Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés


#224
La politique, c'est comme les andouillettes, faut que ça sente un peu la merde, mais pas trop. (Edouard Herriot)
#248
Dans la politique et dans la vie, les demi-mesures et les hypocrisies font toujours plus de mal que les décisions nettes et énergiques. (Stefan Zweig)
#262
De tout temps la politique a été la science de l'absurdité. (Stefan Zweig)
#441
Derri√®re toutes les trag√©dies et com√©dies de la vie internationale, s'est d√©licieusement r√©v√©l√©e √† moi l'id√©e d'un groupement, d'une entente √©ventuelle et sublime de personnes d'√©ducation. Au point de vue intellectuel, moral, √©motif, sensuel, social, politique, et en pr√©sence des difficult√©s et des dangers sentis, cette id√©e exquise peut fournir des situations capables de faire p√Ęlir bon nombre des plus famili√®res. C'est l√† qu'il faut chercher le drame personnel de l'avenir. (Henry James)
#510
Le droit naturel devient ce qui va de soi, ce que telle communauté considère comme obligation et droit si évidents qu'il lui semblerait ridicule de le formuler... Le droit naturel devient ainsi le droit non-écrit, supérieur au droit écrit parce qu'il n'a pas besoin de celui-ci pour être reconnu. Il n'en est pas moins historique... C'est ... lui qui, en évoluant, force le droit écrit à évoluer. (F. Weil, Philosophie politique)
#665
Les politiques grecs ne reconnaissent d'autre force que celle de la vertu. Ceux d'aujourd'hui ne vous parlent que de manufactures, de commerce, de finances, de richesses et de luxe même. (Montesquieu)
#782
Le meilleur régime politique est la monarchie absolue tempérée par l'assasinat. (Stendhal)
#981
L'homme est naturellement un animal politique.
(Aristote)

#1021
Pour être juste, c'est-à-dire pour avoir sa raison d'être, la critique doit être partiale, passionnée, politique, c'est-à-dire faite à un point de vue exclusif, mais au point de vue qui ouvre le plus d'horizons. (Charles Baudelaire)
#1143
Mon idéal politique est l'idéal démocratique. Chacun doit être respecté en tant que personne, et personne ne doit être divinisé. (Albert Einstein)
#1174
C'est une mission de l'intellectuel que d'empêcher la métamorphose d'un moyen politique en article de foi, en mythe. (Eugène Avtsine [dit Claude Aveline], Les Devoirs de l'esprit)
#1232
Nul ne possède d'autre droit que celui de toujours faire son devoir. (Auguste Isidore Comte, Système de Politique positive)
#1287
Le roman policier peut être en prise directe sur la vie, permettre à un auteur de traiter sous forme de roman de grandes affaires criminelles mettant en cause de hauts personnages, d'en montrer les implications politiques et policières. (Jacques Jaubert)
#1539
On ne fait pas de politique avec la morale, mais on n'en fait pas davantage sans. (André Malraux)
#1788
En politique toute faute est un crime. (Eugène Chatelain)
#1921
L'art du politique est de faire en sorte qu'il soit de l'intérêt de chacun d'être vertueux. (Claude Adrien Helvétius, Notes, maximes et pensées)
#2015
Gouverner, c'est choisir. (Gaston, duc de Lévis, Maximes politiques)
#2035
La politique, art de faire durer les √Čtats. (Charles Mauras, L'Action fran√ßaise, 24 ao√Ľt 1902)
#2131
En politique il faut guérir les maux, jamais les venger. (Napoléon III, Des idées napoléoniennes, chap. 3)
#2150
Tout commence en mystique et finit en politique. (Charles Péguy, Notre jeunesse)
#2729
La guerre est un fruit de la dépravation des hommes; c'est une maladie convulsive et violente du corps politique; il n'est en santé, c'est-à-dire dans son état naturel, que lorsqu'il jouit de la paix. (Denis Diderot, Encyclopédie)
#2965
La Grande-Bretagne elle-m√™me est une √ģle flottante qui, selon les inflexions de sa politique, se rapproche ou s'√©loigne de l'Europe. (Alfred Fabre-Luce)
#3070
Un probleme politique est un probleme économique sans solution. (Georges El Gozy)
#3217
La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout. (Coluche)
#4690
Ca tient, les options politiques, l'engagement dans un sens, dans l'autre, parfois du hasard. On √©tait tel jour, tel endroit... On a rencontr√© celui-l√† plut√īt que celui-ci, et tout est jou√©. (Alphonse Boudard, Les combattants du petit bonheur)
#4697
Un roman n'a pas besoin de s'engager politiquement pour être politique. C'est, à l'inverse, quand il s'engage politiquement qu'il cesse d'être politique. (Lydie Salvayre)
#4987
