Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#13
A un certain âge, les deux bras d'un fauteuil vous attirent plus que les deux bras d'une femme. (Gustave Flaubert)
#21
Un signe. Que de fois ai-je entendu ce mot, et celui de « présage »! Tout devient signe ou présage pour qui est à l'affût, prêt à s'émerveiller, prêt à interpréter, prêt à imaginer des concordances et des rapprochements. (Amine Maalouf, Le Périple de Baldassare)
#22
Plus j'y songe et plus je crois que le Christ m'est apparu comme celui qui départage entre deux impossibilités. (Francois Mauriace, Ce que je crois)
#27
Rien de tel pour vous apprendre l'écriture qu'un maître qui ne sait pas lire. (Paul Claudel, L'Otage)
#31
Vous ne pouvez avoir de l'amitié pour quelqu'un qui n'a pas d'amitié pour vous. Ou elle est partagée, ou elle n'est pas. Tandis que l'amour semble au contraire se nourrir du malheur de n'être pas partagé. L'amour malheureux, c'est le ressort principal de la tragédie et du roman. (Miche Tournier, Le miroir des idées)
#34
La jeunesse est un temps pendant lequel les conventions sont, et doivent être, mal comprises: ou aveuglément combattues, ou aveuglément obéies. On ne peut pas concevoir, dans les commencements de la vie réfléchie, que seules les décisions arbitraires permettent à l'homme de fonder quoi que ce soit: langage, sociétés, connaissances, oeuvres de l'art. (Paul Valéry)
#41
Ce que nous prenons pour des vertus n'est souvent qu'un assemblage de diverses actions et de divers intérêts, que la fortune ou notre industrie savent arranger; et ce n'est pas toujours par valeur et par chasteté que les hommes sont vaillants, et que les femmes sont chastes. (La Rochefoucauld, Réflexions ou Sentences et Maximes morales)
#45
Nous avons tous là un petit temple où nous abritons religieusement toutes nos idoles, croyances, rêves, affections. Elles sont là, debout, en équilibre, chacune sur son piédestal... Fiers de ce doux fardeau, nous marchons dans la vie comme ces mouleurs italiens qui traversent les rues, des plâtres dans les mains, sous chaque bras, sur la tête... Hélas ! un caillou sous le pied, le coude d'un passant, un rien suffit pour mettre en pièces tous ces beaux petits dieux ! Rarement, le pauvre mouleur rentre chez lui son étalage au complet ; plus rarement encore nous arrivons au terme de notre vie avec toutes nos idoles. (Alphonse Daudet, La dernière idole)
#48
J'ai pensé, je pense encore, qu'on n'obtient ni grand pathétique, ni profonde moralité, ni bon et vrai comique, au théâtre, sans des situations fortes et qui naissent toujours d'une disconvenance sociale dans le sujet qu'on veut traiter. (Beaumarchais, Le mariage de Figaro)
#52
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage... (Jean Anouilh)
#55
La Poésie n'était au premier âge qu'une Théologie allégorique, pour faire entrer au cerveau des hommes grossiers par fables plaisantes et colorées les secrets qu'ils ne pouvaient comprendre. (Ronsard)
#67
C'est peut-être ça, l'amour: un visage autour de soi qui se multiple, alors qu'on est seul! (Georges Schéhadé)
#71
On veut toujours que l'imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception, elle est surtout la faculté de nous libérer des images premières, de chager les images. (Gaston Bachelard)
#72
C'est à l'animus qu'appartiennent les projets et les soucis, deux manières de n'être pas présent à soi-même. À l'anima appartient la rêverie qui vit le présent des heureuses images. (Gaston Bachelard)
#75
Je crois que l'homme est naturellement cruel: les enfants et les sauvages en font la preuve chaque jour. (Marcel Pagnol, La Gloire de mon père)
#76
Le style d'un auteur dramatique est dans le choix des personnages, dans les sentiments qu'il leur prête, dans la démarche de l'action. Quant à sa position personnelle, elle doit rester modeste. (Marcel Pagnol, La Gloire de mon père, Avant-propos)
Commentaire : Cet avant-propos est excellent pour ĂŞtre lu!
