours chantre de la fraternité entre le Libanais et la France , Michel Chiha a publié certains « Essais » spécialisés : Visage et présence du Liban en 1964, Politique intérieure et Propos d’économie libanaise en 1965. Dans ces trois ouvrages, Chiha nous fait part de la place du Liban dans le monde, en insistant sur le rôle médiateur de ce pays dans le continent et la place commerciale et financière de cette nation dans le Proche-Orient.

Choix de poème : Tout cela finira

Tout cela finira, les peines et les joies,
Sous un calme cyprès et quelques fleurs des champs.
Pourquoi t’embarrasser d’une guerre de Troie
Quand chaque soir te fait des adieux si touchants !
Chaque soleil couchant t’invite à la retraite
Dans l’immense apparat d’un bal vénitien ;
Pour aller chez les morts, tiens ta gondole prête
Et chante ta chanson sur un air ancien

 Publicité

Michel Chiha, La maison des champs, Tout cela finira, 1965.

Suggestion de livres

 Publicité

Suggestion de livres


Mondes francophones

Littératures francophones

Littératures francophones du Moyen-Orient

Dictionnaire des écrivains francophones classiques

Ecrivains francophones du XXe siècle

Exotisme et lettres francophones

Littératures Francophones: Langues et Styles

Regards russes sur les littératures francophones

Le théâtre africain francophone

Littérature libanaise d’expression française

Dictionnaire de la Litterature Libanaise de Langue Française

La différence homme/femme dans le roman francophone

Dictionnaire du Moyen-Orient

Une francophonie différentielle

La France en Egypte

Césaire et Senghor: Un pont sur l’Atlantique


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...