Précis de notions

Lexique des termes littéraires, linguistiques et stylistiques

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – MN – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

P

Pamphlet • Panégyrique • Parabole • Paradoxe • Parallélisme • Paraphrase • Parodie • Paronyme • Pastiche • Pensée • Péripétie • Péroraison • Période • Périphrase • Personnification • Phonème • Pittoresque • Plagiat • Pléonasme • Point de vue • Polémique • Polysémie • Précepte • Préface • Préfixe • Prémices • Prémisse • Présent de narration • Prétérition • Prologue • Prosodie • Prosopopée • Protagoniste • Proverbe • Pseudonyme • Psychologique (roman)

Pamphlet (n.m.)

Il est destiné à attaquer une personne ou une institution. Voltaire en a écrit beaucoup, souvent anonymes ou sous des pseudonymes pour ne pas être poursuivi par la censure.

Le pamphlet.

Panégyrique (n.m.)

C’est un discours de cérémonie, composé pour chanter la gloire d’une personne illustre.

Parabole (n.f.)

Ce petit récit a pour but de dégager une morale, une leçon, par l’intermédiaire de son symbolisme.

Paradoxe (n.m.)

Un paradoxe est une idée qui surprend parce qu’elle est en contradiction avec ce qui est habituellement admis.

Parallélisme (n.m.)

On utilise une syntaxe semblable pour deus énoncés pour rythmer la phrase. Par exemple : Que la vie est belle ! Que la nature est tendre !

 Les figures de style.

Paraphrase (n.f.)

Elle consiste à réécrire un texte avec d’autres mots mais sans rien changer au sens du texte. Faire de la paraphrase quand on commente un texte, c’est répéter le contenu du texte sans expliquer la façon dont il est écrit, sans apporter des précisions pour élucider et interpréter.

Méthodes et techniques.

Parodie (n.f.)

C’est une imitation comique, qui peut même être moqueuse.

La parodie.

Paronyme (n.m.)

On appelle paronymes des mots de sens différents mais proches par leurs sonorités.

Exemple : avoir – asseoir, argent – ardent. Ils peuvent être responsables de confusions qui perturbent la communication, mais ils sont aussi à l’origine de la figure de style qu’on appelle la paronomase. Et le jeu sur les paronymes est aussi une source inépuisable de quiproquos comiques (exemple : la grammaire et la grand-mère dans la fameuse scène 6 de l’acte II des Femmes savantes).

 L’orthographe d’usage.
 Synonymie, antonymie, homonymie, paronymie.
 Questionnaires : Les paronymes.

Pastiche (n.m.)

C’est un écrit dans lequel l’auteur imite le style d’un autre auteur. Ce peut être dans une intention parodique, c’est aussi un moyen d’apprendre soi-même à écrire. Dans certains cas, le pastiche atteint même les dimensions d’un véritable texte littéraire : Marcel Proust a réalisé de remarquables pastiches, en particulier ceux qui sont réunis dans son recueil intitulé Pastiches et Mélanges.

Le pastiche.

Pensée (n.f.)

  Publicité
 

Par métonymie, une pensée est une expression concise, orale ou écrite, d’une réflexion ou d’un sentiment personnels. La pensée est généralement moins ciblée que la maxime.

Exemple : La sagesse commence où finit la crainte de Dieu. (André Gide, Journal 1889-1939)

Au pluriel, les pensées constituent un ensemble de réflexions réunies en recueil par un auteur. Parmi les autres genres littéraires qui se proposent formellement d’énoncer des idées, on reconnaît l’essai et la critique. Les pensées (au pluriel) sont aussi un ensemble de réflexions constitué soit de fragments d’un ouvrage inachevé, soit d’extraits d’une oeuvre complète comme les Pensées (1670) de Blaise Pascal.

→ Corrélats : un proverbeune maximeune sentenceun dictonun aphorismeun précepteun apophtegmeune locution proverbialeune penséeune deviseun slogan.
→ Les proverbes français expliqués.