#96
Ajoutez à cela l'orgueil insupportable des humains, qui se persuadent que la nature n'a été faite que pour eux, comme s'il était vraisemblable que le soleil... n'eût été allumé que pour mûrir ses nèfles, et pommer ses choux. (Savinien de Cyrano de Bergerac, Voyage dans la Lune)

#99
Dira-t-on que nous sommes faits Ă  l'image du Souverain Etre, et non pas les choux? (Savinien de Cyrano de Bergerac, Les Etats et Empires de la lune)

#120
Toutes les mères, par principe, ne souhaitent rien tant pour leurs fils que le mariage, mais désapprouvent la femme qu'ils choisissent. (Raymond Radiguet, le Diable au corps)
#121
Dans l'extrême jeunesse, l'on est trop enclin, comme les femmes, à croire que les larmes dédommagent de tout. (Raymond Radiguet, le Diable au corps)
#122
Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir. (Raymond Radiguet, Le bal du comte d’Orgel)
#137
Le poète doit tenir la balance égale entre le monde physique de la veille et l'aisance redoutable du sommeil, les lignes de la connaissance dans lesquelles il couche le corps subtil du poème, allant indistinctement de l'un à l'autre de ces états différents de la vie. (René Char, Partage formel)
#157
La vie est pleine d'absurdités qui peuvent avoir l'effronterie de ne pas paraître vraisemblables. Et savez-vous pourquoi? Parce que ces absurdités sont vraies. (L. Pirandello, Six personnages en quête d'auteur)
#159
Montesquiou-Fezensac est à l'Académie.
Quel ouvrage a-t-il fait? - Sa généalogie. (Epigramme anonyme)
#170
Mon action est mon seul bien, mon action est mon héritage, mon action est la matrice qui me fait naître, mon action est ma race, mon action est mon refuge. (Bouddha)
#173
Ne vous étonnez pas, objets sacrés et doux,
Si quelque air de tristesse obscurcit mon visage;
Quand un savant crayon dessinait cette image,
On dressait l'Ă©chafaud, et je pensais Ă  vous. (J.-A. Roucher)
#178
N'est-il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n'en aient pas? Il faut être prudent, mais non pas timide. (Voltaire, Pensées détachées de M. l'Abbé de St-Pierre)
#181
Adieu amours, adieu gentil corsage,
Adieu ce teint, adieu ces friands yeux.
Je n'ai pas eu de vous grand avantage.
Un moins aimant aura peut-être mieux. (Clément Marot)
#193
Il y a un âge où le bruit plaît plus que la musique, et l'acidité des fruits verts que la saveur des fruits mûrs. (Louis Veuillot, Confession littéraire)
#194
Ainsi toujours vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges,
Jeter l'ancre un seul jour? (Alphonse de Lamartine, Premières Méditation poétiques)
#199
L'âge moderne représente le triomphe de la médiocrité collective. (Gustave Le Bon, Hier et Demain)
#200
La douce illusion ne sied qu'Ă  la jeunesse;
Et déjà l'austère Sagesse
Vient tout bas m'avertir que j'ai vu trente hivers. (Antoine Bertin)
Commentaire : Extrait de "Les Amours"
#202
Je conseillerais aux femmes, lorsqu'elles viennent Ă  se demander quel est l'effet des ans sur leur charme, de consulter moins leur miroir que le visage de leurs contemporaines. (Marie d'Agoult)
#203
A Paris, ce qu'on appelait autrefois l'âge mûr tend à disparaître. On reste jeune très longtemps, puis on devient gâteux. (Alfred Capus, Notes et Pensées)
#219
Deux démons à leur gré partagent notre vie,
Et de son patrimoine ont chassé la raison;
[...]
J'appelle l'un amour, et l'autre, ambition. (La Fontaine, Fables, le Berger et le Roi)
#259
Toujours, les hommes qui prétendent combattre pour Dieu sont les plus insociables de la terre; parce qu'ils croient entendre des messages divins, leurs oreilles restent sourdes à toute parole d'humanité. (Stefan Zweig)
#270
Brièvement, je vous dirai ce qui distingue un ami;
Que l'on fasse le mal, il avertit; que l'on fasse le bien, il exhorte à la persévérance;
Que l'on soit en difficulté ou en danger, il assiste, soulage et délivre.
