Précis de notions

Lexique des termes littéraires, linguistiques et stylistiques

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M

 N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

EÉcart • Éditorial • Effet de réel • Ellipse • Éloquence • Emphase • Encyclopédie • Engagé (théâtre) • Engagement • Enjambement • Énonciateur • ÉnonciationÉpigramme • Épilogue • Épistolaire • Épitaphe • Épître • Éponyme • ÉpopéeEssaiÉtymologie • Euphémisme • Euphonie • Exergue • Exorde • Exposition

Écart (n.m.)

Dans l’étude du style, un écart est une variation originale, propre à un auteur, qui s’éloigne de l’usage habituel du langage.

Éditorial (n.m.)

Dans un journal ou dans un magazine, un éditorial est un article qui définit la ligne politique, l’orientation de l’équipe de rédaction. Celui qui l’écrit est en général le rédacteur en chef.

Effet de réel (n.m.)

C’est l’impression de réalité perdue par le lecteur et qui est obtenue à l’aide de procédés divers, comme par exemple la description ou l’adoption du point de vue du personnage.

 Publicité

La description.
Le point de vue (ou la focalisation).
Le Réalisme.

Ellipse (n.f.)

Ce terme a deux sens :

  • figure de style : On omet des termes qui cependant peuvent se deviner. L’énoncé devient plus dense car il est chargé de tout ce que le lecteur peut imaginer.
  • en narratologie (voir narratologie), ce terme désigne l’omission de certaines phases de l’histoire contée. Cela correspond à une rupture temporelle du récit.

→ Les figures de style.

Éloquence (n.f.)

Il s’agit de l’art de bien parler.

Quand Pascal affirme : « La vraie éloquence se moque de l’éloquence », il veut indiquer qu’une expression sincère et originale est souvent plus convaincante qu’une éloquence qui se contente de suivre les préceptes en usage.

 L’éloquence et ses genres.

Emphase (n.f.)

On parle d’emphase pour caractériser une expression d’une solennité excessive.

Les types de phrases.

Encyclopédie (n.f.)

C’est un ouvrage ayant pour ambition de recenser et exposer l’état actuel de toutes les connaissances humaines. C’est au XVIIIesiècle qu’eut lieu en France la première entreprise encyclopédique. La fabrication de cette première encyclopédie dura vingt ans et ce fut Diderot qui la dirigea.

Le dictionnaire et l’encyclopédie.
L’Encyclopédie du XVIIIe siècle.
Le Siècle des Lumières.

Engagé (théâtre —) (adj.)

Il vise à faire réfléchir le public sur les problèmes de la société où il vit : problèmes d’ordre moral, politique, économique, social… Il dénonce ce qui va mal, suggère éventuellement des solutions qui reflètent les convictions de l’auteur. Celui-ci prend parti et s’engage dans son texte.

→ Littérature et engagement au XXe siècle.
→ Genre littéraire : Le théâtre.

Engagement (n.m.)

Pour un écrivain, c’est le fait de prendre position, par ses paroles et par ses écrits, sur les questions politiques qui font l’actualité de son époque. Dans les années 50 à 70, l’engagement a été au cœur du débat entre les écrivains, depuis la publication, en 1948, du texte de Sartre qui abordait ce problème (Qu’est-ce que la littérature ?).

 Publicité

→ Littérature et engagement au XXe siècle.

Enjambement (n.m.)

Quand la pause finale n’accomplit pas le sens du vers et que l’on doive le continuer dans le vers suivant, on dit qu’il y a enjambement.
Exemple : Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines / Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi(Arthur Rimbaud)

→ La versification.

Énonciateur (n.m.)

Personne qui produit une énoncé oral ou écrit dans lequel elle laisse généralement des marques de sa présence, notamment la première personne du singulier ou du pluriel.

 Énoncé et la situation d’énonciation

Énonciation (n.f.)

C’est l’acte de production de l’énoncé. Lorsqu’on s’intéresse à l’énonciation, on analyse généralement les indices d’énoncication et les modalisateurs.

Analyser un texte.

Épigramme (n.f.)

L’épigramme est un tout petit poème qui se termine par une attaque satirique.

L’exemple le plus souvent cité est cette épigramme par un trait de Voltaire contre Fréron :

L’autre jour au fond d’un vallon
Un serpent piqua Jean Fréron.
Que pensez-vous qu’il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva.

 L’épigramme.

Épilogue (n.m.)

À la suite d’un récit, l’épilogue raconte rapidement ce qui s’est passé après la relation de ce qui a fait le récit.

L’épilogue.

 Publicité

Épistolaire (adj. et n.m.)

Cet adjectif désigne tout ce qui concerne les lettres. On parle par exemple de roman épistolaire, lorsque le roman est une série de lettres échangées entre des personnages. La Nouvelle Héloïse de Rousseau, ou Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, sont des romans épistolaires du XVIIIe siècle.