Ne songer qu'à soi et au présent, source d'erreur dans la politique. (Jean de La Bruyère, Caractères)
#5077
En politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés. (Alexis de Tocqueville)
#5360
Nous, politiques noirs, nous, écrivains noirs, nous nous sentons, pour le moins, aussi libres à l'intérieur du français que dans nos langues maternelles. Plus libres, en vérité, puisque la liberté se mesure à la puissance de l'outil: à la force de création. Il n'est pas question de renier les langues africaines. Pendant des siècles, peut-être des millénaires, elles seront encore parlées, exprimant les immensités abyssales de la négritude. Nous continuerons d'y prêcher les images archétypes: les poissons des grandes profondeurs. Il est question d'exprimer notre authenticité de métis culturels, d'hommes du XXe siècle. (Léopold S. Senghor, Le français, langue de culture, in Esprit)
#5490
Ces grands penseurs politiques, prophètes, qui à force de prévoir ne voient plus rien. (Claude Roy, La fleur du temps; journal 1983-1987)
#5492
Le peuple, a dit Rivarol, accorde aisément sa faveur, et presque jamais sa confiance. (Louis Latzarus, La politique)
#5522
La langue, la culture et la civilisation françaises appartiennent à toutes les familles spirituelles et politiques de notre pays et des autres pays qui se réfèrent à notre idiome. La langue française est médiatrice et non pas impératrice ! (Xavier Deniau)
#5592
Je n'ai nul souci de ce dont se soucient la plupart des gens:
affaires d'argent, administration des biens, charges de stratège,
succès oratoires en public, magistratures, coalitions, factions politiques.
Je ne suis pas engag√© dans cette voie... mais dans celle o√Ļ, √† chacun de vous
en particulier, je ferai le plus grand bien en essayant de le persuader
de se préoccuper moins de ce qu'il a que de ce qu'il est,
pour se rendre aussi excellent et raisonnable que possible. (Socrate)
Commentaire : Cité par Platon dans Apologie de Socrate
#5634
C'est l'Etat, c'est l'autel de la religion politique sur lequel la soci√©t√© naturelle est toujours immol√©e: une universalit√© d√©vorante, vivant de sacrifices humains, comme l'√Čglise. (Mikha√Įl Bakounine - F√©d√©ralisme, socialisme et antith√©ologisme)
#5637
Abolition du droit d'h√©ritage. - Tant que ce droit existera la diff√©rence h√©r√©ditaire des classes, des positions, des fortunes, l'in√©galit√© sociale en un mot et le privil√®ge subsisteront sinon en droit, du moins en fait. Mais l'in√©galit√© de fait, par une loi inh√©rente √† la soci√©t√©, produit toujours l'in√©galit√© des droits: l'in√©galit√© sociale devient n√©cessairement in√©galit√© politique. Et sans √©galit√© politique, avons-nous dit, point de libert√© dans le sens universel, humain, vraiment d√©mocratique de ce mot; la soci√©t√© restera toujours divis√©e en deux parts in√©gales, dont l'une immense, comprenant toute la masse populaire, sera opprim√©e et exploit√©e par l'autre. Donc le droit de succession est contraire au triomphe de la libert√©, et si la soci√©t√© veut devenir libre, elle doit l'abolir. (Mikha√Įl Bakounine, Cat√©chisme r√©volutionnaire)
#5648
On compare souvent les hommes politiques à des acteurs. C'est très injuste pour les acteurs. (Guy Bedos, Merci pour tout)
#5652
Hommes politiques face à la presse: ce n'est pas en crachant dans les miroirs qu'on guérit de l'eczéma. (Guy Bedos)
#5662
En politique, on ne s'entendra jamais. Mais c'est peut-être ce que demandent les partis. C'est peut-être le jeu des partis. (Charles Péguy, Notre jeunesse)
#5665
La politique se moque de la mystique, mais c'est encore la mystique qui nourrit la politique même. (Charles Péguy, Notre Jeunesse)
#5678
Les politiques eux-mêmes pensent comme nous de la politique; ils sont les premiers à l'estimer ce qu'elle vaut; c'est-à-dire à la mépriser. (Charles Péguy, Cahiers de la quinzaine)
#5679
La calomnie est en politique moins gênante que la manifestation de la vérité. (Charles Péguy, Cahiers de la quinzaine)
#5710
Frontières: En géographie politique, ligne imaginaire entre deux nations, séparant les droits imaginaires de l'une des droits imaginaires de l'autre. (Ambrose Gwinett Bierce, Le Dictionnaire du Diable)
#5721
La politique est la conduite des affaires publiques pour le profit des particuliers. (Ambrose Gwinett Bierce)
#5722