Un tel homme est, vraiment, un ami véritable et distingué. (Fo-pen-hing-tsih-king)
#284
Le sauvage vit en lui-mĂŞme; l'homme sociable toujours hors de lui ne sait vivre que dans l'opinion des autres. (Jean-Jacques Rousseau)
#324
Ah! cher amour, chère passion qui m'emporte, les routes sont grandes ouvertes où fleurissent les baisers qui orneront nos tombes. J'ai voyagé sur ton souffle jusqu'aux lointains de l'amour. (Louise de Vilmorin, Le retour d'Erica)
#338
Une année qui finit, c'est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonances d'adieu. (Firmin van den Bosch, Aphorismes du temps présent)
#343
Ils [les gens] diront sans pudeur du mal d'un chef-d'œuvre parce qu'ils croient qu'on a l'air de s'y connaître quand on dit du mal d'un ouvrage — mais dire du bien, s'enthousiasmer, attention! Il ne veulent pas être ridicules. (Saha Guitry)
Commentaire : de Théâtre, je t'adore.
#352
Je me demande pourquoi on n'aime et ne désire pas davantage la Mort. (Alain Fournier)
#354
Le mariage est une chose impossible et pourtant la seule solution. (Alain Fournier)
#362
Tels sont les quatre âges de l'amour: il naît dans les bras du dédain, il croît sous la protection du désir, il s'entretient avec les faveurs et meurt empoisonné par la jalousie. (Caldéron, Le pire n'est pas toujours certain)
#370
... et j'aurai toujours mon mot d'éloge sur la tarte aux poireaux, le gâteau de citrouille et la tarte au fromage blanc, confiés au four du boulanger. (Colette, Belles saisons)
#377
Avec du laitage, des oeufs, des herbes, du fromage, du pain bis et du vin passable, on est toujours sûr de me bien régaler. (Jean-Jacques Rousseau, Confessions)
#379
Cette tricherie salutaire, cette esquive, ce leurre magnifique, qui permet d'entendre la langue hors pouvoir, dans la splendeur d'une révolution permanente du langage, je l'appelle pour ma part: littérature. (Roland Barthes)
#380
En amour, on plaît plutôt par d'agréables défauts que par des qualités essentielles; les grandes vertus sont des pièces d'or, dont on fait moins usage que de la monnaie. (Ninon de Lenclos)
#382
Car l'amour d'une femme est semblable Ă  l'enfant
Qui, las de ses jouets, les brise triomphant,
Foule d'un pied volage une rose immobile
Et suit l'insecte ailé qui fuit sa main débile. (Alfred de Vigny, Dolorida)
#397
L'argent ne représente qu'une nouvelle forme d'esclavage impersonnel à la place de l'ancien esclavage personnel. (Léon Tolstoi, L'argent)
#406
Que la vieille sagesse oriente le jeune courage et la jeune force; que le jeune courage et la jeune force soutiennent la vieille sagesse. Ce n'est que dans ces conditions naturelles que l'art peut s'Ă©panouir et avoir un avenir. (C. Stanislavski)
#414
Attendre toujours, pour commencer l'ouvrage, que le corps soit bien disposé, que la santé soit parfaite et les forces physiques en bon état, c'est pour beaucoup d'hommes se condamner à l'inaction, c'est dévouer sa vie à la stérilité. (Henri Perreyve)
#423
La nue était d'or pâle et, d'un ciel doux et frais,
Sur les jeunes bambous, sur les rosiers Ă©pais,
Sur la mousse gonflée et les safrans sauvages,
D'Ă©troits rayons filtraient Ă  travers les feuillage.
Un arôme léger d'herbe et de fleurs montait;
Un murmure infini dans l'air subtil flottait.
Commentaire : (Leconte de Lisle, L'Aurore).
