Genres littéraires La poésie ► Genres de posésie ► vous êtes ici  

Genres littéraires :  La poésie :

La poétique

Qu’est-ce que la poétique ?

La poétique ou l’art poétique est un traité de l’art de la poésie. On donne ce nom à la collection des règles, à l’ensemble des préceptes relatifs à la poésie, sa nature, aux qualités qu’elle exige du poète, à sa forme, ainsi qu’aux caractères, aux tons distincts des différents genres qu’elle renferme. L’art poétique est la théorie de la poésie, comme la rhétorique est la théorie de l’éloquence : il sert à diriger le poète dans ses ouvrages, et fournit aux critiques les moyens d’apprécier les diverses compositions poétiques.

→ À lire : Rhétorique et style » La rhétorique.

La poésie a-t-elle précédé la poétique ?

Dans tous les arts, les modèles ont devancé les préceptes. Les hommes de génie ont considéré la nature et l’ont embellie en l’imitant ; puis des esprits observateurs ont analysé ces productions, et après avoir découvert le secret de leurs beautés, ont fait part aux autres hommes du résultat de leurs investigations, et leur ont indiqué la voie qu’ils devaient suivre. Ainsi, de même que l’éloquence a précédé la rhétorique qui en fait connaître les règles, de même la poésie a précédé la poétique, qui n’est autre chose qu’un recueil d’observations basées sur les compositions poétiques les plus célèbres. Homère avait été sublime longtemps avant que Longin eût essayé de définir le sublime ; et les chefs-d’œuvre d’Euripide et de Sophocle avaient vu le jour lorsque Aristote traçait les règles de la tragédie.

Quelles sont les poétiques les plus célèbres ?

Les quatre poétiques les plus célèbres sont celles d’Aristote, d’Horace, de Marco Girolamo Vida et de Nicolas Boileau.

Aristote

La plus ancienne poétique connue est celle d’Aristote, célèbre philosophe, né à Stagire, en Thrace, l’an 384 avant J.-C., et mort à Chalcis en 322 avant J.-C.

Ce vaste génie, qui embrasse toutes les sciences et qui est toujours preuve d’une incontestable supériorité, a laissé un art poétique, en prose, dont une partie est perdue.

  Publicité
 

Dans les 25 chapitres qui nous restent, l’auteur recherche les causes originelles de la poésie, qu’il croit trouver dans notre penchant pour l’imitation, et dans notre goût pour le rythme ; puis il trace en détail les règles de la tragédie. Il dit peu de chose de la comédie et de l’épopée, parce qu’il se réservait d’en parler plus longuement dans la partie de son ouvrage qui a disparu.

Horace

Horace, célèbre poète latin, est né à Vénose (Sud de l’Italie) le 8 décembre 65 av. J.-C, et mort à Rome le 27 novembre 8 av. J.-C.

Horace entreprend de tracer les règles de la poésie ; mais son Art poétique n’est, à proprement parler, qu’une longue lettre versifiée qu’il adresse aux Pisons sous ce titre : Epistola ad Pisones. La dénomination pompeuse d’Art poétique, qui lui fait donnée plus tard par Quintilien, a été ratifiée par l’usage.

Dans cet ouvrage, Horace ne s’asservit à aucune méthode, s’exprime avec familiarité et abandon, et se contente de donner à ses préceptes de la chaleur et de l’agrément et d’inspirer partout le goût du simple, du beau et du naturel. On y trouve principalement les règles du genre dramatique chez les Romains.

Marco Girolamo Vida

Longtemps après, paraît une autre Poétique latine, qui a pour auteur un contemporain de Léon X. Marco Girolamo Vida, évêque d’Albe, né à Crémone (Italie), vers 1470, et mort en 1566, à Alba (Italie).

Vida est un des poètes modernes qui ont le plus approché de la versification de Virgile. Admirateur enthousiaste du prince des poètes latins, il ne pense qu’avec ses expressions, il imite toutes formes, et quelquefois, dans ses beaux moments, il réunit son génie heureux à la brillante fécondité d’Ovide.

Son Art poétique est divisé en trois chants. Il a été mis, dans quelques pays, au nombre de livres classiques. Une imagination riante, un style léger et facile rendent ce poème très agréable. On y trouve des préceptes utiles et des détails pleins de justesse et de goût sur les études du poète, sur son travail, sur les modèles qu’il doit suivre. Ce que l’auteur dit de l’élocution poétique est rendu avec autant de force que d’élégance.

Nicolas Boileau

Enfin, Nicolas Boileau, dit aussi Boileau-Despréaux, né à Paris, en 1636 et mort dans la même ville en 1711, a fait un Art poétique en quatre chants.

Ce poème, écrit avec une haute raison et le plus harmonieux langage, a valu à son auteur le titre de législateur du Parnasse français, et passe communément pour son chef-d’œuvre. Trois choses surtout concourent à donne une valeur considérable à la poétique de Boileau : la difficulté de l’entreprise, la beauté des vers et l’utilité de l’ouvrage. De plus, ce poème offre une ordonnance bien plus parfaite que l’épître d’Horace, et présente les règles de la poésie d’une manière plus complète et plus détaillée.

Boileau est beaucoup plus complet que ses prédécesseurs. Cependant, il n’a parlé ni de la fable, ni de l’opéra, ni de la poésie didactique.

→ Biographie de Nicolas Boileau.

Comment peut-on diviser la poétique ?

Les grandes divisions d’une poétique complète, ainsi que les divisions secondaires, par la définition qui est en tête de cet article, peuvent se réduire à deux :

  • la première comprendra ce qui concerne la poésie considérée d’une manière générale, c’est-à-dire, sa nature, sa forme et les qualités qu’elle exige du poète ;
  • la seconde renfermera ce qui regarde la poésie considérée en particulier ou les différents genres qu’elle renferme, genres principaux ou grands genres, et genres secondaires.

  Publicité
 

Genres littéraires

  Publicité
 

Articles connexes

Suggestion de livres


Anthologie de la poésie française

La Poésie française pour les nuls

366 jours de poésie

La poésie française du Moyen Age au XXe siècle

Histoire de la poésie française

La poésie moderne et la structure d’horizon

Dictionnaire de poésie, de Baudelaire à nos jours

Dictionnaire de la poésie


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


  Publicité
 

À lire également...