Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#13
A un certain √Ęge, les deux bras d'un fauteuil vous attirent plus que les deux bras d'une femme. (Gustave Flaubert)
#15
Dans l'adolescence on aime les autres femmes parce qu'elles ressemblent plus ou moins à la première; plus tard on les aime parce qu'elles diffèrent entre elles. (Gustave Flaubert)
#14
Chacun de nous a dans le coeur une chambre royale; je l'ai murée, mais elle n'est pas détruite. (Gustave Flaubert)
#937
Il est si doux, parmi les désenchantements de la vie, de pouvoir se reporter en idée sur de nobles caractères, des affections pures et des tableaux de bonheur. (Gustave Flaubert, Madame Bovary)
#1020
On fait de la critique quand on ne peut pas faire de l'art, de même qu'on se met mouchard quand on ne peut pas être soldat. (Gustave Flaubert)
#1184
La courtisane est un mythe. Jamais une femme n'a inventé une débauche. (Gustave Flaubert; Correspondance, à Mme X)
#1481
Une lecture m'émeut plus qu'un malheur réel. (Gustave Flaubert)
#1880
Et ayant plus d'idées, ils eurent plus de souffrance. (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chap. 1)
#1881
La mort n'a peut-être pas plus de secrets à nous révéler que la vie? (Gustave Flaubert, Correspondance à George Sand, 2 juillet 1870)
#1882
Ministre. - Dernier terme de la gloire humaine. (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées réçues)
#1883
Au fond de son √Ęme, cependant, elle attendait un √©v√©nement. Comme les matelots en d√©tresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux d√©sesp√©r√©s, cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l'horizon. (Gustave Flaubert, Madame Bovary)
#3124
L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. (Gustave Flaubert)
#3486
L'amour, croyait-elle, devait arriver tout √† coup, avec de grands √©clats et des fulgurations, ouragan des cieux qui tombe sur la vie, la bouleverse, arrache les volont√©s comme des feuilles et emporte √† l'ab√ģme le cŇďur entier. (Gustave Flaubert, Madame Bovary)
#3857
Le latin est seulement utile pour lire les inscriptions des fontaines publiques. (Gustave Flaubert)
#3983
Il y a douze heures, nous étions encore ensemble; hier, à cette heure-ci, je tenais dans mes bras... t'en souviens-tu? ... [...] N'importe, ne songeons ni à l'avenir, ni à nous, ni à rien. Penser, c'est le moyen de souffrir. Laissons-nous aller au vent de notre coeur tant qu'il enflera le voile; qu'il nous pousse comme il lui plaira, et quant aux écueils... ma foi tant pis! nous verrons. (Gustave Flaubert, Lettre à Louise Colet)
#4482
Jamais il n'avait vu cette splendeur de sa peau brune, la s√©duction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumi√®re traversait. [...] Il souhaitait conna√ģtre les meubles de sa chambre, toutes les robes qu'elle avait port√©es, les gens qu'elle fr√©quentait; et le d√©sir de la possession physique m√™me disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosit√© douloureuse qui n'avait pas de limites. (Gustave Flaubert, L'Education Sentimentale)
#7648
Madame Bovary, c'est moi. (Gustave Flaubert)
#7811
Enfin des lumières à ras des flots ont paru ; c'était Beyrouth (Gustave Flaubert, Correspondance)
#5086
Ah! la faim! la faim! ce mot-l√†, ou plut√īt cette chose-l√†, a fait les r√©volutions; elle en fera bien d'autres! (Gustave Flaubert, Agonies)
#5340
Quelle chose grandement niaise et cruellement bouffonne que ce mot qu'on appelle Dieu! (Gustave Flaubert, Agonies)
#5294
étalon. - Toujours vigoureux. Une femme doit ignorer la différence qu'il y a entre un étalon et un cheval. (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues)
#5463
Echafaud - S'arranger quand on y monte pour prononcer quelques mots éloquents avant de mourir. (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues)
#5939
Oeuf: point de départ pour une dissertation philosophique sur la genèse des êtres. (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues)
#5997
Les femmes des uns font le bonheur des autres. (Gustave Flaubert)
#6096
Je ne suis pas plus moderne qu'ancien, pas plus Fran√ßais que Chinois, et l'id√©e de la patrie c'est-√†-dire l'obligation o√Ļ l'on est de vivre sur un coin de terre marqu√© en rouge ou en bleu sur la carte et de d√©tester les autres coins en vert ou en noir m'a paru toujours √©troite, born√©e et d'une stupidit√© f√©roce. (Gustave Flaubert, Lettre √† Louise Colet)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.