#427
Le plus bel hommage que nous puissions rendre à un auteur n'est pas de rester attachés à la lecture de ses pages, mais plutôt de cesser inconsciemment de lire, de reposer le livre, de le méditer et de voir au-delà de ses intentions avec des yeux neufs. (Charles Morgan)
#432
De la dépouille de nos bois
L'automne avait jonché la terre:
Le bocage était sans mystère,
Le rossignol était sans voix. (Millevoye, Elégies)
#434
Les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante. (Oscar Wilde, le portrait de Dorian Gray)
#441
Derrière toutes les tragédies et comédies de la vie internationale, s'est délicieusement révélée à moi l'idée d'un groupement, d'une entente éventuelle et sublime de personnes d'éducation. Au point de vue intellectuel, moral, émotif, sensuel, social, politique, et en présence des difficultés et des dangers sentis, cette idée exquise peut fournir des situations capables de faire pâlir bon nombre des plus familières. C'est là qu'il faut chercher le drame personnel de l'avenir. (Henry James)
#455
Les thèmes de la tragédie sont universels, alors que ceux de la comédie sont plus ancrés dans les cultures. (Umberto Eco)
#458
Laisse parler ton cœur, interroge les visages, n'écoute pas les langues... (Umberto Eco)
#461
Si quelquefois l'innocent badinage
Vient en riant Ă©gayer mon ouvrage,
Quand il le faut, je suis très sérieux.
Mais je voudrai n'être pas ennuyeux. (Voltaire, la Pucelle d'Orléans)
#462
Comment Cupidon fait-il? Quel secret a-t-il pour ne point sortir de l'enfance? C'est que, se moquant du sérieux et du solide, il s'en tient uniquement au badinage. (Erasme, Eloge de la Folie)
#469
O baiser! mystérieux breuvage que les lèvres se versent comme des coupes altérées! (Alfred de Musset, Confession d'un enfant du siècle)
#470
Et le cristal poli, reflétant leurs images, les montrait debout et se baisant les lèvres avant de se séparer. (Guy de Maupassant, les Sœurs Rondoli)
#490
Ce qui est beau est bon et qui est bon sera bientĂ´t beau Ă©galement. (Sapho, Fragements)
#512
Le langage est la maison de l’être. (Heidegger)
#536
Ce qui doit faire la gloire et la fierté d'une bibliothèque, ce n'est pas la quantité d'ouvrages rares qu'elle contient, éditions du XVIe siècle ou manuscrits du Xe, mais le nombre de livres lus par le peuple, le nombre de nouveaux lecteurs, la rapidité du service, le nombre de livres prêtés, le nombre d'enfants gagnés à la lecture et fréquentant la bibliothèque. (Lénine)
#538
J'ai fait un peu de bien; c'est mon meilleur ouvrage. (Voltaire, Epîtres; à Horace)
#541
Le bien que l'on fait à son frère
Pour le mal que l'on souffre est un soulagement. (Florian, Fables)
Commentaire : la citation est tirée de la fable: l'Aveugle et le Paralytique.