Une doctrine, quelle qu'elle soit, politique, religieuse ou sociale, ne se produit jamais sans trouver plus de contradicteurs que d'adeptes, et ne recrute quelques soldats qu'après avoir fait beaucoup de martyrs. (Louis Blanc, Organisation du travail)
#5747
Ce qui est en jeu, aujourd'hui, c'est la reconquête de la démocratie contre la technocratie: il faut en finir avec la tyrannie des "experts", style Banque mondiale ou F.M.I., qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan (les "marchés financiers", et qui n'entendent pas négocier mais "expliquer"; il faut rompre avec la nouvelle foi en l'inévitabilité historique que professent les théoriciens du libéralisme; il faut inventer les nouvelles formes d'un travail politique collectif capable de prendre acte des nécessités, économiques notamment (ce peut être la tache des experts , mais pour les combattre et, le cas échéant, les neutraliser. (Pierre Bourdieu, Discours aux cheminots grévistes)
#5749
L'économisme déresponsabilise et démobilise en annulant le politique et en imposant tout une série de fins [objectifs] indiscutées, la croissance maximale, l'impératif de compétitivité, l'impératif de productivité et, du même coup, un idéal humain, que l'on pourrait appeler l'idéal FMI (Fond Monétaire International). (Pierre Bourdieu)
#5750
La politique qui vise à garder la confiance des marchés perd la confiance du peuple. (Pierre Bourdieu)
#5755
Quand un homme politique reconna√ģt publiquement une erreur, ce n'est jamais par remords mais parce que la franchise lui semble - tardivement et momentan√©ment - le moindre mal. (Philippe Bouvard, Journal)
#5757
L'après-guerre est une locution utilisée par les politiques et les économistes qui ont peur de la paix. (Philippe Bouvard)
#5793
Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme. (Albert Camus, L'Homme Révolté)
#5867
En fait, si on observe assez globalement ce qui se passe dans le monde, je pense que l'on pourrait décrire la situation comme suit : plus un Etat dispose de la capacité d'user de la violence, plus grand est son mépris de la souveraineté - des autres, cela s'entend. Les Etats-Unis sont - et de loin - les plus à même d'user de la violence et c'est sans doute pourquoi l'enthousiasme atteint chez nous son paroxysme. (Noam Chomsky, De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis)
#5868
En fait, le mépris américain de la souveraineté des autres est aussi vieux que l'Amérique elle-même.
Donc la souverainet√© des autres n'est rien s'ils se placent au travers de notre route - c'est-√†-dire si ce sont des "Etats sc√©l√©rats" qui n'ob√©issent pas aux ordres. D'un autre c√īt√©, notre propre souverainet√©, celle de nos clients et de ceux qui nous ob√©issent doivent √™tre d√©fendues. (Noam Chomsky, De la guerre comme politique √©trang√®re des Etats-Unis)
#5904
La concentration capitaliste provoque la concentration ouvrière et son organisation en parti de classe pour conquérir le pouvoir politique en vue de la transformation sociale. Les forces productives colossales de la société capitaliste ont rendu la société socialiste possible, inévitable même. Cette transformation se produit dans et par la lutte des classes, engendrée fatalement par le régime capitaliste lui-même. L’action du prolétariat révolutionnaire est nécessaire pour effectuer cette transformation. Toute lutte des classes est accompagnée d’une lutte politique, d’une lutte pour la conquête du pouvoir. (Adéodat Compère-Morel - Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière)
#5922
La r√©gulation des √©go√Įsmes, tout est l√†: c'est la grande affaire de la politique. Ne nous racontons pas d'histoires. Si les gens travaillent, s'ils payent leurs imp√īts, s'ils respectent √† peu pr√®s la loi, c'est par √©go√Įsme, toujours, et sans doute par √©go√Įsme seulement, le plus souvent. (Andr√© Comte-Sponville, L'amour la solitude)
#5923
Si vous comptez sur les Restos du coeur pour faire reculer la mis√®re, le ch√īmage, l'exclusion, il me para√ģt clair que vous vous racontez des histoires.
Si vous comptez sur l'humanitaire pour tenir lieu de politique √©trang√®re, sur l'antiracisme pour tenir lieu de politique de l'immigration, il me para√ģt non moins clair que vous vous racontez des histoires.
La morale et la politique sont deux choses différentes, l'une et l'autre nécessaire, mais qu'on ne saurait confondre sans compromettre ce qu'elles ont chacune d'essentiel. (André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral?)
