Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#32
- Où sont les hommes ? reprit enfin le petit prince. On est un peu seul dans le désert...
- On est seul aussi chez les hommes, dit le serpent. (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince)
#57
La poésie doit être faite par tous. Non par un. Toutes les tours d'ivoire seront démolies, toutes les paroles seront sacrées et l'homme s'étant enfin accordé à la réalité qui est sienne, n'aura plus qu'à fermer les yeux pour que s'ouvrent les portes du merveilleux. (Paul Éluard)
#64
Votre ami est la réponse à vos désirs. À quoi bon si vous le chercher afin de tuer le temps? Cherchez-le toujours pour les heures viants. Car il lui appartient de conbler votre besoin, mais non votre vide. (Gibran Khalil Gibran)
#78
Ce qui m'effraie, ce n'est point tant le choix des mots ou des tournures, ni les subtilités grammaticales — qui sont, finalement, à la portée de tout le monde: mais c'est la position du romancier, et celle, plus dangereuse encore, du mémorialiste. (Marcel Pagnol, La Gloire de mon père, Avant-propos)
#95
[Il] me conta que ce qui l'avait véritablement obligé de courir toute la Terre, et enfin de l'abandonner pour la Lune, était qu'il n'avait pu trouver un seul pays où l'imagination même fût en liberté. (Savinien de Cyrano de Bergerac, Les Etats et Empires de la Lune)

#208
J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,
La ville et la campagne, enfin tout: il n'est rien
Qui ne me soit souverain bien,
Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique. (Jean de La Fontaine, Psyché)
#228
Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve. (Antoine de Saint-Exupéry)
#239
Sous la couche épaisse de nos actes, notre âme d'enfant demeure inchangée; l'âme échappe au temps. (François Mauriac, la fin de la nuit)
#247
Les monomaniaques de tout poil, les gens qui sont possédés par une seule idée m'ont toujours spécialement intrigué, car plus un esprit se limite, plus il touche par ailleurs à l'infini. (Stefan Zweig)
#326
Le miracle des hommes, c'est d'avoir obtenu d'une fonction un plaisir raffiné, et d'avoir créé un art d'aimer à son tour générateur de l'Amour dans l'Art. (Florent Fels, L'Art et l'Amour)
#336
La véritable Angleterre, c'est Shakespeare et les Shakespeariens; tout ce qui précède n'est que préparation, tout ce qui suit n'est qu'une contrefaçon boiteuse de cet élan original et hardi vers l'infini. (Stefan Zweig, La confusion des sentiments)
#338
Une année qui finit, c'est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonances d'adieu. (Firmin van den Bosch, Aphorismes du temps présent)
#357
Peut-être quand nous mourrons, peut-être la mort seule nous donnera la clé et la suite et la fin de cette aventure manquée. (Alain Fournier)
#371
Venez a son enterrement ...
Car en amour mourut martyr;
Ce jura il sur son couillon
Quand de ce monde vout partir,
Et je crois bien que pas n'en ment ...
Sachez qu'il fit au departir:
Un trait but de vin morillon
Quand de ce monde vout partir. (François Villon, Ballade finale)
#422
Pour toi, quand tu fais l'aumĂ´ne, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton aumĂ´ne reste dans le secret. (Nouveau Testament, Math., VI, 3-4)
#423
La nue était d'or pâle et, d'un ciel doux et frais,
Sur les jeunes bambous, sur les rosiers Ă©pais,
Sur la mousse gonflée et les safrans sauvages,
D'Ă©troits rayons filtraient Ă  travers les feuillage.
Un arôme léger d'herbe et de fleurs montait;
Un murmure infini dans l'air subtil flottait.
Commentaire : (Leconte de Lisle, L'Aurore).
