Précis de notions

Lexique des termes littéraires, linguistiques et stylistiques

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M

 N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

R

Rabelaisien • Récit • Redondance • Registre de langue • Rejet • RèglesRenaissance • Réseau lexical • Rhétorique • Rime • Rime intérieure

Robinsonnade • Roman • Roman-feuilleton • Roman picaresque

Romantique (drame) • Rondeau • Rythme

Rabelaisien (adj.)

Terme qui évoque l’œuvre de François Rabelais (XVIe siècle) par son caractère haut en couleur, excessif et non dénué d’une certaine grossièreté. On dira, par exemple, « un personnage rabelaisien ; une verve rabelaisienne ».

 Publicité

Récit (n.m.)

Ce terme offre deux sens bien distincts. Il désigne d’abord un texte racontant un événement ou une série d’événements. Mais il possède aussi un sens spécifique par lequel il s’oppose à la notion de discours.

→ Le système énonciatif.

Redondance (n.f.)

C’est donner plusieurs fois la même information sous des formes différentes. Le pléonasme est une des manifestations de la redondance.

→ Les figures de style.

Registre de langue (n.m.)

C’est un langage adapté à la situation de communication, au milieu social qu’il dépeint. On distingue trois registres de langue : le langage courant, le langage familier et le langage soutenu. À chaque registre de langue peuvent correspondre une syntaxe, une prononciation, ou encore un vocabulaire spécifique. Par ailleurs, un décalage dans le registre de langue utilisé peut produire un effet (comique ou non)

→ Les registres de langue.

 Rejet (n.m.)

Bref groupe de mots qui complète un groupe syntaxique placé au vers précédent.

Exemple :

Est-il vrai que parfois le triste cœur d’Agathe
Dise : Loin des remords, des crimes, des douleurs…
 (Baudelaire) [le mot « dise » forme un rejet].

→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.

 Publicité

Règles (n.f.pl.)

D’un point de vue littéraire, ce mot prend un sens très précis quand on fait référence à la période classique. Les règles étaient les contraintes que les écrivains étaient tenus de respecter. C’était en particulier le cas pour le théâtre.

→ La règle des trois unités.

Renaissance (n.f.)

Période historique marquée par un mouvement de retour à la culture antique (langue, œuvres, pensée, art) qui s’est développé en Europe du XIVe siècle (Italie) et au XVIe siècle (France) en réaction à la culture du Moyen Âge.

Histoire de la France : le Moyen Âge.

Réseau lexical (n.m.)

Un réseau lexical regroupe tous les mots qui désignent des réalités ou des idées appartenant au même thème (= le champ lexical) auxquels s’ajoutent tous les mots qui à cause du contexte, et de certaines de leurs connotations, évoquent aussi ce thème.

Exemple : « Bombarder, guerre, ennemi, soldat, invasion » font partie du champ lexical de la guerre. Si on considère le réseau lexical, on peut ajouter des mots comme : « haine, peur, bilan, avion, etc. ».

→ Le champ lexical.

Rhétorique (n.f.)

Ce mot à plusieurs sens. Il peut signifier l’art de bien parler, et l’éloquence oratoire. Mais il désigne aussi l’art de présenter les idées de la façon la plus persuasive possible.

→ L’éloquence et ses trois genres.

 Publicité

Rime (n.f.)

Identité sonore marquant la fin d’un vers. Selon le nombre de sons qui riment ensemble, on parlera de rime pauvre, suffisante ou riche. On distingue trois schémas de disposition des rimes : plates [ou suivies] : AABB, embrassées : ABBA, croisées [ou alternées] : ABAB.

→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.
→ La rime (étude détaillée).

Rime intérieure (n.f.)

Elle répète au milieu du vers la rime située à la fin du vers. Elle crée un écho sonore dans le vers.

→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.
→ La rime (étude détaillée).

Robinsonnade (n.f.)

