EspaceFrançais.com

                    

 
Lumière sur... | Exercices : Langue - Littérature - Culture | Apprendre en chansons | Jeux
 

Exercices, questionnaires et jeux Langue vous êtes ici

Exercice à trous

Le présent de l'indicatif (3)

- Verbes du 3e groupe -

 

Savez-vous conjuguer correctement au présent de l'indicatif ?

Complétez les quinze phrases de l'exercice en conjuguant les verbes entre parenthèses au présent de l'indicatif. Cet exercice s'attarde sur les verbes du 3e groupe.

Attention ! L'emploi des accents (aigu, grave et circonflexe) est obligatoire, si nécessaire. Sinon, votre réponse sera considérée comme incorrecte.
Niveau de l'exercice : facile à moyen.

Le présent de l'indicatif marque surtout que l'action s'accomplit au moment où l'on parle. Il exprime aussi des habituels, des vérités durables, des proverbes, des maximes, des pensées morales, une action passée ou future très proche de l'action présente, une action passée souvent très ancienne que l'on place dans le présent pour la rendre plus vivante...
Au besoin, vous pouvez consulter cette page :  Emploi du présent de l'indicatif.

 

Mais, je vois avec plaisir que vous (faire) bon ménage, les deux cousines ! (Georges Feydeau, La Dame de chez Maxim)

   

Les hommes ne (pouvoir) vivre ensemble sans s'entendre et, par conséquent, sans se faire des sacrifices mutuels. (Émile Durkheim, De la division du travail social)

   
Bon petit coeur, tu (mettre) du sentiment partout. Il faut en avoir du sentiment et ne pas trop compter sur celui des autres. (Henry Becque, Les Corbeaux)
   

Nous (sortir) par la porte qui donne sur le port, et j'entre dans le beau kiosque, sur le quai, où le sultan vient s'asseoir [...]. (Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient)

   

Et les nuits (venir), claires comme des jours. On dirait que le soleil s'attarde au-dessous de l'horizon et continue à verser dans le ciel une lumière affaiblie [...]. (Émile Moselly, Terres lorraines)

   

Dites à ce monsieur que je ne (pouvoir) pas le recevoir. (Heny Becque, Les Corbeaux)

 
Bon ! Je (aller) sur la scène en guise de buffet, découper cette mortadelle d'Italie ! (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)
   
Vous (prendre) tout de travers, même ce qui devrait vous rassurer. (Heny Becque, La Parisienne)
   
Et nous (boire) cette divine liqueur dans le premier vase venu. (Henri Murger, Scènes de la vie de bohème)
   
Le vieux chevalier me (retenir) par un bouton de mon habit, et je m'oublie à parler de vous. (Jules Sandeau, Sacs et parchemins)
   

Ces jeunes érudits (apprendre) le grec moderne sans autre maître que le peuple grec [...]. (Edmond About, La Grèce contemporaine)

   
Nous (faire) tous les ans des fioles de cette eau qu'on vient nous demander. (Eugénie de Guérin, Journal (1834-1840)).
   

Car, après leur tour de chant, ces dames (devoir) promener leur grâce et leur sourire dans le jardin ou autour des tables où sautent les bouchons de champagne. (Gaston Leroux, Rouletabille chez le tsar)

   
Alors, vous croyez que j'en aime un autre ? Mais c'est monstrueux ce que vous (dire) là. Voilà ce que vous pensez de moi ? (Anatole France, Le Lys rouge)
   
Du front (partir) les antennes, autres mains, mais du dehors, mobiles à l'excès, sensibles, des mains électriques. (Jules Michelet, L'Insecte)

 

 

Votre note


Articles connexes

Exercices connexes