Péripétie (n.f.)

Dans une pièce de théâtre ou un récit, c’est un changement brusque de la situation.

→ Analyser un roman.
 Les étapes d’un récit (schéma narratif).

Péroraison (n.f.)

En rhétorique, c’est la dernière partie d’un discours, qui fait appel à la pitié ou à la démence.

Période (n.f.)

Phrase longue dont l’ensemble respecte un équilibre de contenu et de construction.

 Analyser une phrase.

Périphrase (n.f.)

Pour désigner un être ou un objet, on utilise une expression qui évoque l’une de ses caractéristiques au lieu du mot précis. Par exemple : Le pays des Cèdres (pour parler du Liban).

 Les figures de style.
Découvrir le Liban.

Personnification (n.f.)

Cette figure de style consiste à faire d’un être inanimé ou d’une abstraction un être réel.

→ Les figures de style.

Phonème (n.m.)

Le phonème est la plus petite unité de son de la langue. Chaque langue en comporte un certain nombre qui se lient pour former des mots.

 L’alphabet phonétique international (API).

Pittoresque (adj.)

Qui est digne d’être peint, de fournir un sujet à un peintre, à un graveur.

Par extension, qui plaît, qui charme ou qui frappe par sa beauté, sa couleur, son originalité.

Plagiat (n.m.)

C’est le fait de recopier des passages appartenant à d’autres auteurs, en faisant croire qu’on les a écrits soi-même.

Pléonasme (n.m.)

C’est le fait de donner deux fois la même information dans une expression.

Exemple : « monter en haut ».

→ Évitez les pléonasmes.

  Publicité
 

Point de vue (n.m.)

Dans un récit, le narrateur peut voir les événements et les lieux par les yeux d’un personnage dont il adopte le point de vue. (voir Focalisation)

→ Les points de vue (ou focalisation).

Polémique (adj. et n.f.)

Le terme vient du grec polémos, qui signifie « la guerre »

  1. Adjectif = qui suppose une attitude critique.
  2. Nom = débat violent opposant des idées.

Polysémie (n.f.)

Suivant le contexte dans lequel ils sont employés, leur signification change (le verbe faire par exemple possède plus de 80 sens différents). Cette polysémie des mots fait la richesse de la langue car elle permet des transferts de significations. Par exemple : Fortune peut, suivant le contexte, signifier « richesse » ou « destin », c’est un mot polysémique.

→ Analyser le mot.

Précepte (n.m.)

Dès l’origine, son domaine d’emploi est la langue juridique où il s’entend d’un ordre ou d’une prescription, mais le terme n’a pas de signification technique précise. Dans l’usage moderne, le précepte est une proposition, une prescription énonçant un enseignement, une conduite à suivre, une règle (ou un ensemble de règles) à observer qui est généralement formulée par une autorité incontestée dans un domaine précis (science, arts, lettres, philosophie, etc.). (TLF)

Exemples : Nul n’est censé ignorer la loi ; Nul ne peut stipuler pour autrui ; Bonne foi est toujours présumée.

 Corrélats : un proverbeune maximeune sentenceun dictonun aphorismeun précepteun apophtegmeune locution proverbialeune penséeune deviseun slogan.
 Les proverbes français expliqués.

Préface (n.f.)

C’est un texte placé en tête d’un ouvrage, écrit par l’auteur ou un présentateur, qui prévient favorablement le lecteur et lui donne quelques renseignements sur l’auteur ou le livre.

La préface.

Préfixe (n.m.)

Le préfixe est un élément qui se place devant le radical d’un mot, donnant ainsi naissance à un nouveau mot, ayant une signification différente bien qu’habituellement proche du mot originel.

Exemples : anti-inflammatoirehyperdynamique.

 Le vocabulaire.
Radicaux, préfixes et suffixes.

Prémices (n.f.pl.)

1. Dans l’Antiquité, les premières productions de la terre que l’on offrait aux dieux.
2. Début d’un processus (les prémices de la crise).

