Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#47
Aucune mère n'est le camarade de son fils. Le fils devine vite l'espion derrière le camarade et la femme jalouse derrière l'espion. (Jean Cocteau)
#120
Toutes les mères, par principe, ne souhaitent rien tant pour leurs fils que le mariage, mais désapprouvent la femme qu'ils choisissent. (Raymond Radiguet, le Diable au corps)
#163
Nos actes ne sont éphémères qu'en apparence. Leurs répercussions se prolongent parfois pendant des siècles. La vie du présent tisse celle de l'avenir. (G. Le Bon, Hier et Demain)
#169
L'action, c'est la vie de l'âme aussi bien que celle du corps. (G. Meredith, Les comédiens tragiques)
#191
L'adversité est pour moi ce qu'était la terre pour Antée: je reprends des forces dans le sein de ma mère. (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe)
#664
Oh! L'amour d'une mère! - amour que nul n'oublie! (...) (Victor Hugo)

#707
Certains respectent les églises. Moi, c'est devant l'éphémère que je m'agenouille. (Nicolas Rey)
#736
Arrière, vaines chimères,
Soupçons de choses amères,
Eloignez-vous de nos cœurs. (Malherbe)
#851
O chimères!
Nous ne connaissons réellement rien de ce monde, nous ne sommes pas au monde. (Georges Bernanos, Journal d'un curé campagne)
#978
Verge et correction procurent la sagesse,
Un enfant livré à lui-même fait la honte de sa mère.
(Ancien Testament, Proverbes, XXIX, 15)
#1000
France, mère des arts, des armes et des lois. (Joachim du Bellay, les Regrets)
#1033
Nous pouvons vivre sans poésie, musique ou art;
Nous pouvons vivre sans conscience et vivre sans cœur;
Nous pouvons vivre sans amis, et vivre sans livres,
Mais un homme civilisé ne peut pas vivre sans cuisinier. (Owen Meredith, Lucile)
#1048
Un homme qui connaît le prix de chaque chose et la valeur d'aucune. (Oscar Wilde, l'Eventail de Lady Windermere)
#1077
Fermer les yeux devant le danger, c'est se donner en proie et renoncer à son libre arbitre. (George Meredith, les Comédiens tragiques)
#1157
Il y a deux désirs dans la vie: l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire. (Oscar Wilde, l'Eventail de Lady Wintermere - Acte III)
#1305
La dictature — dévotion-fétiche pour un homme — est une chose éphémère. Un état de société où l'on ne peut pas exprimer ses pensées, où des enfants dénoncent leurs parents à la police, un tel état de société ne peut pas durer longtemps. (Sir Winston Churchill; Sang, Sueur et Larmes)
#1471
La lecture est une invitation à l'oisiveté; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. (Robert Brisebois, L'Amour c'est tout, le hasard c'est autre chose)
#1517
Sainte Marie mère de Jésus, vous qui avez concu sans pécher, permettez-moi de pécher sans concevoir. (Anatole France)
#1936
Arrière, vaines chimères,
Soupçons de choses amères,
Eloignez-vous de nos coeurs. (François de Malherbe)
#2045
La tradition, c'est ma mère, et la liberté, c'est moi! (Jules Michelet, Des Jésuites, introduction)
#2232
La vie intérieure seule peut remplacer toutes les chimères. (Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord; Mémoires)
#2261
Rien de grand ne se fait sans chimères. (Joseph-Ernest Renan, L'avenir de la science)
#2277
Je me glissai dans la chambre de mes parents, et je fus bien étonnée de voir que ma mère avait une grande bougie allumée près de son lit. (Marguerite Audoux)
#2515
La fidélité et la confiance de la femme!... Ecris-en les lettres dans la poussière, grave-les sur le ruisseau, imprime-les sur les pâles rayons de la lune, et chaque lettre éphémère sera, je pense, plus claire, plus solide, meilleure et plus durable que la chose que ces lettres signifient. (Sir Walter Scott, Le Fiancé)
#2566
Tombe aux pieds de ce sexe à qui tu dois ta mère. (Gabriel Legouvé, Le Mérite des Femmes)
#2986
Ignorance est mère de tous les maux. (Rabelais)
#3108
On aime toujours avoir un héros à produire et un ami à qui le montrer. (George Meredith, les Comédiens tragiques)
#3275
La solitude et le sentiment de n'être pas désiré sont les plus grandes pauvretés. (Mère Teresa)
#3531
Trois mille ans ont passé sur le cendre d'Homère,
Et depuis trois mille ans Homère respecté
Est jeune encor de gloire et d'immortalité.
