Dalida… Éternelle !

31 ans déjà !

 

Pour un rideau qui tombe, un autre qui se lève, demain et dans mille ans, je recommencerai…

 

 

Biographie
Du Caire à Paris et du cinéma à la chanson

DalidaYolanda Gigliotti, plus connue sous le nom de Dalida, est née au Caire, en Égypte, le 17 janvier 1933, d’immigrés italiens. Pietro, le père de famille, est violoniste à l’Opéra, et très tôt, Yolanda manifeste un goût pour l’art. On l’apprécie dans les représentations théâtrales du collège, mais c’est surtout son physique qui attire, et ce, malgré de graves problèmes d’yeux qui l’obligent à porter longtemps des lunettes.

Après avoir été élevée chez les sœurs, elle décide d’entamer une carrière en faisant un peu de figuration au cinéma et change pour cela son nom en Dalida.

En 1954, elle est élue Miss Ondine du Caire. C’est alors que Marc de Gastyne, un metteur en scène français, la remarque et lui propose de l’emmener à Paris.

Dès la fin de l’année, elle commence à chanter dans les cabarets de la capitale, et notamment à la Villa d’Este.

Elle participe ensuite à un spectacle à l’Olympia destiné à découvrir de jeunes talents, « Numéro 1 de demain », où elle se fait repérer grâce à la chanson de Gloria Lasso, « Étranger au paradis ». Lucien Morisse, le directeur d’Europe 1, tombe alors amoureux de la jeune femme et décide de prendre sa carrière en main avec l’aide du producteur de disques Eddie Barclay. Sa rencontre avec le succès se fait dès 1956 avec son troisième disque « Bambino », qui obtient en un an le disque d’or.

 

La gloire

Les chansons de Dalida se propagent dans toute l’Europe et même au-delà. Elle part en tournée dans de nombreux pays dont l’Italie et l’Égypte, où elle est accueillie comme une reine. En France, elle remplit les plus grandes salles, et les tubes, tels que « Gondolier », « Come prima », « les enfants de Pirée » et « Darla dirladada » s’enchaînent. Avec le début des années yé-yé, elle ne se laisse pas abattre comme de nombreux chanteurs de sa génération, et innove en chantant du twist avec « Itsy Bitsy Petit Bikin » et du rock avec « 24000 baisers » en 1961.

Côté cœur, après avoir divorcé de sa première femme, Lucien Morisse épouse Dalida le 8 avril 1961. Tout semble aller pour le mieux pour la jeune femme de 28 ans. Mais derrière ce mariage se cache une relation déjà usée par les années et le métier. En 1962, elle profite du succès de « Petit Gonzales » pour s’acheter une maison à Paris sur les hauteurs de Montmartre. Celle-ci lui donne son indépendance et lui permet de divorcer. C’est d’ailleurs à ce moment-là que la chanteuse se fait blonde, ce qui marque davantage le tournant que prend sa vie. Les succès discographiques s’enchaînent, mais Dalida est seule et rêve de l’homme idéal.

Dalida chante Bambino (1957)

Et la solitude…

Dalida : The queen (Album cover)Les années 1970 débutent plus sereinement grâce à sa rencontre avec Richard Chanfray, dit le Comte de St-Germain. Sa carrière se stabilise, et la chanteuse continue à enchaîner les succès, comme « Paroles Paroles » en duo avec Alain Delon et « Il venait d’avoir dix-huit ans » (écrit par Pascal Sevran) en 1973. L’année suivante sort « Gigi l’amoroso », et en 1975 « J’attendrai ». Mais Dalida n’hésite pas non plus à reprendre de grands classiques de la chanson française tels que « Avec le temps » de Léo Ferré et « Je suis malade » de Serge Lama.

À cette époque, elle enchaîne également les tournées internationales et passe dans de nombreuses émissions télévisées. Toujours dans le vent, elle parvient bientôt à surmonter la vague disco, et sort en 1978 l’album « Génération 78 ». La chanteuse s’exporte aussi aux États-Unis où son succès est immense. Elle s’inspire d’ailleurs d’un de ses séjours outre-Atlantique pour mettre en scène, dès 1980, un spectacle grandiose très music-hall au Palais des Sports de Paris. Mais sa rupture avec le Comte de St-Germain, devenu violent et dangereux, et son amitié pour François Mitterrand qui est vue d’un mauvais œil, viennent une fois de plus apporter de l’ombre à sa vie et à sa carrière. Elle part alors s’isoler pendant une longue tournée d’un an.