Lorsque ce terme est un substantif masculin, on parle alors du recueil liturgique qui comprend les épîtres lues à la messe.

→ La lettre (fiche technique).
→ Les règles de rédaction d’une lettre.
→ La lettre (analyse).

Épitaphe (n.f.)

Petit texte destiné à figurer sur une pierre tombale.

L’épitaphe peut être sérieuse. Par exemple, Paul Claudel demanda qu’on inscrive sur sa tombe : « Ici reposent les cendres et la semence de Paul Claudel » ; et Stendhal choisit comme épitaphe : « Il a vécu. Il a écrit. Il a aimé ».

Mais l’épitaphe est souvent fictive et de caractère satirique. Ainsi Piron, qui ne put siéger à l’Académie française du fait d’une interdiction de Louis XV, écrivit sa propre épitaphe : « Ci-gît Piron qui ne fut rien, / Pas même académicien ».

À ne pas confondre avec « épithalame » (petit poème à l’occasion d’un mariage) avec « épigramme » ou avec « épigraphe » (phrase mise en tête d’un livre ou d’un chapitre).

L’épitaphe.

Épître (n.f.)

Épître signifie lettre. Cette lettre peut être en prose (épîtres de saint Paul) ou en vers. C’est alors un genre qui traite familièrement et non parfois sans ironie, de sujets moraux, littéraires, d’actualité historique, etc. Parmi les auteurs qui ont abordé ce genre : Horace, BoileauVoltaire.

L’épître.

Éponyme (adj. et n.m.)

Ce terme peut avoir deux sens :

  1. Dans l’Antiquité grecque, c’est un héros ou une divinité qui donnait son nom à un groupe de personnes, en particulier à une cité, à une tribu.
  2. Celui qui donne son nom au titre d’une œuvre. Ainsi, Colomba est le personnage éponyme de la nouvelle de Prosper Mérimée intitulée Colomba (1840).

Épopée (n.f.)

Long poème ou vaste récit en prose au style soutenu qui exalte un grand sentiment collectif souvent à travers les actions ou les exploits héroïques d’un homme ou d’un peuple, en y mêlant une part de merveilleux.

Par extension, l’épopée désigne la suite des événements extraordinaires, d’actions éclatantes qui s’apparentent au merveilleux et au sublime de l’épopée.

 Publicité

L’épopée.

Essai (n.m.)

Ouvrage dont le sujet, sans viser à l’exhaustivité, est traité par approches successives, et généralement selon des méthodes ou des points de vue mis à l’épreuve à cette occasion.

L’essai.
Essais (1580) de Montaigne.

Étymologie (n.f.)

Ce terme a deux sens :

  1. science qui fait des recherches sur l’origine des mots ;
  2. histoire d’un mot depuis son origine.

 L’étymologie.
 Histoire de la langue française.
 Origine des mots français.

Euphémisme (n.m.)

On emploie, à la place d’un mot, un autre mot ou une expression qui atténue son sens.
Par exemple : On dira ainsi « rendre le dernier soupir » pour éviter le mot mourir.

 Les figures de style.

Euphonie (n.f.)

On parle d’euphonie quand un ensemble de phonèmes produit un effet agréable. L’élision et la contraction de l’article défini peuvent être regardées comme des cas d’euphonie.

L’euphonie et les lettres euphoniques.

Exergue (n.m.)

L’exergue est une citation en tête d’un texte. On en trouve par exemple au début des chapitres dans certains romans.

 Comment utiliser les citations ?
→ Recueil de citations littéraires du monde entier.

Exorde (n.m.)

En rhétorique, C’est la première partie d’un discours, l’entrée en matière, qui a souvent pour but d’attirer l’attention et la bienveillance de l’auditoire.

L’exorde.
La rhétorique.

Exposition (n.f.)

Ce terme concerne le lexique du théâtre. Dans les premières scènes, des personnages présentent la situation. On distingue cinq type d’expositions : monologue d’un héros ou d’un personnage secondaire, dialogue entre deux héros, entre deux personnages secondaires ou entre un héros et un personnage secondaire. Pour les classiques, l’exposition doit être complète afin que les différents événements n’arrivent pas au hasard. (Voir aussi le dénouement)

 Le genre dramatique.
→ Le théâtre.
→ Le texte théâtral : Les types d’expositionle dénouement.

Articles connexes

Suggestion de livres


Vocabulaire de l’analyse littéraire

Dictionnaire des figures de style

Expression française

Les procédés littéraires

Le Petit Robert

Les termes clés de l’analyse du discours

Glossaire bilingue des termes littéraires

Le dictionnaire du littéraire


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...