#542
Dans le parler ordinaire, le langage désigne proprement la faculté qu’ont les hommes de s’entendre au moyen de signes vocaux... Les signes du langage humain sont en priorité vocaux... Aujourd’hui encore, les êtres humains en majorité savent parler sans savoir lire. (André Martinet)
#544
La sagesse des sages et l'expérience des âges sont perpétuées par les citations. (Benjamin Disraeli)
#550
Le langage signifiant voudrait dire l’absolu de façon médiate, et cet absolu ne cesse de lui échapper, laissant chaque intention particulière, du fait de sa finitude, loin derrière lui. La musique, elle, l’atteint immédiatement, mais au même instant il lui devient obscur, tout comme l’œil est aveuglé par une lumière excessive, et ne peut plus voir ce qui est parfaitement visible. (Th.W. Adorno)
#556
... il est de nécessité que tout homme apprenne à lire et à écrire avant d'apprendre à penser. Tout langage est d'abord ramage et gazouillement, comme des oiseaux. (Emile Chartier [Alain])
#559
La connaissance craque, aussi bien que l'amour, aux hommes sans courage. (Emile Chartier, [Alain])
#563
On ne m'a jamais rien donné, même pas mon âge. (Charles Aznavour)
#574
Boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame, il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes. (Beaumarchais, le Mariage de Figaro)
#575
La main du Seigneur vous a fait boire la coupe de sa colère; elle est remplie d'un breuvage qu'il veut faire boire aux pécheurs. (Bossuet, Sermons)
#589
Le plaisir est le bonheur des fous. Le bonheur est le plaisir des sages. (Barbey d'Aurevilly)
#595
Le cœur du fou est dans sa bouche, mais la bouche du sage se trouve dans son cœur. (Benjamin Franklin)
#599
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage;
Polissez-le sans cesse et repolissez. (Boileau, l'Art Poétique)
#612
L'amour est une fleur délicieuse, mais il faut avoir le courage d'aller la cueillir sur les bords d'un précipite affreux. (Stendhal)
#626
Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage. (Sacha Guitry, Toutes réflexions faites)
#634
Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. (Karl Marx, le Capital)
#637
Le bonheur ne consiste point à courir les routes emporté par une voiture automobile de cent chevaux ou à admirer un film de brigandage; mais le soir, accompagné par le bruit murmurant d'un feu qui chante et qui ondoie, à caresser une statuette de Tanagra, un vase de Douris, une reliure à la Fanfare. (Alfred PEREIRE, la Bibliothèque d'un Humaniste, Préface)
#640
Si l'homme calculait son existence par le bonheur et comptait ses heures de joies pour des années de vie, dites! compterait-il jusqu'à soixante? (Lord Byron, le pèlerinage de Childe Harold)
#641
Quelques femmes toujours badines,
Quelques amis toujours joyeux,
Peu de vĂŞpres, point de matines,
Une fille, en attendant mieux,
VoilĂ  comme l'on doit sans cesse
Faire tête au sort irrité,
Et la véritable sagesse
Est de savoir fuir la tristesse
Dans les bras de la volupté.
(Voltaire, Œuvres Complètes, X)
#647
L'avantage d'être célibataire, c'est que, lorsqu'on se trouve devant une très jolie femme, on n'a pas à se chagriner d'en avoir une laide chez soi. (Paul Léautaud, Amour)
#661
Tout finit par des chansons. (Beaumarchais, le Mariage de Figaro)
#675
Image, ma seule, mon unique passion. (Charles Baudelaire)
#707
Certains respectent les églises. Moi, c'est devant l'éphémère que je m'agenouille. (Nicolas Rey)
#711
C'est un petit chat noir, effronté comme un page.
Je le laisse jouer sur ma table, souvent.
Quelquefois il s'assied sans faire de tapage;
On dirait un joli presse-papier vivant. (Edmond Rostand, les Musardises)
#721
La plus noble conquête que l'homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux cheval, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats. (Buffon, Histoire des Mammifères)
#725
L'orthographe des langues est une convention dans laquelle la prononciation n'a que faire; et la profonde erreur des grammairiens d'aujourd'hui, c'est d'avoir pris au pied de la lettre cet axiôme étourdi d'un grand écrivain: « L'orthographe est l'image de la prononciation » (Nodier)

#735
Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. (Molière, les Femmes savantes)
#742
Dieur se réserve à lui seul les choses d'en haut; il partage avec vous les choses d'en bas. (Bossuet)
#759
Qu'il est difficile d'être courageux sans se faire méchant! (Emile Chartier, dit Alain)
#760
L'espérance fait naître les raisons d'espérer, et le bon présage fait arriver la chose. (Emile Chartier, dit Alain)
#762
Tout pouvoir est méchant dès qu'on le laisse faire; tout pouvoir est sage dès qu'il se sent jugé. (Emile Chartier, dit Alain)
#773
Car je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mes sens. Je ne compte pas mes emprunts, je les pèse. (Montaigne, Essais)
#778
Ce qu'il y a peut-ĂŞtre de plus sage, c'est de se faire soi-mĂŞme son propre confident. (Stendhal)
#779
Les paysages étaient comme un archet qui jouait sur mon âme. (Stendhal)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.