#425
Déjà plus d'une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis;
Soir et matin, la brise est fraîche,
Hélas! les beaux jours sont finis! (Théophile Gautier, Emaux et Camées)
#476
C'est par l'atelier qu'il faut financer une entreprise industrielle, non pas la banque... Pour moi, une banque est surtout un établissement sûr et commode pour tenir son argent en réserve, mais je trouve mieux que le banquier me serve des intérêts que de lui en servir moi-même. (Henry Ford, ma vie et mon œuvre)
#550
Le langage signifiant voudrait dire l’absolu de façon médiate, et cet absolu ne cesse de lui échapper, laissant chaque intention particulière, du fait de sa finitude, loin derrière lui. La musique, elle, l’atteint immédiatement, mais au même instant il lui devient obscur, tout comme l’œil est aveuglé par une lumière excessive, et ne peut plus voir ce qui est parfaitement visible. (Th.W. Adorno)
#651
La censure est la taxe que paie un homme au public afin de devenir éminent. (John Swift, Pensées sur divers sujets)
#655
Je rêve une existence en un cloître de fer,
Brûlée au jeûne et sèche et râpée aux cilices,
OĂą l'on abolirait, en de muets supplices,
Par seule ardeur de l'âme, enfin, toute la chair. (Emile Verhaeren, les Débâcles)
#661
Tout finit par des chansons. (Beaumarchais, le Mariage de Figaro)
#665
Les politiques grecs ne reconnaissent d'autre force que celle de la vertu. Ceux d'aujourd'hui ne vous parlent que de manufactures, de commerce, de finances, de richesses et de luxe mĂŞme. (Montesquieu)
#703
Mais en Dieu il n'y a rien de fini: en Dieu, il n'y a rien de transitoire; en Dieu il n'y a rien qui tende vers la mort. Il s'ensuit que pour Dieu le présent n'existe pas. (Charles Baudelaire)
#710
Ils prennent, en songeant, les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes
Qui semblent s'endormir dans un rĂŞve sans fin. (Charles Baudelaire, les Chats)
#734
Et je vais donc connaître enfin ce paradis
D'être appelé mon chien et mon petit radis. (Auguste Vacquerie, Tragaldabas)
#844
Je vais donc enfin vivre seul! Et déjà, je me demande avec qui. (Sacha Guitry, toutes réflexions faites)
#846
Les hôtels des riches ont jusqu’à cinq étoiles; ceux des pauvres en ont une infinité. (Philippe Geluck)
#890
Cette grande augmentation dans la quantité d'ouvrage qu'un même nombre de bras est en état de fournir grâce à la division du travail est due à trois circonstances différentes: premièrement, à un accroissement d'habileté dans chaque ouvrier individuellement; deuxièmement, à l'économie du temps qui se perd ordinairement quand on passe d'une espèce d'ouvrage à une autre; et troisièmement enfin, à l'invention d'un grand nombre de machines qui facilitent et abrègent le travail et qui permettent à un homme de reprendre la tâche de plusieurs... (A. Smith)
#944
Il y a certes deux labyrinthes de l'esprit humain: l'un concerne la composition du continu, le second la nature de la liberté; et ils prennent leur source à ce même infini. (Académie française)
#992
Je définis la cour un pays où les gens,
Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,
Sont ce qu'il plaît au prince, ou, s'ils ne peuvent l'être,
Tâchent au moins de le paraître. (Jean de La Fontaine, Fables; les Obsèques de la lionne)
#1014
Si l'idée embrassant la force engendra les mondes, la joie d'être engendra l'idée. C'est parce que l'Infini conçut en lui-même une joie innombrable que les mondes et les univers naissance. (Aurobindo, la joie d'être)
#1037
Un de mes grands regrets est de n'avoir pas été, toute ma vie, curé d'une paroisse pauvre, afin de pouvoir soulager la misère des gens. (Cardinal Mercier)
#1071
Toutes les pièces qui ont été écrites, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, n'ont jamais été que policières. Le théâtre n'a jamais été que réaliste et policier. Toute pièce est une enquête menée à bonne fin. (Eugène Ionesco, Victimes du devoir)
#1085
Par l'ennui chassé de ma chambre.
