Auteurs français XXe siècle Romain Gary ► vous êtes ici

Romain Gary

Les Racines du ciel (1956)

Je sais que la vie vaut la peine d’être vécue, que le bonheur est accessible, qu’il suffit simplement de trouver sa vocation profonde, et de se donner à ce qu’on aime avec un abandon total de soi.

(Romain Gary)

Romain Gary en 1961, à Rome.

👤 Romain Gary
Romain Gary
est un aviateur, militaire, résistant, diplomate, romancier, scénariste et réalisateur français, de langues française et anglaise. Il signe plusieurs romans sous le nom d’emprunt d’Émile Ajar, en les faisant passer pour l’œuvre d’un tiers. Il est deux fois couronné par le prix Goncourt (1956 et 1975) sous des pseudonymes différents. [Lire la suite de sa biographie]
→ Lumière sur Gros-Câlin (1974) et La Vie devant soi (1975, prix Goncourt).

Présentation

Les Racines du ciel est un roman de Romain Gary, publié en 1956 et récompensé par le prix Goncourt la même année.

Contre l’extermination des éléphants

Au Tchad, dans les dernières années de la colonisation, un Français, Morel, parcourt les collines du pays Oulé pour défendre les éléphants, massacrés par les trafiquants d’ivoire. Il est rejoint par Minna, jeune femme allemande échouée en Afrique-Équatoriale française (A-ÉF), et d’autres compagnons, comme le Libanais Habib ou le photographe américain Fields. D’abord bien accueilli par les indépendantistes noirs dirigés par Waïtari, Morel est accusé de s’intéresser plus aux animaux qu’à la misère des hommes. Recherché par l’administration coloniale, plusieurs fois menacé de mort, il disparaît dans la savane.

Le premier roman « écologique »

Remarquable fresque que l’on aurait tort de prendre pour un roman d’aventures africaines trop platement pittoresque, Les Racines du ciel joue sur la double dimension du réalisme documentaire (la protection des espèces sauvages, l’éveil des mouvements nationalistes dans l’A-ÉF finissante) et de la fable symbolique (la lutte contre toutes les exterminations collectives, où les massacres de l’Holocauste annoncent ceux des éléphants du lac Kuru).

Romain Gary a travaillé avec soin la temporalité (en mélangeant discours et récits à différents degrés de « rétrospection ») et la variation des points de vue sur les personnages. Morel est ainsi perçu tour à tour comme un fou, un agent provocateur, un résistant ou un saint. Son action révèle les failles d’un système présent (la colonisation) ou à venir (les dictatures d’après l’indépendance). Maquisard enragé et idéaliste, dernier « bandit d’honneur », il défie autant les militaires français que l’ambigu Waïtari, Africain formé en France et futur chef d’un pays libéré.

📽 15 citations choisies de Romain Gary

Articles connexes

 Publicité

Suggestion de livres

 Publicité

La Promesse de l’aube

La Vie devant soi

Les Racines du ciel

Les Cerfs-volants

Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable

Chien Blanc

Éducation européenne

Clair de femme


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...