Genres littéraires  Le théâtreLe texte théâtral ► vous êtes ici  

Genres littéraires : Le théâtre » Le texte théâtral

Les procédés du comique

📝 Article rédigé par Roula NASRANI.

« C’est une étrange entreprise, disait Molière, de faire rire les honnêtes gens », ceux « qui ne rient que quand ils veulent. »

Pour faire rire, on peut jouer sur le geste, la situation, les mots, le caractère ou les mœurs.
→ À lire : La comédie. – La comédie classique en France.

Le comique de geste

Le théâtre joue de la présence physique des interprètes : l’acteur comique multiplie les mimiques, parfois les grimaces ; les habits ridicules, les accessoires extravagants surprennent ; les coups de bâton et les gifles pleuvent en cadence.

Le comique de situation

Toute comédie raconte une histoire par une série de scènes qui ménagent d’amusantes surprises : rebondissements, coïncidences, retournements, tous les moyens sont bons pour mettre en difficulté le personnage dont on veut rire.
Exemple :

Harpagon (à son fils). — Comment! pendard, c’est toi qui t’abandonnes à ces coupables extrémités !
Cléante. — Comment! mon père c’est vous qui vous portez à ces honteuses actions !

MolièreL’Avare, Acte II, scène 2, 1668.

L’avare découvre que son fils est un horrible dépensier, le fils que son père est un usurier.

 Publicité

Le comique de mot

La comédie met la langue française dans tous ses états, déformations, jargons en tous genres, prononciations qui sentent le villageois ou la précieuse ; les façons de parler outrées font toujours rire. Parfois c’est la communication elle-même qui ne se fait plus.
Exemple :

Bélise (à la bonne). — Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?
Martine.— Qui parle d’offenser grand-mère ni grand-père ?

MolièreLes Femmes savantes, Acte II, scène 6, 1672.

Les deux mots de prononciation presque identique créent un malentendu, un quiproquo, qui ridiculise les prétentions pédagogiques de Bélise.

Le comique de caractère

La comédie met en scène des personnages, peint leur caractère, leurs vices, leurs idées fixes. Pour faire rire, il faut comme dans une caricature, forcer le trait dont on veut se moquer.
Exemple :

Alceste. — Et c’est pour mes péchés que je vous aime ainsi.

MolièreLe Misanthrope, Acte II, scène 1, 1666.

 Publicité

On sourit d’un « amour si grondeur », d’un séducteur si maladroit.

 Publicité
Le comique de mœurs

La comédie place les personnages dans leur milieu et l’auteur comique veut peindre les mœurs de son temps. En se moquant des snobs, des médecins, des faux poètes, des arrivistes, des hypocrites, le poète comique brosse un tableau de la société de son temps. Il veut, comme Molière, « corriger les vices des hommes » en les exposant « à la risée de tout le monde ».

Genres littéraires

Articles connexes

 Publicité

Suggestion de livres


Introduction aux grandes théories du théâtre

Histoire du théâtre

Qu’est-ce que le théâtre ?

Dictionnaire de la langue du théâtre

Comment écrire pour le théâtre ?

Le théâtre à travers les âges

L’analyse du texte de théâtre

17 pièces humoristiques pour l’école


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...