⚠ Attention ! ⚠
À ne pas confondre « prémices » (toujours au pluriel) avec « prémisse » (voir ci-dessous).

Prémisse (n.f.)

Proposition qui sert de point de départ à un raisonnement; idée préalable dont découle une conséquence. Dans un syllogisme, les deux premières prémisses s’appellent la majeure et la mineure.

  Publicité
 

Exemple : Tous les hommes sont mortels [prémisse majeure] or Socrate est un homme [prémisse mineure] donc Socrate est mortel.

→ Le raisonnement par syllogisme.
→ Analyser un texte argumentatif.

Présent de narration

On emploie cette expression pour qualifier le présent utilisé pour raconter un récit passé lorsqu’on veut le rendre plus vivant.

→ La conjugaison.
Les temps verbaux et leurs valeurs.

Prétérition (n.f.)

Cette figure de style consiste à parler de quelque chose en commençant par annoncer qu’on ne va pas en parler. « je ne vous dirai pas… »

→ Les figures de style.

Prologue (n.m.)

Au théâtre, il s’agit d’une déclaration qui précède la pièce elle-même. Extérieure à l’intrigue, elle peut annoncer ce que sera l’intrigue, en proposer d’emblée une interprétation, etc. Antigone de Jean Anouilh, par exemple, commence par un prologue, comme toutes les pièces antiques.

→ Le prologue.
Le prologue et l’épilogue.

Prosodie (n.f.)

  Publicité
 

C’est l’étude de la durée et du caractère mélodique des sons dans un poème.

→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.

Prosopopée (n.f.)

Cette figure de style consiste à imaginer le discours d’une personne morte ou absente, ou même d’une chose personnifiée.

Protagoniste (n.m.)

On désigne ainsi l’acteur qui joue le rôle principal dans une pièce de théâtre.

→ Le genre dramatique.
→ Genre littéraire : la poésie.

Proverbe (n.m.)

● Un proverbe est « une sentence courte et imagée, d’usage commun, qui exprime une vérité d’expérience ou un conseil de sagesse et auquel se réfère le locuteur. » Par extension, le proverbe peut être « une phrase qui contient une sentence et qui exprime une vérité générale. » (TLFi)
Le proverbe traduit la sensibilité collective d’un groupe social ; il est l’expression d’une culture particulière.

Exemple : Quand le chat court sur les toits, les souris dansent sur les planchers. (Honoré de BalzacEugénie Grandet)

● Le proverbe est aussi une pièce de théâtre très brève présentant une action propre à mettre en lumière le sens d’un proverbe qui constitue souvent le titre, mais qui reste parfois à deviner. Ce genre tient son origine des salons précieux.

Exemple : On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset est une pièce en trois actes qui appartient au genre du proverbe dramatique.

→ Corrélats : un proverbeune maximeune sentenceun dictonun aphorismeun précepteun apophtegmeune locution proverbialeune penséeune deviseun slogan.
→ Les proverbes français expliqués.

Pseudonyme (n.m.)

C’est le nom d’emprunt sous lequel un artiste, un écrivain se fait connaître.

Exemple : Yolanda Gigliotti est le vrai nom de la célèbre star Dalida. Donc Dalida est un pseudonyme.

Dalida.

Psychologique (roman —) (adj.)

Un roman psychologique met en lumière la vie intérieure d’un personnage, qu’il s’agisse de peindre une évolution morale ou une crise passionnelle. Le personnage, décrit dans un contexte social précis, illustre aussi un aspect de la condition humaine. Plus que l’action, ce type de roman privilégie l’analyse des sentiments, les dialogues et les scènes qui permettent à une personnalité de se révéler.

→ Analyser un roman.
Les genres romanesques.

Articles connexes

Suggestion de livres


Vocabulaire de l’analyse littéraire

Dictionnaire des figures de style

Expression française

Les procédés littéraires

Le Petit Robert

Les termes clés de l’analyse du discours

Glossaire bilingue des termes littéraires

Le dictionnaire du littéraire


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...