(Marie-Joseph Chénier, Epître à Voltaire)
#3649
Les illusions tombent l'une après l'autre, comme les écorces d'un fruit, et le fruit, c'est l'expérience. Sa saveur est amère.
(Gérard de Nerval)
#3789
Une âme peut se dire généreuse, quand elle prend plus de plaisir à donner qu'à recevoir. (Chevalier de Méré)
#3932
Ne fais donc jamais de citations classiques: tu exhumes la grand-mère en présence de ta maîtresse. (Léon-Paul Fargue, Sous la lampe)
#3956
À une orpheline on dit toujours que sa mère était belle, c'est le moins qu'on puisse faire pour alléger sa peine. (Abla Farhoud, Le bonheur à la queue glissante)
#3962
La souffrance des mères qui mettent fin à leur vie est plus grande que l'amour qu'elles ont pour leurs enfants. (Abla Farhoud, Le bonheur à la queue glissante)
#3967
Un orphelin ne devient jamais tout à fait un père, une orpheline ne devient jamais tout à fait une mère. Jamais la juste mesure... Le manque est le frère jumeau de trop-plein... (Abla Farhoud, Le bonheur à la queue glissante)
#3974
Mes enfants sont sortis de mon ventre, je les ai nourris de mon sein, c'est sûr, mais à part ce que je ne peux nier, qu'est-ce qui fait que je suis leur mère? Parce que je les aime et qu'ils m'aiment? J'aime l'arbre qui grandit lentement devant ma fenêtre, j'aime les oiseaux. Je les regarde tous les jours de la fenêtre de ma chambre, ils sont beaux et je les aime... Alors aimer ce n'est pas suffisant, il y a sûrement autre chose, mais je n'arrive pas à savoir quoi. (Abla Farhoud, Le bonheur à la queue glissante)
#4349
Sainte Marie mère de Jésus,
Vous qui avez conçu sans pêcher,
Permettez moi de pêcher sans concevoir.
(Anatole France)
#4411
Scène possible. L'enfant est mort. La mère et le père sont en larmes. Mais l'amant prend la main de la femme, frappe sur l'épaule du mari et dit:
- Allons, du courage! nous en ferons un autre.
(Jules Renard, Journal)
#4611
[...] il n'y aura pas d'autres Médée, jamais, sur cette terre. Les mères n'appelleront jamais plus leurs filles de ce nom. Tu seras seule, jusqu'au bout des temps, comme en cette minute. (Jean Anouilh, Médée)
#4632
Printemps après printemps, de belles fiancées
Suivirent de chers ravisseurs,
Et, par la mère en pleurs sur le seuil embrassées,
Partirent en baisant leurs soeurs.
(Alphonse de Lamartine, Les Méditations)
#7609
Stabat Mater : Si Pergolèse avait vécu aujourd’hui, il l’aurait probablement intitulé Stabat Ta Mère ! (Marc Escayrol)
#7734
« Si tes larmes coulent, il faut les ramasser pour en faire un collier », disait Grand-Mère.
« Mais pas de larmes de crocodiles, petite fille ! Ça ne deviendrait qu'un collier de billes... », prévient-elle.
« Non, des larmes de dérive, de peine, ou des larmes de rire... celles-ci sont des perles de vie comme les perles de pluie. [...] »(Mylène Farmer, Lisa-Loup et le Conteur)
#4907
On n'est compatissant que pour les maux qu'on éprouve soi-même. (Beaumarchais, La Mère Coupable)
#4922
Aucune mère n'est la camarade de son fils. (Jean Cocteau, Les parents terribles)
#7601
Quand ma mère a su que je voulais partir vivre en Australie, elle a fait un bond (Marc Escayrol)
#5052
La mère de la débauche n'est pas la joie mais l'absence de joie. (Friedrich Nietzsche)
#5215
Si ce temps humide continue encore un mois, au printemps tout sortira de terre.