 

« Mourir sur scène »

À son retour en France en 1983, personne ne l’oublie et ses albums sont des records de vente. Mais l’année se ternit une fois de plus quand Richard Chanfray se suicide. La femme fragile qu’était déjà devenue Dalida s’effondre définitivement, malgré l’acharnement avec lequel elle se jette dans le travail. En 1985, elle tourne au Caire pour le film « Le Sixième jour » de Youssef Chahine (roman d’Andrée Chedid). Mais la douleur de retrouver son pays d’enfance qui lui fait prendre conscience du temps qui passe, rend le tournage pénible pour la chanteuse. Elle se replie alors de plus en plus avant de se suicider à son tour le 3 mai 1987 dans sa maison parisienne. Le public, qui semble s’être élargi depuis sa mort, garde d’elle l’image d’une femme fragile et forte à la fois, au talent multiple. Aujourd’hui, une place à Montmartre, quartier qu’elle aimait tant, porte son nom.

Dalida – Le Sixième jour de Youssef Chahine (extrait)

 

Et la légende continue…

Depuis sa disparition, Dalida est devenue une vraie référence pour la jeune génération de chanteuses. Elle ne cesse de fasciner toutes les catégories : le cinéma, les chansons (Charles Aznavour avec « De la seine à la scène ») et même la télévision avec un mini-feuilleton Dalida, en deux parties, diffusé en 2005 sur France 2 et réalisé par Joyce Buñuel, avec Sabrina Ferilli dans le rôle titre. Au théâtre, Joseph Agostini et Caroline Sourrisseau écrivent Dalida, à quoi bon vivre au mois de mai ?, une fantaisie onirique et surréaliste sur la chanteuse, jouée par Elsa Zadkine aux Ateliers Théâtre de Montmartre en 2005.

En plus, plusieurs albums réochestrés ont vu le jour parmi lesquels : Comme si j’étais là… (1995), À ma manière (1996), L’An 2005 (1997), Le rêve oriental(1998), Révolution – 5è du nom (2001)… Un autre album verra le jour à l’occasion des 25 ans de sa disparition.

Finalement, la vie de Dalida est, pour la première fois, portée sur grand écran réalisé par Lisa Azuelos avec l’actrice avec Sveva Alviti dans le rôle-titre. Le tournage est d’ores et déjà prévu entre la France, l’Italie et l’Égypte pour une sortie en 2017. Le long-métrage s’attache à retracer l’existence mouvementée et tragique de la grande chanteuse : ses débuts en tant que miss Égypte, ses rencontres décisives avec Bruno Coquatrix, Eddie Barcray, Alain Delon, ses succès, ses drames personnels et son inévitable suicide le 3 mai 1987 à l’âge de 54 ans…

 Publicité

Extrait du téléfilm Dalida

 

Palmarès de Dalida

Dalida a reçu tout au long de sa carrière de nombreuses récompenses. Son Palmarès montre à quel point la Star a su rester au sommet durant ses 35 ans de règne. Un succès qui ne cesse de croître aujourd’hui encore avec la jeune génération qui découvre Dalida, plus vivante que jamais…

La Pionnère…

Dalida reste aujourd’hui la plus grande Star française. La petite fille de Choubra débarquée à Paris un jour de Noël 1954 n’avait certainement pas imaginé laisser un tel héritage derrière elle.
Dalida a régné pendant 35 ans sur l’univers du disque, du 78 tours au disque compact en passant surtout par les 33t et 45t.
Dalida a été la première chanteuse à poser son image sur une pochette de disque en France. Avant elle, les vedettes étaient sans visages, anonymes , on ne connaissait que leurs voix.
Dalida a été la première Idole de la chanson française, la première chanteuse à avoir un fan-club.
En 1960, elle détient le record des lettres reçues à la station de RTL. Elle crée des modes. En effet, les jeunes admiratrices copient le Style Dalida, rimmel coulant, jupe évasée et cheveux en broussaille.
Dalida est la première femme autorisée à suivre le tour de France dans une voiture officielle.
En tournée, Dalida est la première en France à emmener sa propre sonorisation, à investir dans du matériel électronique et à constituer un parc de voitures. En un été, elle bat le record du plus gros cachet dans sa tournée des plages.
À la télé des années 60, Dalida est également la première à tourner dans une publicité. Elle apparaitra dans plusieurs spots vantant les mérites d’un matelas à ressort.
Elle remettra ça en 85, cette fois pour le dépoussiérant Wizzard sur l’air de Gigi l’Amoroso.

 

Le Disco

Dalida est la première à importer le Disco en France avec le tube J’attendrai en 1976. Elle en deviendra la Reine. D’autres Stars s’y essayèrent avec plus au moins de succès mais seule Dalida s’en sortira avec panache! C’est la grande époque Show de Dalida.