J'errais le long du boulevard;
Il faisait un temps de décembre,
Vent froid, fine pluie et brouillard. (Théophile Gautier, Emaux et Camées)
#1099
Le vrai démocrate est celui qui, grâce à des moyens purement non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays et finalement celle de l'humanité tout entière. (Gandhi)
#1104
Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bĂŞtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. (Albert Einstein)
#7897
Toutes les villes, tous les Etats, tous les royaumes sont mortels ; toute chose, ou par nature ou par accident finit et en termine d'une façon ou d'une autre : c'est pourquoi le citoyen qui assiste à la fin de sa patrie, ne peut tant se plaindre du malheur de celle-ci et le mettre sur le compte d'une mâle fortune, que du sien propre ; car à sa patrie il est arrivé ce qui devait arriver de toute manière. En vérité le malheur est pour lui, qui a trouvé moyen de naître en un temps où devait advenir pareille catastrophe. (Francesco Guicciardini - 1483-1540 - Ricordi)
#1129
Il y a deux choses d'infini au monde: l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers j'en suis pas très sûr. (Albert Einstein)
#1144
Je suis réellement un homme quand mes sentiments, mes pensées et mes actes n'ont qu'une finalité: celle de la communauté et de son progrès. (Albert Einstein)
#1158
C'est le désir qui crée le désirable, et le projet qui pose la fin. (Simonde de Beauvoir, Pour une morale de l'ambiguïté)
#1179
Une civilisation débute par le mythe et finit par le doute. (Emil Michel Cioran)
#1198
Le mythe paraît vouloir opposer à un monde divin où l’ordre est immuablement fixé depuis la victoire de Zeus, un monde humain dans lequel peu à peu le désordre s’installe et qui doit finir par basculer tout entier du côté de l’injustice, du malheur et de la mort. (Hegel)
#1284
Infini est le champ du roman. (Morgan Sportès, Solitudes)
#1335
Dieu n'est pas l'éternité, il n'est pas l'infini, mais il est éternel et infini. Il n'est ni la durée ni l'espace, mais il a existé de tout temps et sa présence est partout. (I. Newton, Principes math. de la philo, naturelle)
#1344
Je disais un jour à une femme qui se plaignait d'un infidèle: "La plus charmante femme du monde finit toujours par s'apercevoir que la première venue a un avantage sur elle, c'est d'être une autre". (Alphonse Karr)
#1387
Même beauté, tant soit exquise,
Rassasie et soûle à la fin.
Il me faut d'un et d'autre pain:
Diversité, c'est ma devise. (Jean de La Fontaine, le Pâté d'Anguille)
#1438
La subjectivité, telle qu'elle émerge avec l'humanisme moderne se définit par deux propriétés: l'auto-réflexion (la transparence à soi) et l'autofondation ou si l'on préfère l'autonomie, le fait de se donner à soi-même la loi de son agir. (Alain Renaut)
#1443
Caressez longuement votre phrase et elle finira par sourire. (Anatole France)
#1466
Il y a beaucoup d'affinités, de connivences, entre la lecture et la prière: dans les deux cas, marmonnement. Dans les deux cas, silencieux commerce avec l'Autre. (Christian Bobin, Souveraineté du vide)
#1482
Le travail manuel est une lecture sans fin. (Pierre Gascar, Les Sources)
#1632
L'homme, ce rêveur définitif... (André Breton)
#1657
Finalement la philosophie de la science physique est peut-être la seule philosophie qui s'applique en déterminant un dépassement de ses principes. Bref, elle est la seule philosophie ouverte. Toute autre philosophie pose ses principes comme intangibles, ses premières vérités comme totales et achevées. Toute autre philosophie se fait gloire de sa fermeture. (Gaston Bachelard, La philosophie du non)
#1681
C'est Ă  cause que tout doit finir que tout est si beau. (Charles-Ferdinand Ramuz; Adieu Ă  beaucoup de personnages [Les Cahiers vaudois])
#1714
Le mariage doit être une éducation mutuelle et infinie. (Henri Frédéric Amiel, Journal intime)
#1752
La vie humaine n'a pas pour fin la recherche du bonheur. (Marcelin Berthelot, Science et Morale)
#1759
L'arbre, comme l'homme, s'affine en sociéte. (Henry Bordeaux, La Robe de laine, IIe partie, premier cahier)
#1765
Il faut vivre comme on pense, sans quoi l'on finira par penser comme on a vécu. (Paul Bourget, Le Démon de midi)
#1796
France, tu seras heureuse lorsque tu es guérie enfin des individus. (Anacharsis Cloots, Appel au genre humain)
#1828
S'il faut que maintenant en la fosse je tombe,
Qui ai toujours aimé la paix et le repos,
Afin que rien ne pèse à ma cendre et mes os,
Amis, de mauvais vers ne chargez pas ma tombe. (Jean Passerat, Epitaphe)
#1831
Je ne demande rien Ă  la foule qui passe,
Il faut au coeur blessé peu de bruit,
Et de mon lit profond d'oĂą nul sanglot ne sort,
Je me console enfin dans les bras de la mort. (Marceline Desbordes-Valmore)
Commentaire : sur le portrait de David d'Angers.