- «Diable! et moi qui viens d'enterrer ma belle-mère!» (Almanach Vermot)
#5232
Printemps après printemps, de belles fiancées
Suivirent de chers ravisseurs,
Et, par la mère en pleurs sur le seuil embrassées,
Partirent en baisant leurs soeurs.
(Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques)
#5297
Combien nous pouvons faire souffrir ceux qui nous aiment et quel affreux pouvoir de mal nous avons sur eux. (Albert Cohen, Le livre de ma mère)
#5379
Le vocabulaire est un riche pâturage de mots. (Homère, Illiade)
#5684
Homère est nouveau, ce matin, et rien n'est peut-être aussi vieux que le journal d'aujourd'hui. (Charles Péguy, Note sur M. Bergson et la philosophie bergsonienne)
#5705
Pourquoi l'amour ne s'éprouve-t-il que dans la violence de la perte?
Parce que sa source est l'expérience de la perte.
Naître, c'est perdre sa mère.
(Pascal Quignard, Vie secrète)
#6006
Le déterminisme scientifique se prouve sur des phénomènes simplifiés et solidifiés: le causalisme est solidaire du chosisme. Le déterminisme mécanique se prouve sur une mécanique mutilée, livrée à l'analyse incorrecte de l'espace-temps. Le déterminisme de la science physique se prouve sur des phénomènes hiérarchisés, en majorant des variables particulières. Le déterminisme de la science chimique se prouve sur des corps purifiés, en se référant à des qualités énumérées. (Gaston Bachelard, Le nouvel esprit scientifique)
#6072
Quand vous aurez reconnu que le monde est irréel et éphémère, vous ne l'aimerez plus, votre esprit s'en détachera; vous y renoncerez et vous vous libérerez de tous vos désirs. (Râmakrishna, Enseignement de Râmakrisma)
#6158
Adieu, Florence, peste de l'Italie; adieu, mère stérile, qui n'as plus de lait pour tes enfants. (Alfred de Musset, Lorenzaccio; Acte I, scène 6)
#6180
La mode - cette dictature de l'éphémère qui s'exerce sur les transfuges de l'éternel - remplace la tradition abolie; la variation tient lieu de variété et la diversion fleurit sur le tombeau de la diversité. Ainsi les engouements collectifs se succèdent sans laisser de traces: la feuille morte voltige d'un lieu à l'autre, mais tous les lieux se valent pour elle, car son unique patrie est dans le vent qui l'emporte... (Gustave Thibon, L'équilibre et l'harmonie)
#6301
Fils! fils! écoute-moi. Je t'en supplie, ne réponds pas à mon brave coeur de mère, mais parle-moi, sans réfléchir à ce que tu dis. C'est la meilleure façon de penser correctement, en intellectuel et en bon fils. (Eugène Ionesco, Jacques ou la soumission)
#6307
La propriété foncière est mère d'inégalité et de brutalité. (Jean Jaurès, Histoire socialiste)
#6418
Homère est nouveau ce matin, et rien n'est peut-être aussi vieux que le journal d'aujourd'hui. (Charles Péguy, Pensées)
#6464
Homère a peint la vie humaine. Chaque village a son Nestor, son Agamemnon, son Ulysse. Chaque paroisse a son Achille, son Diomède, son Ajax. Chaque siècle a son Priam, son Andromaque et son Hector. (Joseph Joubert, Carnets t.2)
#6466
La lutte donne au triomple, la saveur de la passion, et la victoire embellit la conquête. (Georges Meredith)
#6623
Amphiaraüs avait vécu longtemps avec sa femme Ériphyle. Ils avaient eu plusieurs enfants. Nulle part un si bon ménage. On offre un collier. Plus de femme, plus de mère. (Épictète, Entretiens - Livre II, LX)
#6854
- Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire?
- Qui parle d'offenser grand'père ni grand'mère?
