Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#802
Mon impression √† moi, que je garde, esr le d√©sir d'√™tre de plus en plus retir√© du monde et dans un clo√ģtre d'√©tudes et d'oubli. (Sainte-Beuve, Correspondances I)
#2194
Dis-moi qui t'admire et je te dirai qui tu es. (Charles Auguste Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 20 avril 1850)
#3506
L'amour, l'amour en ce qu'il a de complet et de vraiment passionné, est quelque chose de si terrible que les témoignages même les plus sincères, les plus enivrants, de son bonheur, si on les lui représente après que le délire est passé, deviennent les instruments les plus cruels et les plus empoisonnés de la vengeance. Ce qui fit leur bonheur deviendra leur supplice. Des lettres relues, des vers retrouvés, d'anciennes fleurs et des rubans fanés qui furent chers, des parfums qu'on a trop aimés: supplice! (Sainte-Beuve)
#4072
Cona√ģtre √† fond, et tel qu'il est, un √™tre humain et l'aimer, c'est impossible. (Sainte-Beuve)
#6037
Oh! qu'il devrait donc bien y avoir, à chaque biographie de poète, un petit chapitre secret et réservé, à l'usage des seuls bons esprits, capables de porter la vérité, toute la vérité, sans la prendre de travers ni en abuser. (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Mes Poisons)
#6107
Vieillir est encore le seul moyen qu'on ait trouvé de vivre longtemps. (Charles-Augustin Sainte-Beuve)
Commentaire : En conversation sur le pont des arts

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.