#1893
la nature nous a donne deux oreilles et seulement une langue afin de pouvoir ecouter davantage et de parler moins.ZENON
Commentaire : SILENCE
#1904
O Dieu, si tu veux que jamais plus femme n'élève la voix, crée enfin un homme adulte! (Jean Giraudoux, Sodome et Gomorrhe, acte II, scène 6)
#1917
Le principe de finalité est une force législative mais nullement exécutive.
(Claude Bernard)
#1918
Le principe de finalité n'est pas constitutif.
(Kant)
#1939
C'est la toile sans fin de la femme d'Ulysse,
Dont l'ouvrage du soir au matin se défait. (François de Malherbe, Stances)
#1958
Les auteurs de recueils de citations sont comme ces gens qui mangent des cerises, qui commencent par les meilleures et qui finissent par les manger toutes. (SĂ©bastien Chamfort)
#1996
On ne peut pas partir de l'infini, on peut y aller. (Jules Lachelier, Conversation avec Bouglé, OEuvres, tome I)
#1997
On ne peut pas partir de l'infini, on peut y aller. (Jules Lachelier, Psychologie et MĂ©taphysique)
#2002
Ah! tout est bien qui n'a pas de fin. (Jules Laforgue, Moralités légendaires, Hamlet ou les suites de la piété filiale)
#2006
[...] les liaisons commencent dans le champagne et finissent dans la camomille. (Valery Larbaud, Les Poésies de A. O. Barnabooth, Journal intime)
#2022
Le Maine ! le Maine enfin, dernière étape. Un État aux frontières mal définies, controversées. Où finit le Maine et où commence l'Acadie ?
— L'Acadie ? Connais pas.
Et PĂ©lagie comprit que son pays serait Ă  refaire.
— À reprendre, acre par acre.
(Antonine Maillet, PĂ©lagie-la-charette)
#2115
Il y a dans le monde des langages quelque chose qui est définitivement fini. …et la parole même apparaît comme une convention tout de suite usée… L’homme dirait-on, ne parvient plus à parler. Il y a une violence dans les choses qui devient sa violence et l’empêche de parler. Une violence plus forte que la parole. (Giuseppe Ungaretti)
#2142
Le langage est le seuil du silence que je ne puis franchir. Il est l'Ă©preuve de l'infini. (Brice Parain, Recherches sur la nature et les fonctions du langage, conclusion)
#2150
Tout commence en mystique et finit en politique. (Charles PĂ©guy, Notre jeunesse)
#2192
C'est Ă  cause que tout doit finir que tout est si beau. (Charles-Ferdinand Ramuz, Adieu Ă  beaucoup de personnages)
#2245
La définition légale de la personne humaine est un problème d'intérêt national et universel. (Vercors, Les Animaux dénaturés, chap. 15)
#2249
Le vers est libre. (Francis Vielé-Griffin, Joies, préface
#2313
L’homme a dans son pauvre coeur des endroits qui n’existent pas encore mais où la douleur entre afin qu’ils soient. (Léon Bloy)
#2314
Le nombre est infini des hommes-enfants qui croient souffrir sans mesure, et qui souffrent, en réalité, fort peu. Le nombre est infini de ceux qui s’imaginent posséder la Foi, et dont la foi ne soulèverait pas un grain de poussière. Pour ce qui est de l’Espérance et de l’Amour, quels mots ont été plus prostitués? (Léon Bloy)
#2339
Ecoutez beaucoup, afin de diminuer vos doutes; soyez attentif Ă  ce que vous dites, afin de ne rien dire de superflu; alors, vous commettrez rarement des fautes. (Confucius, Doctrine; Le Lun-Yu)
#2359
... désir comme enfance, pour rien, en-deçà ou au-delà du dicible, sans finalité sinon sans origine, sans perspective, sans utilité, sans grandeur; une puissance toutefois, mais infiniment nocive, qui ruine, depuis le commencement, toutes les chances du savoir, du pouvoir et de l'amour. (Claude Louis-Combet)
#2407
... Un littérateur écrit trente années durant, et finalement ignore pourquoi il a écrit tant d'années. (Dostoïevski)
#2485
La violence inassouvie cherche et finit toujours par trouver une victime de rechange. (René Girard)
#2533