(Molière, Les femmes savantes)
#6867
On est meilleur quand on se sent pleurer. On se trouve si bon après la compassion! (Pierre-Augustin Caron Beaumarchais, La Mère coupable)
#6879
Vis entre une épouse, une mère tendre qui te chériront à qui mieux mieux. Sois indulgent pour elles, heureux pour toi, mon fils; gai, libre et bon pour tout le monde; il ne manquera rien à ta mère. (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro)
#6741
Les bêtes ont un cerveau ignorant et naïf, de sorte que les petits enfants les aiment parce qu'ils sentent qu'elles leur ressemblent. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6743
Et ce livre, maman, je l'écris pour que tes mains le touchent, pour que tes yeux le lisent, et pour qu'il plaise à ton cœur. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6744
[...] Dieu nous a mis au monde pour que nous nous servions le plus possible de notre corps. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6745
La vie est formée par des travaux de commerce et d'industrie qui prennent les hommes et les font participer à son harmonie. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6746
Aller à l'école! C'est une promenade très gaie. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6747
Les souffrances d'un enfant sont des souffrances imméritées. Le Destin martyrise quelqu'un qui se plie et qui pleure avec tant de faiblesse que l'on pense: Nature, tu es forte, mais tu es bien injuste. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6748
Les médecins qui ont fait des études connaissent beaucoup de maladies, mais pour guérir un malade, il faut l'examiner avec cet instinct que donne une grande bonté. Dans les hôpitaux, de vieux chirurgiens et de jeunes internes pratiquent toute la science des écoles; or beaucoup d'hommes meurent parce qu'on ne sait pas les soigner avec amour. La Bonté est plus forte que la science humaine. Il faudrait que la médecine fût un sacerdoce et que chaque médecin pratiquât son métier comme on accomplit un grand devoir. Loin des plaisirs du monde, dans sa pensée et dans son coeur, il faudrait que le médecin restât chaque jour afin de se recueillir et de se fortifier. Un cerveau, c'est bien, pour connaître les maladies, mais un cerveau et un cœur, cela suggère les miracles. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6749
Les hommes sont de simples matières où l'on exerce son métier. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6751
[...] le malade est un homme blessé qui laisse ses pensées dans ses blessures, où elles se corrompent à leur tour et vivent avec des plaies. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#6763
Un crayon rouge et bleu possède une grande puissance à cause de ses deux couleurs éclatantes qui rappellent l'uniforme des soldats. (Charles-Louis Philippe, La Mère et l'enfant)
#7095
[...] ils s'aimèrent comme deux époux quand ils ont perdu un enfant. (Clarice Lispector, Le bâtisseur de ruines)
#6896
La défiance est la mère de la sûreté. (Madeleine de Scudéry)
#6982
C'était dans la cour, devant la table de pierre couverte de rosee et de sang, la mere toute nue qui se lamentait , avec son enfant mort sur ses bras
(Alphonse Daudet, les lettres de mon mon moulin)
#6997
LA MÈRE : Tu sais ce que c'est le mariage, petite ? LA FIANCÉE : Je le sais. LA MÈRE : C'est un homme, des enfants, et un mur épais de deux mètres entre toi et tout le reste. (Federico Garcia Lorca, Les noces de sang)
#7054
Je ne fréquentais que ma mère et ma tante, qui n'étaient pas des femmes, mais une mère et une tante. (Marcel Pagnol, Le temps des secrets)
#7155
Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c'est la raison de vivre,
Plus triste que de perdre ses biens, c'est de perdre son espérance,
Plus amère que d'être déçu, et c'est d'être exaucé.
(Paul Claudel, L'Otage)
#7161
Un homme,
Ça ne connaît pas plus sa femme que sa mère.
(Paul Claudel, Partage de midi)
#7386
Il s'agit de défendre sa place dans le monde pour lutter contre l'uniformité, mère de tous les totalitarismes. La diversité est seule capable de maintenir la civilisation. (Maurice Druon)
#7432
Il n'y a rien de tel pour vous donner du génie que d'avoir un oncle cinglé ou une grand-mère sinoque. (Raymond Queneau, Loin de Rueil)
#7474
Est-ce qu’il y a une chose plus amère que de dévisager une scène de souffrance tout en restant les bras croisés ?
(Achref SNOUSSI, la braise d'amour et de la vengeance)
#7918
O ma mère et ma nourrice ! Toi dont l’âme protectrice Me fit des jours composés Avec un bonheur si rare, Et qui ne me fus avare Ni de lait ni de baisers ! (Théodore de Banville, À Ma mère)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.