EspaceFrançais.com

                    

 
Lumière sur... | Exercices : Langue - Littérature - Culture | Apprendre en chansons | Jeux
 

Exercices, questionnaires et jeux Langue vous êtes ici

Exercice

La formation des adverbes

 

Savez-vous former correctement les adverbes ?

Complétez les quinze phrases du questionnaire en donnant les adverbes formés avec les adjectifs mis entre parenthèses.

Attention ! L'emploi des accents (aigu, grave et circonflexe) et des autres signes orthographiques sont obligatoires, si nécessaire. Sinon, votre réponse sera considérée comme incorrecte.

Aide...
L'adverbe est une partie du discours toujours invariable et dont la fonction la plus ordinaire est de modifier, soit un verbe, soit un adjectif, soit un autre adverbe. Il sert à exprimer la manière, le temps, le lieu, la quantité, etc. On range aussi parmi les adverbes les mots ou expressions qui indiquent l'affirmation, la négation ou l'interrogation.

→ À lire

L'adverbe : définition et emploi.
La formation de l'adverbe.

 

Je continue toujours de répondre, non pas à l'aveugle, mais un peu (confus), à celui que je me figure devant moi comme contradicteur. (Charles-Augustun Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, t. 1, 1863-69)

Votre réponse :

 

De temps en temps, nous parlons de toi (gentil). (Marcel Pagnol, Fanny, 1932)
Votre réponse :

 
Une femme pauvrement et (décent) vêtue. (Edmond et Jules de Goncourt, Mme Gervaisais, 1869)
Votre réponse :
 

— Vous ne dansez pas mal, dit-il (poli).
— Je danse comme un veau ; mais je m'en fous : je n'aime pas danser. (Simone de Beauvoir, Mandarins, 1954)
Votre réponse :

 

Elle parlait (continu), interrogeait et répondait elle-même, habile à lire, sur la physionomie, les paroles, devant qu'elles fussent prononcées. (Paul Adam, L'Enfant d'Austerlitz, 1902)
Votre réponse :

 

J'étais (mauvais) vêtu, coiffé et rasé ; je n'avais aucun souci de plaire. (André Gide, Journal, 1905)
Votre réponse :

 
Puis, dans la langueur de la conversation, il se remit à chercher (prudent) les phrases de la gracieuse et banale sicilienne. (Anatole France, Le Lys rouge, 1894)
Votre réponse :
 
— Allons ! Allons ! Reprit-il, ce n'est pas le moment de rire. Parlons (sérieux). (Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, 1907)
Votre réponse :
 
Au lieu de laisser (bruyant) retomber le marteau, il le reposa doucement. (Victor Hugo, Les Misérables, t. 1, 1862)
Votre réponse :
 
Du côté de la terre, la lune éclairait (obscur) des espaces paisibles. (Julien Gracq, Un beau ténébreux, 1945)
Votre réponse :
 

Il s'était (traître) caché sous l'épaisse chevelure de la jeune femme. (Eugène Sue, Atar-Gull, 1831)
Votre réponse :

 
Déçu qu'elle n'ouvrît pas la bouche, il lui dit (sec) : qu'est-ce que vous avez à me dire ? (Anatole France, Le Lys rouge, 1894)
Votre réponse :
 

J'écoutai (attentif) et sans faire le moindre mouvement au moins pendant cinq minutes... Rien !... je devais m'être trompé... (Gaston Leroux, Le Parfum de la dame en noir, 1908)
Votre réponse :

 
[...] Pétrarque, Boccace, le Pogge, Ambroise Traversari, ces hommes si (puissant) possédés par l'ardeur de savoir [...]. (Ernest Renan, L'Avenir de la Science, 1890)
Votre réponse :
 
Vous m'avez (exprès) défendu de sortir, et je crois, docteur, que vous avez bien fait ; car je me sens là des chaleurs et des brûlements affreux. (Eugène Scribe, La Camaraderie, 1837)
Votre réponse :

 

Votre note


Articles connexes

Exercices connexes