Auteurs francophones ► vous êtes ici 

Auteurs francophones

Maurice Carême

1899 – 1978

Notice biographique

Maurice Carême, né le 12 mai 1899 à Wavre et mort le 13 janvier 1978 à Anderlecht, est un poète belge de langue française, auteur de Mère, dont le style, simple et musical, remporte un important succès auprès d’un public de tous âges.

Photo de Maurice Carême

Instituteur de métier, Maurice Carême reste toujours très proche de la simplicité et de la spontanéité des enfants, pour lesquels il a d’ailleurs beaucoup écrit et qui continuent à lire et à apprécier ses poèmes. Mais cette limpidité n’est qu’une des raisons du succès de son œuvre, abondante, où il sait évoquer aussi bien les beautés naturelles de son Brabant natal que les drames d’une vie, dans une langue d’une grande musicalité : Petite Flore (1937), La Lanterne magique (1947), Semeur de rêves (1953), La Grange bleue (1961). Son chef-d’œuvre est sans doute Mère (1935), qui inspire le musicien Darius Milhaud. Il est aussi l’auteur de romans : Le Martyre d’un supporter (1928), Un Trou dans la tête (1964), Medua (1976).

En 1919, Maurice Carême crée une revue littéraire, Nos Jeunes, qu’il rebaptise en 1920 La Revue indépendante. Il collabore à la revue Anthologie de Georges Linze puis entre à La Revue sincère (1922).

Élu « Prince en poésie » au Café Procope à Paris en 1972, Carême a vu son œuvre traduite dans de nombreuses langues. Récompensée par de nombreux prix littéraires, illustrée par de grands artistes, mise en musique par Milhaud, Poulenc ou Carl Orff, elle représente, de tout premier ordre, un équilibre parfait entre la simplicité d’une forme poétique libérée des conventions et l’expression d’une joie de vivre qui n’exclut pas une certaine gravité.

Une des principales écoles de Wavre porte son nom, l’Athénée Royal Maurice Carême.

 Publicité

Plus de deux mille huit cents poèmes de Maurice Carême ont été mis en musique par Darius Milhaud, Francis Poulenc, Henri Sauguet, Jacques Chailley (1910-1999), Florent Schmitt, Carl Orff, Fabrice Boulanger, etc.

L’heure du crime

« L’heure du crime » est un poème très connu de Maurice Carême. Il est extrait de son recueil intitulé Au clair de la lune (Éditions ouvrières, 1977). Ce poème a été et est toujours l’objet de plusieurs études scolaires, surtout celles en rapport avec les romans policiers. Maurice Carême a su comment capter l’attention des lecteurs jusqu’au dernier vers…

Minuit. Voici l’heure du crime.
Sortant d’une chambre voisine,
Un homme surgit dans le noir.
Il ôte ses souliers,
S’approche de l’armoire
Sur la pointe des pieds
Et saisit un couteau
Dont l’acier luit, bien aiguisé.
Puis, masquant ses yeux de fouine
Avec un pan de son manteau,
Il pénètre dans la cuisine
Et, d’un seul coup, comme un bourreau
Avant que ne crie la victime
Ouvre le cœur d’un artichaut.

Remarque
La vidéo intégrée ci-dessus est utilisée uniquement pour un but culturel et éducatif. Elle reste la propriété de leur auteur et n’engage que leur propre responsabilité. En aucun cas l’éditeur d’EspaceFrancais.com ne pourrait être tenu responsable de cette vidéo dont il ne serait pas l’auteur.

 Publicité

→ Apprendre en chansons : Exercice à trous : L’heure du crime de Maurice Carême.

Bibliographie

Poésie

  • 63 illustrations pour un jeu de l’oie (1925)
  • Hôtel bourgeois (1926)
  • Chansons pour Caprine (Éditions Henriquez, 1930)
  • Reflets d’hélices (1932)
  • Mère (1935) (Prix triennal de poésie 1937)
  • Petite Flore (1937, Prix Edgar Poe)
  • Femme (1946)
  • La Lanterne magique (1947)
  • La Maison blanche (1949, Prix de l’Académie française)
  • Petites légendes (1949)
  • La Voix du silence (1951)
  • L’eau passe (1952, Prix International Syracuse, Prix de l’Académie française)
  • Images perdues (1954)
  • Heure de grâce (1957, Prix Félix Denayer, Prix de poésie religieuse)
  • Pigeon vole (1958)
  • L’Oiseleur (1959)
  • La Flûte au verger (1960)
  • La Grange bleue (1961)
  • Pomme de reinette (1962)
  • Bruges (1963)
  • En sourdine (Éditions du Verseau, 1964)
  • La Bien-aimée (1965)
  • Brabant (1967, Prix de la Province de Brabant)
  • Le Sablier (1969)
  • Entre deux mondes (1970)
  • L’Arlequin (1970)
  • Mer du Nord (1971)
  • L’Envers du miroir (1973)
  • Le Moulin de papier (1973)
  • Almanach du ciel (1973)
  • De feu et de cendre (Éditions Nathan, 1974)
  • Complaintes (1975)
  • Figures (1977)
  • Au clair de la lune (Éditions ouvrières, 1977)
  • Défier le destin (1987)
  • De plus loin que la nuit (1993)
  • Et puis après (2004)
  • Être ou ne pas être (2008)
  • Du ciel dans l’eau (2010)
  • Souvenirs (2011)
  • Le jongleur (2012)
  • L’évangile selon saint Carême (2013)
  • Fables (2014)

Contes et romans

 Publicité
  • Le Martyre d’un supporter (roman, 1928)
  • Le Royaume des fleurs (Éditions Bourrelier et Colin, 1934, Prix de littérature enfantine « Jeunesse »)
  • Lancelot (1938)
  • Contes pour Caprine (contes, 1948)
  • Le Ruban Pompadour (contes, publié sous le pseudonyme « Orladour », 1948)
  • La Bille de verre (Éditions La Renaissance du Livre, 1951)
  • Un Trou dans la tête (roman, 1964)
  • Médua (roman, 1976)
  • Le château sur la mer, contes fantastiques contes insolites (Éditions Fidès, 2008)
  • Deux petits chiens, un hérisson (Gautier-Languereau Hachette, 1988)

Autres textes

  • Poèmes de gosses (essai, 1933)
  • Proses d’enfants (essai, 1936)
  • La Passagère Invisible (récit de voyage, 1950)

Articles connexes

 Publicité

Suggestion de livres


Nonante-neuf poèmes

La poésie est un jeu d’enfant

L’oiseleur et autres poèmes

À l’ami Carême

Poésies d’écoliers

Maurice Carême chanté par Domitille

Les Plus beaux poèmes de Maurice Carême

Et puis après…


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...