Maintenant j'écris de telle sorte que personne ne me comprend même plus. Aucun doute là-dessus. Personne n'a besoin de ce gendre de littérature. Mais on finira par me comprendre, de même qu'on a toujours fini par comprendre les peintres. Il n'y faut que du temps et cela exige seulement de la confiance. (Ernest Hemingway)
#2569
Dois-je laisser dire de moi qu'au début de mon procès je voulais le finir et qu'à la fin je ne voulais que le recommencer? (Kafka)
#2654
Enfin, lorsque vous êtes intensément soulevé par ce sujet, vous ne pouvez manquer de tracer de grandes baleines dans les cieux étoilés, avec des baleiniers qui les pourchassent ; de même que lorsqu’elles étaient toutes remplies de pensées de guerre, les nations de l’Est virent des armées en bataille dans les nuages. Ainsi, ai-je cherché le léviathan dans le ciel du Nord, autour du Pôle, dans les mille révolutions des étoiles brillantes qui me l'avaient d'abord montré. Et, sous les cieux resplendissants antarctiques, j'ai abordé la nef Argo et me suis joint à la chasse de l'étoile "Cétus", loin au-delà de l'extrême déploiement de l'Hydre et du Poisson Volant. (Herman Melville)
#2676
Nous pouvons donc supposer l'existence d'un second état bien défini, extraordinaire, capital, auquel l'homme est capable d'accéder et qui est plus ancien que toute religion. (Robert Musil)
#2683
Je voulais surtout mener l'histoire jusqu'Ă  sa fin. Je craignais, si je m'arrĂŞtais trop longtemps ici ou lĂ , de perdre mon enthousiasme, d'abandonner une fois encore, et une fois encore de me retrouver sans rien. (V.S. Naipaul)
#2684
Nous aimons en fin de compte nos désirs et non ce que nous désirons. (Nietzsche)
#2689
Rien n'est plus accessible Ă  l'esprit que l'infini. (Novalis)
#2696
Il y a devant l'amour trois sortes de femmes: celles qu'on épouse, celles qu'on aime et celles qu'on paie. Ca peut très bien être la même. On commence par la payer, on se met à l'aimer, puis on finit par l'épouser. (Sacha Guitry, Les Femmes et l'Amour)
#2707
Ne réponds pas à l'insensé selon sa folie,
De peur que tu ne lui ressembles toi-mĂŞme.
Réponds à l'insensé selon sa folie,
Afin qu'il ne se regarde pas comme sage.
(Ancien Testament, Proverbes, XXVI, 4, 5)
#2730
Il ne faut pas imaginer Dieu ni trop bon, ni méchant. La justice est entre l'excès de la clémence et la cruauté, ainsi que les peines finies sont entre l'impunité et les peines éternelles. (Denis Diderot, Pensées philosophiques)
#2741
Les avantages du mensonge sont d'un moment, et ceux de la vérité sont éternels; mais les suites fâcheuses de la vérité, quand elle en a, passent vite, et celles du mensonge ne finissent qu'avec lui. (Denis Diderot, Le rêve d'Alembert)
#2780
... il était temps de savoir ce que je comptais écrire. Mais dès que je me le demandais, tâchant de trouver un sujet où je pusse faire tenir une signification philosophique infinie, mon esprit s'arrêtait de fonctionner, je ne voyais plus que le vide en face de mon attention, je sentais que je n'avais pas de génie ou peut-être une maladie cérébrale l'empêchait de naître. (Marcel Proust)
#2882
Et me tuant, à vivre il me désire
Afin qu'aimant autrui, je me désaime. (Maurice Scève)
#2888
Entrez, Mesdames et Messieurs! Entrez! Ce que vous n'avez encore jamais vu, vous n'allez pas non plus le voir ici, mais enfin, une ménagerie bien intempestive tout de même. (Walter Serner)
#2889
Toute écriture représente donc, (n'est-ce pas !) pour celui à qui elle a quelque chose à dire, une mystification réussie. Finalement on se fout dedans soi-même. Invariablement. Dedans. (Walter Serner)
#2927
Après trente ans, on voit vraiment ce que l'on vaut, parce que les plus jeunes arrivent. Jusque vers les trente ans, il faut batailler avec les anciens, et l'entreprise est plus commode. Nous sommes juges et bourreaux au nom de la force irrésistible de la croissance, qui veut, elle aussi, un peu de soleil pour fleurir. (Giovanni Papini, Un homme fini)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.