 

Le Palais des Sports

Dalida est la première chanteuse à « squatter » le Palais des Sports. Avant elle, seul Johnny Halliday et des Stars américaines s’y étaient produit. Du 05 au 20 janvier 1980, Dalida offrit au public 17 représentations sous la direction artistique du chorégraphe américain Lester Wilson.
Côté costumes, la Star est habillée par le créateur Michel Frenay qui crée pour l’occasion pas moins de 12 costumes splendides dont le collant couleur chair brodé de perles et de pièces de Money, Money.

 

Disque de diamant

Dalida est la première Star au monde à recevoir un Disque de Diamant pour ses millions de disques vendus à travers le monde.

Au final, Dalida a vendu plus de 120 millions de disques à travers le monde et ses 32 ans de succès ont été couronnés par 55 Disques d’Or et 1 Disque de Diamant.
Elle a reçu pas moins de 20 médailles de différents pays.
Aujourd’hui, une place à Montmartre porte son nom. Un buste y est d’ailleurs érigé en sa mémoire, sculpté par Aslan et un timbre poste a été imprimé à son effigie.
Dalida est la personnalité disparue qui vend le plus disques encore aujourd’hui grâce notamment aux nombreuses rééditions de ses anciens albums en CD et aussi grâce aux nouvelles chansons réorchestrées.

 Publicité
Oscar du Disque de diamant décerné pour la première dans l'histoire du Music-Hall à Dalida en hommage à ses 25 ans de succès (1981).

Oscar du Disque de diamant décerné pour la première dans l’histoire du Music-Hall à Dalida en hommage à ses 25 ans de succès (1981).

 

Vidéos cultes de Dalida

J’attendrai (1975)

 

Gigi l’Amoroso (1974)

Laissez-moi danser (1978)

 

À ma manière (1980)

 

Je suis malade (1973)

 

Besame mucho (1976)

 

 Publicité

La vie en rose (1976)

 

Génération 78 (Medley, 1978)

 

⚠ Remarque ⚠
Les vidéos intégrées ci-dessus sont utilisées uniquement pour un but culturel et éducatif. Elles restent la propriété de leurs auteurs et n’engagent que leur propre responsabilité. En aucun cas l’éditeur d’EspaceFrançais ne pourra être tenu responsable de ces vidéos dont il ne serait pas l’auteur.

 

Dalida au cinéma

La réalisatrice Lisa Azuelos a démarré le 8 février 2016, le tournage du film. Après LOL et Une rencontre, elle s’attaque ce qu’on appelle un biopic avec Dalida. Le film ira de la jeunesse de Yolanda Giulietta Gigliotti, en Egypte, en Italie à son arrivée en France où elle deviendra une star avec 170 millions de disques vendus, jusqu’à son suicide le 3 mai 1987, à 54 ans. La sortie est sorti le 11 janvier 2017.

Sveva Alviti, une Italienne totalement inconnue en France, a été choisie pour incarner la star disparue. Au casting on retrouve l’acteur italien Riccardo Scamarcio, qui endosse le rôle d’Orlando, le frère et le producteur de l’artiste, qui travaille d’ailleurs comme conseiller historique sur le film. Pour jouer les rôles des autres hommes clés de la vie de Dalida, on reconnaîtra également Alessandro Borghi (Luigi Tenco), Michael Cohen (Arnaud Desjardins), Nicolas Duvauchelle (Richard Chanfray), Vincent Perez (Eddie Barclay), Jean-Paul Rouve (Lucien Morisse), Niels Schneider (Jean Sobieski), ou encore Patrick Timsit (Bruno Coquatrix).

Le film a été programmé pour sortir en janvier 2017, l’année du 30e anniversaire de la disparition de Dalida.

Dalida, le film – Bande-annonce officielle

 

Testez vos connaissances !

Connaissez-vous Dalida ?

Connaissez-vous bien Dalida ? Pour le savoir, faites le quiz : Spécial Dalida !

Êtes-vous fan de Dalida ? Rejoignez-nous !

 

À écouter… À voir… À lire…


Les Diamants Sont
Éternels – Intégrale Édition
Limitée 25ème Anniversaire
(Coffret 24 CD, Livre, Portfolio)

Depuis Qu’Elle Est Partie – Edition Limitée Digipack (2 CD)

Les 50 Plus Belles Chansons : Dalida (Coffret 3 CD)

D’ici et d’ailleurs

3 Concerts Inedits : Olympia 1971, Québec 1975, Prague 1977

Les Plus Beaux Duos (2 DVD)

Le sixième jour

Une vie (Coffret 3 DVD)

Dalida, une vie brûlée

La véritable Dalida

Dalida

Dalida : Le temps d’aimer


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...