#5928
La politique n'est pas là pour faire le bonheur des hommes. Elle est là pour combattre le malheur - et elle seule, à l'échelle d'un pays ou du monde peut le faire efficacement. (André Comte-Sponville, Le capitalisme est-il moral?)
#6091
Une histoire qui circule en Espagne rapporte qu'apr√®s sa mort le g√©n√©ral Franco eut avec vous [Dieu] un long entretien. Il en sortit soucieux. Curieux comme le concierge qu'il est, saint Pierre se mit √† l'interroger: "Alors, mon g√©n√©ral, quelle impression vous a produite notre Seigneur?" Et Franco de r√©pondre, le sourcil fronc√©: "Il n'est pas mal, mais politiquement, il n'est pas s√Ľr". (Robert Escarpit, Lettre ouverte √† Dieu)
#6243
Mauvais √©loge d'un homme que de dire : son opinion politique n'a pas vari√© depuis quarante ans. C'est dire que pour lui il n'y a eu ni exp√©rience de chaque jour, ni r√©flexion, ni repli de la pens√©e sur les faits. C'est louer une eau d'√™tre stagnante, un arbre d'√™tre mort ; c'est pr√©f√©rer l'hu√ģtre √† l'aigle. Tout est variable au contraire dans l'opinion ; rien n'est absolu dans les choses politiques, except√© la moralit√© int√©rieure de ces choses. Or, cette moralit√© est affaire de conscience et non d'opinion. L'opinion d'un homme peut donc changer honorablement, pourvu que sa conscience ne change pas. Progressif ou r√©trograde, le mouvement est essentiellement vital, humain, social.
Ce qui est honteux, c'est de changer d'opinion pour son intérêt, et que ce soit un écu ou un galon qui vous fasse brusquement passer du blanc au tricolore, et vice versa. (Victor Hugo, Littérature et philosophie mêlées)
#6260
Ce n'est pas seulement l'intérêt qui fait s'entre-tuer les hommes. C'est aussi le dogmatisme. Rien n'est aussi dangereux que la certitude d'avoir raison. Rien ne cause autant de destruction que l'obsession d'une vérité considérée comme absolue. Tous les crimes de l'histoire sont des conséquences de quelque fanatisme. Tous les massacres ont été accomplis par vertu, au nom de la religion vraie, du nationalisme légitime, de la politique idoine, de l'idéologie juste; bref au nom du combat contre la vérité de l'autre, du combat contre Satan. (François Jacob, Le jeu des possibles)
#6261
Par une singulière équivoque, on cherche à confondre deux notions pourtant bien distinctes: l'identité et l'égalité. L'une réfère aux qualités physiques ou mentales des individus; l'autre à leurs droits sociaux et juridiques. La première relève de la biologie et de l'éducation; la seconde de la morale et de la politique. L'égalité n'est pas un concept biologique. On ne dit pas que deux molécules ou deux cellules sont égales. (François Jacob, Le jeu des possibles)
#6486
La libert√© ne se reconna√ģt qu'√† ses limites. (Louis Latzarus, La politique)
#6491
Comme la politique, l'art est guidé par quelques meneurs, suivis d'une foule de menés. (Gustave Le Bon, Aphorismes du temps présent)
#6704
La politique dans une oeuvre littéraire, c'est un coup de pistolet au milieu d'un concert, quelque chose de grossier et auquel pourtant il n'est pas possible de refuser son attention. (Stendhal, La Chartreuse de Parme)
#6862
Feindre d'ignorer ce qu'on sait, de savoir tout ce que l'on ignore... voilà toute la politique. (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro)
#6886
Pourvu que je ne parle ni de l'autorité, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, je puis tout imprimer librement, sous la direction, néanmoins, de deux ou trois censeurs. (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro)
#7009
Le grand malheur de notre temps est que justement la politique pr√©tend nous munir, en m√™me temps, d'un cat√©chisme, d'une philosophie compl√®te et m√™me quelquefois d'un art d'aimer. Or le r√īle de la politique est de faire le m√©nage et non pas de r√©gler nos probl√®mes int√©rieurs. J'ignore pour moi s'il existe un absolu. Mais je sais qu'il n'est pas de l'ordre politique. L'absolu n'est pas l'affaire de tous : il est l'affaire de chacun. (Albert Camus, La crise de l'homme)
#7061
Dès qu'elles atteignent un certain degré, les croyances mystiques, religieuses ou politiques, deviennent fatalement destructives. (Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente)

Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrançais.com | Tous droits réservés.