Il s’agit d’un récit d’aventures fictif, qui se fait passer pour le réel, dans lequel un héros isolé et menacé finit par survivre et par accéder au bonheur. Il peut y être aidé par une âme sœur (Cf. Robin Crusoé (1719) de Daniel Defoe). Ce genre propose une réflexion sur les systèmes de vie en société, selon des vues réformatrices, que le héros peut tenter d’appliquer quand il retrouve sa patrie.

→ Les différents genres romanesques.

Roman (n.m.)

À l’origine, le nom de roman a été donné à la langue vulgaire issue du latin. Par extension, on a donné le nom de roman à un écrit en langue romane, qui n’était d’ailleurs pas un écrit en prose, mais une forme poétique en octosyllabes (Le Roman de Renart). Puis il a désigné un récit en prose d’aventures imaginaires. Actuellement, la prise en considération de sa longueur conduit à faire la distinction entre la nouvelle, récit court, et le roman, récit beaucoup plus long.

→ Analyser un roman.
→ Les différents genres romanesques.
→ Les éléments constitutifs du roman (synthèse).
→ Notions sur les genres littéraires.
Le genre romanesque.

 Publicité

Roman-feuilleton (n.m.)

1. Roman paraissant dans la presse par fragments et rédigé de telle sorte que le lecteur soit tenu en haleine. C’est Émile de Girardin, grand patron de presse du XIXe siècle, qui, le premier, utilisa ce genre littéraire dans les journaux à fort tirage. On dit, par abréviation, « feuilleton ».

2. D’une façon générale : Histoire invraisemblable ou suite mouvementée d’événements dont on se demande comment elle se terminera.

→ Analyser un roman.
→ Les différents genres romanesques.
→ Les éléments constitutifs du roman (synthèse).
→ Notions sur les genres littéraires.
→ Le genre romanesque.

Roman picaresque (n.m.)

Le terme vient de l’espagnol picaro (vaurien, fripon) et désigne un type de roman des XVIe et XVIIe siècles en Espagne, dont le héros parcourt, au milieu d’aventures qui se succèdent au hasard, les différentes classes de la société. En France, Lesage adapta ce type de roman avec Gil Blas (1715-1735).

 Analyser un roman.
→ Les différents genres romanesques.
→ Les éléments constitutifs du roman (synthèse).
→ Notions sur les genres littéraires.
→ Le genre romanesque.

Romantique (roman —) (adj.)

Le drame romantique rejette les contraintes et l’inspiration de la tragédie classique : il ne respecte ni la règle des trois unités ni l’unité de ton ; il est écrit en prose, ou bien, s’il est écrit en alexandrin, ceux-ci ont perdu leur caractère soutenu, et leur rythme est brisé. Ses personnages ne sont pas empruntés à l’Antiquité grecque ou romaine. Le drame romantique s’inspire entre autres de la tragédie de Shakespeare : ses héros, vivant à une époque moderne, sont animés de fortes passions qui mettent en jeu à la fois leur destin individuel et celui du groupe auquel ils appartiennent. Il se veut drame historique, ce qui explique l’importance des décors, la durée de l’action qui peut couvrir plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années. Il cherche à susciter des émotions fortes : les crimes, les morts se déroulent le plus souvent sous les yeux du public. Hernani de Victor Hugo est un drame romantique.

→ Histoire et règles de la tragédie.
→ Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

Rondeau (n.m.)

C’est un type de poème qui a eu beaucoup de succès au XVIe siècle, et jusqu’à la première moitié du XVIe siècle avec Clément Marot. C’était un poème lyrique à forme fixe, comportant un refrain.

Le rondeau.
→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.

Rythme (n.m.)

Dans un vers, il est caracterisé par le retour, à intervalles relativement réguliers, des temps marqués ou accents rythmiques. Par exemple le rythme de l’alexandrin classique correspond à une accentuation sur la 6et la 12e syllabe. Cette régularité est un des traits distinctifs de la poésie classique, puisqu’en prose, et dans le vers libre, la place des syllabes accentuées n’est pas prédéterminée.

 La versification.


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...